La couleur de la justice – Michelle Alexander

pdf

INCARCÉRATION DE MASSE ET NOUVELLE SÉGRÉGATION RACIALE AUX ÉTATS-UNIS

« Il y a plus d’adultes africains-américains sous main de justice aujourd’hui – en prison, en mise à l’épreuve ou en liberté conditionnelle – qu’il n’y en avait réduits en esclavage en 1850. L’incarcération en masse des personnes de couleur est, pour une grande part, la raison pour laquelle un enfant noir qui naît aujourd’hui a moins de chances d’être élevé par ses deux parents qu’un enfant noir né à l’époque de l’esclavage. »
Dans ce livre devenu un classique des luttes contre la prison et le système judiciaire aux États-Unis, ­Michelle Alexander revient dans des pages ­fulgurantes sur les mutations de la domination ­raciale et de l’enfermement.
De l’esclavage aux innombrables prisons actuelles, en passant par la ségrégation de l’ère « Jim Crow », ce livre explore la façon dont en quelques décennies, avec la « guerre contre la drogue », les Noirs et les Latinos ont commencé à être enfermés en masse, jusqu’à dépasser aujourd’hui deux millions de prisonniers.

Du quadrillage policier aux ­cellules, en passant par le profilage racial et une machine judiciaire implacable, l’auteure dévoile tous les ­mécanismes de cette nouvelle ségrégation qui a créé une nouvelle « sous-caste raciale », une « race des prisonniers ».

Karnak Cafe – Naguib Mahfouz

epub

Le Caire, vers le milieu des années 1960. Au café Al-Karnak que gère une ancienne danseuse, le narrateur fait connaissance avec trois étudiants, Hilmi, Ismaïl et Zaynab. Le premier est l’amant de la gérante, et les deux autres, amis d’enfance, s’aiment tendrement. Tous les trois se considèrent comme des enfants de la révolution de 1952 et défendent ardemment ses principes et ses réalisations. Mais un jour ils cessent de fréquenter le café et, à leur retour, les clients apprennent qu’ils ont été arrêtés par la police politique qui les suspectait, contre toute évidence, d’appartenir au mouvement des Frères musulmans. Déjà ébranlés dans leurs certitudes, ils sont encore arrêtés à deux reprises sous d’autres prétextes fallacieux. L’un d’eux, Hilmi, meurt en prison tandis que Zaynab et Ismaïl en sortent comme des loques humaines. Surviennent alors, en juin 1967, la guerre contre Israël et la cuisante défaite de l’armée égyptienne… Ecrit en 1971 et publié en 1974, ce roman a eu un grand retentissement, et le film qui en a été tiré, avec à l’affiche les plus grandes vedettes du cinéma égyptien, a longtemps été censuré à la télévision. Mahfouz y fait preuve de son habituel talent de conteur, faisant du petit café le microcosme d’une Egypte en train de perdre ses repères.

interpenetration l’islam et l’europe – nilufer gole

pdf

epub

« »Y a-t-il conflit entre les religions ? Entre les civilisations ? Si conflit il y a, peut-on le justifier par l’antagonisme entre un Occident qui serait ancré dans la modernité et la laïcité, et un islam qui resterait figé dans la foi et la tradition ? Qu’en est-il réellement ?” sont autant de questions auxquelles répondra Nilüfer Göle. Prenant pour point de départ les attentats du 11 Septembre, Nilüfer Göle se penche sur la nature profonde de leurs auteurs et sur la complexité de leurs rapports avec l’Occident. Invitant le lecteur à bien faire la distinction entre Islam et islamisme, et mettant l’accent sur la grande diversité de l’Islam contemporain, l’auteur s’appuie notamment sur l’exemple de la Turquie.»
Le Progrès La Tribune, 15 février 2006

Pour Nilüfer Göle, la Turquie donne à voir comment tradition et modernité peuvent coexister dans les pratiques quotidiennes, sociales ou privées. Cette relation complexe trouve particulièrement en France un écho sensible dans la question du statut des femmes : le foulard devient ainsi le symbole de toutes les contradictions qui tiraillent l’islam contemporain.

