Colporteurs du Komintern: L’Union soviétique et les minorités au Moyen-Orient – Taline Ter Minassian

   pdf

Ce livre éclaire un aspect particulier de l’histoire des relations internationales au XXe siècle. Au-delà des aspects officiels de la diplomatie soviétique au Moyen-Orient, il met en évidence phénomène sous-jacent de la politique de l’URSS dans cette région jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale : l’instrumentalisation des minorités. Cette tactique conduite dans un objectif de déstabilisation, voire de pénétration, fut particulièrement nette en Iran, pays limitrophe et multi-ethnique où le soutien soviétique aux mouvements autonomistes en Azerbaïdjan et au Kurdistan contribua, en 1946, aux premiers frissons de la guerre froide. Menée par des acteurs enthousiastes, souvent sincères, juifs, Arméniens ou autres minoritaires dévoués à la diffusion de l’expérience soviétique, cette  » micro-diplomatie  » épouse les méandres de destinées singulières, romanesques, parfois tragiques dont ce livre restitue les parcours. La structure multinationale de l’Union soviétique a permis, selon les lieux et les époques, d’improviser puis de mobiliser, de manière plus ou moins efficace, des réseaux minoritaires en Iran, en Syrie, au Liban, en Palestine et en Égypte. À l’instar des puissances européennes entre les deux guerres, l’URSS a expérimenté dans cet Orient, géographiquement  » proche « , diverses politiques à l’égard des minorités, ce qui s’inscrit dans une certaine continuité avec le passé russe et traduit, quelques décennies avant les interventions de l’URSS dans le Tiers Monde, la réalité de l’impérialisme soviétique.