L’auteur invite les esprits éclairés à combattre les réflexes identitaires afin d’éviter que se dressent les uns contre les autres partisans d’un islamisme extrémiste et défenseurs d’une prétendue « pureté européenne ».

Fetichisme Histoire d un concept – Iacono

  pdf

 

El Djazaïr – Omar, L. Garcia, F.H. Cava, A. Ussero

  pdf

El Djazaïr est un pavé dans le marigot où le triste cortège de ceux qui sont passés du col Mao au Rotary nous somment de les rejoindre. El Djazaïr s’offre volontiers à la colère de qui le descelle, il est la fortune du sans-grade, la providence du prolétaire, la politesse du colonisé. À l’heure où l’on disserte, avec un aplomb sans pareil, à propos de la violence de l’insurrection algérienne emportant tout sur son passage tel un fleuve sorti de son lit. Il nous rappelle que la première violence fut celle des rives qui l’enserraient. Et de cette violence coloniale, ceux qui se prélassent dans le marigot ont à coeur de taire la cruauté ordinaire et l’insondable cupidité. Notre pavé El Djazaïr est une oeuvre minérale. Elle affleure des soubassements, du temps long. 34 ans après sa publication en espagnol, son trait ne s’est pas émoussé. Le dessin de Luis Garcia en conserve intact le tranchant. Il cisèle une fresque sans pareille de ce que fut la longue nuit coloniale pour le peuple algérien. Ainsi El Djazaïr est aussi un moucharabieh de carbone où poser nos cils et voir pour apprendre ou se remémorer. Omar et Cava lui prêtent propos et plume, érudit et sans apprêts, économe et précise. Ils servent au mieux ce qui fut le dessein qui présida à leur oeuvre commune : faire entendre aux générations d’après l’indépendance ce que furent 124 ans de barbarie… Et 124 années de luttes pour se défaire du joug de la France. Jusqu’à ce 1er novembre 1954 où s’initia l’assaut final… Qu’ El Djazaïr vous soit utile à vivre et à bâtir de beaux lendemains.

Chronique d’Abou-Djafar Mohamme – al-Tabari

epub

Chronique de Tabari, histoire des prophètes et des rois (Arabe: تاريخ الرسل والملوك Tarikh al-Rusul wa al-Muluk) relate l’histoire du monde depuis la création jusqu’à la naissance de Mahomet, puis l’histoire du monde musulman pendant les trois premiers siècles de l’hégire.

L’auteur, At-tabari, rapporte les évènements avec leur isnâd (chaîne de transmission) laissant aux savants postérieurs le soin de distinguer les récits authentiques des récits forgés : les faits et les légendes sont traités à égalité1.

Cet ouvrage, rédigé en arabe, fut traduit en persan vers 963 (soit 40 ans après la mort de l’auteur) par le savant samanide Abou-Ali Mohammed Belami (en), fils de Muhammed, fils d’Abd-Allah, d’après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi. C’est une version « abrégée », où les références, répétitions, et citations des sources ont été supprimées. Cette version fut par la suite traduite en turc.

Les sunnites accusent Al Bal’ami d’avoir modifié des récits à des fins de propagande chiite.

Par la suite, ce sera au tour des chiites et des historiens d’accuser avec de solides arguments Hermann Zotenberg de falsification du texte.

La première traduction française de la Chronique de Tabari fut l’œuvre de Louis Dubeux en 1836 et est parue sous le titre: Chronique d’Abou-Djafar Mohammed Tabari, fils de Djarir, fils d’Yezid, traduite sur la version persane d’Al Bal’ami. Par la suite, l’orientaliste Hermann Zotenberg en fit une version plus aboutie, laquelle parut en 1867-74 (4 vol.). Bien qu’« abrégée » elle représente environ 1 500 pages imprimées.

Averroès et l’averroïsme – Ernest Renan

pdf

Ernest Renan (1823-1892), brillant élève au séminaire, était destiné à un avenir ecclésiastique. Mais il rencontre la philosophie, la critique des textes et la méthode historique… Son désir de concilier la religion – et non les dogmes catholiques – et la science – avenir de l’humanité – explique son admiration pour la Grèce antique qui avait su conjuguer la beauté, la raison et le sens du divin. Son intérêt pour Averroès – Averroès et l’averroïsme paraît dès 1852 pour être remanié par la suite – est en quelque sorte un détour vers la philosophie grecque et plus particulièrement Aristote : c’est en effet par l’intermédiaire des penseurs arabes que les textes grecs sont parvenus en Occident chrétien. Averroès est l’un de ces passeurs ; ses commentaires sont tenus par les uns pour des clés incontestables de la pensée aritotélicienne, par les autres pour des discours blasphématoires. Cet ouvrage brosse un tableau des adhésions aux thèses que le Commentateur présente, mais aussi des condamnations, des résistances, des réfutations dont elles ont été l’objet, entre le XIIIe et le XVIe siècle, en France et en Italie ; au cœur du débat, la philosophie de la connaissance à travers deux questions essentielles l’intellect est-il un ? peut-on accepter qu’il existe une double vérité : ce qui est vrai selon la foi peut-il ne pas l’être selon la raison ?

Figures de la révolte: L’amérique Latine en rebellion (XVI – XX siècles) – Nicolas Pinet

Figures de la révolte Coyoacán

pdf

epub

Contre une vision du passé latino-américain ne retenant que les grands faits et dates d’une histoire présentée comme linéaire et sans aspérités — une «histoire des vainqueurs» —, Figures de la révolte propose de faire retour sur les moments d’achoppement et de vacillation des pouvoirs en place, sur les révoltes qui en ont fait trembler les fondations, de l’époque coloniale à nos jours.
Des luttes des communautés d’esclaves noirs en fuite contre la Couronne espagnole (Panamá, 16e siècle) aux pillages des demeures des principales personnalités politiques de Santiago del Estero (Argentine, 1993), jugées responsables de la crise en cours ; du soulèvement de Túpac Amaru au Pérou (1780-1781) aux Bogotazo (1948), Cordobazo (1969) et Caracazo (1989), cet ouvrage collectif offre la première approche précise et documentée d’une série de révoltes et d’émeutes de groupes subalternes se soulevant contre les injustices subies.

Figures de la révolte intéressera tout spécialement les lecteurs et lectrices curieux du passé et présent de l’Amérique latine et désirant aller au-delà des approches souvent superficielles et parfois caricaturales fréquemment proposées par les grands médias. L’ouvrage intéressera aussi toutes celles et ceux que l’actualité des révoltes urbaines, en France (2005), en Angleterre (2011), dans le monde arabe (2010-) et au-delà, pousse à prendre du recul pour tenter de mieux saisir les dynamiques en jeu, en s’appuyant sur l’analyse de cas précis et documentés. Quand bien même chaque événement est à la fois extraordinaire et singulier, leur mise en miroir fait apparaître nombre de points communs, éléments d’une grammaire provisoire et fragmentaire de la révolte. Si, à la différence d’Haïti (1791-1804), les révoltes présentées dans cet ouvrage n’ont pas fait basculer l’histoire, elles ouvrent, de manière temporaire, des espaces-temps autres, une brèche dans le système des pouvoirs en place où se déploient des expériences de liberté originales..

 

L’agriculture naturelle : theorie et pratique pour une philosophie verte – Masanobu Fukuoka

pdf
epub
Imaginez ce qu’est l’agriculture sans labours fertilisants, herbicides chimiques, ni même sans compost ! Fukuoka a appris à ne pas demander l’impossible à la nature et il obtient, en retour, des rendements incroyablement élevés. Au lieu de s’efforcer d’en faire toujours un peu plus, il a recherché le moyen d’en faire moins, de mettre fin aux travaux inutiles et, cependant, sa terre s’enrichit d’année en année. Il a réduit ses coûts, ses équipements et, moyens techniques au strict minimum, pour s’en tenir à une économie indépendante propre à préserver un cycle naturel plus sain et plus équilibré.
Il nous offre l’image stimulante d’une terre convenablement gérée, pierre angulaire d’une société de suffisance, de permanence, et permettant l’auto-régénération.
À propos de l’auteur :
Masanobu Fukuoka est une des rares personnes à avoir consacré plus de cinquante années de sa vie à l’agriculture, considiérée comme une voie d’accomplissement spirituel. Plus rare encore, en cette époque de spécialisation outrancière, est sa manière de saisir l’ensemble des relations réciproques, existant entre tous les aspects de la société humaine et la nature. Célébré comme « Lao Tseu des temps modernes » par ses compatriotes, pour sa sagesse paradoxale, il retourner aux sources mêmes des traditions agricoles, tout en étant à l’avant-gard de la civilisation postindustrielle.
Il renverse les idées préconçues et les réductions rationalistes du monde, pour nous faire découvrir les racines d’un mode de vis sain et authentique, nous fournissant les preuves de la vérité qu’il avance par sa pratique de l’agriculture.

Plantes médicinales et médecine traditionnelle d’Afrique – Abayomi SOFOWORA

pdf

epub

Depuis la préhistoire, l’être humain recherche dans son environnement (plantes, animaux, pierres, esprits) de quoi soulager ses maux et traiter ses blessures. La médecine moderne occidentale a rejeté la plupart de ces recours pour développer des médicaments chimiques et une technique de soins sophistiquée. Elle continue cependant d’utiliser certains remèdes à base de plantes médicinales. Une tendance récente conduit même à rechercher dans les plantes de nouveaux produits de substitution pour certaines maladies : cancer, paludisme… Plus de 200 000 espèces végétales sur les 300 000 recensées de nos jours sur l’ensemble de notre planète vivent dans les pays tropicaux d’Afrique et d’ailleurs. L’histoire de la médecine montre l’importance de ces espèces dans les thérapies, toutes les sociétés traditionnelles ayant puisé, pour leurs soins de santé, dans cette pharmacopée végétale d’une très grande richesse. L’auteur, Abayomi Sofowora, met en valeur les avantages et les inconvénients de cette médecine traditionnelle : il examine par exemplae les techniques utilisées et les problèmes de normalisation et de dosage.

Vies des saints musulmans – Emile Dermenghem

epub

 

Dans le ventre de la baleine et autres essais (1931-1943) – George Orwell

epub

Dans le ventre de la baleine »est un ouvrage d’essais et de critiques littéraires de Georges Orwell édité par « L’encyclopédie des nuisances ». Les essais sont, comme à l’accoutumé chez Orwell, d’une grande clairvoyance politique et les critiques littéraires  justes et savoureuses. On y trouve, outre une analyse complète des romans de Dickens, quelques petits chefs-d’oeuvres et en particulier le sus-nommé dans le ventre de la baleine qui s’ouvre sur la critique du « Tropique du Cancer »de Miller pour dériver sur une pléiade de grands et bons auteurs analysés par Orwell.
Orwell voit Miller, comme Jonas avant lui, dans le ventre de la baleine, à l’abri, bien au chaud et se gardant bien de donner son avis sur les différents évènements qui l’entourent.
« Dans le cas de Miller, il se trouve que la baleine est transparente. Il voit bien le monde qui l’entoure, mais, il reste passif, il n’éprouve pas le besoin e modifier et de maîtriser le destin qui est le sien. Il a accompli l’acte essentiel de Jonas : il s’est laissé avaler, il accepte. »…. »Cela revient à dire, je m’en fous, ou qu’importe. »
La position  n’est certes pas facile à justifier mais Orwell parvient à la rendre claire et louable.
J’aime beaucoup cette image. Peut-être parce que je me trouve moi aussi dans le ventre de la baleine, bien au chaud, ici, dans un pays où l’on ne peut faire que vivre et où l’avenir ne dépasse pas la durée d’une journée bien faite.
Néanmoins, je vais tenter de donner ici clairement mon sentiment sur les différents livres qui vont passer entre mes mains.
L’article d’Orwell s’achève sur la phrase suivante : » toute grande littérature est impossible tant que le monde n’aura pas été reconstruit sur de nouvelles bases ».

Message a la tricontinentale – Ernesto Guevara – 1967

Résultat de recherche d'images pour "message a la tricontinental ernesto guevara 1967"

pdf

epub

Extrait:

Vingt et un ans se sont déjà écoulés depuis la fin du dernier conflit mondial, et diverses publications, dans un grand nombre de langues, célèbrent l’événement symbolisé par la défaite du Japon. Il règne une atmosphère d’optimisme apparent dans de nombreux secteurs des camps dissemblables qui divisent le monde.

Vingt et ans sans guerre mondiale, en ces temps de suprêmes affrontements, de chocs violents et de brusques changements, cela paraît long. Mais sans analyser les résultats pratiques de cette paix pour laquelle nous sommes tous disposés à lutter(la misère, la déchéance, l’exploitation de plus en plus grande d’énormes secteurs du monde), il convient de se demander si cette paix est réelle.

Ces notes ne prétendent pas faire l’historique des divers conflits de caractère local qui se sont succédé depuis la reddition du Japon ; notre tâche n’est pas non plus de dresser le lourd bilan croissant des luttes civiles qui se sont déroulées au cours de ces années de prétendue paix. Il nous suffit d’opposer à cette optimisme démesuré les exemples des guerres de Corée et du Vietnam.

Dans la première, après des années de lutte sauvage, la partie nord du pays a été l’objet de dévastation la plus terrible des annales de la guerre moderne ; criblée de bombes ; sans usines, sans écoles et sans hôpitaux, sans aucun abri pour dix millions d’habitants.

Dans la guerre de Corée, sous le drapeau déloyal des Nations Unies, sont intervenus des dizaines de pays sous la conduite militaire des Etats-Unis, avec la participation massive des soldats américains, et m’emploi de la population sud-coréenne enrôlée comme chair à canon.

Dans le camp adverse, l’arme et le peuple de Corée et les volontaires de la République populaire de Chine étaient ravitaillés et assistés par l’appareil militaire soviétique. Du côté américain, on s’est livré à toutes sortes d’ essais d’armes de destruction : si les armes thermonucléaires ont été exclues, les armes bactériologiques et chimiques ont été utilisées à échelle réduite.

Au Vietnam se sont succédé des actions de guerre, menées presque sans interruption par les forces patriotiques, contre trois puissances impérialistes : le Japon, ont la puissance devait subir une chute verticale après les bombes d’Hiroshima et de Nagasaki ; la France, qui récupéra sur ce pays vaincu ses colonies indochinoises et ignora les promesses faites dans les moments difficiles ; et les Etats Unis, à cette dernière étape de la lutte.

Romanisation de l’Afrique, Tunisie, Algérie, Maroc – J P Mesnage

pdf

epub

Une colère noire, Lettre à mon fils – Ta-Nehisi Coates

Une colère noire : Lettre à mon fils par Coates

pdf

epub

« Voilà ce qu’il faut que tu saches : en Amérique, la destruction du corps noir est une tradition, un héritage. Je ne voudrais pas que tu te couches dans un rêve. Je voudrais que tu sois un citoyen de ce monde beau et terrible à la fois, un citoyen conscient. J’ai décidé de ne rien te cacher ». Dans cette lettre adressée à son fils de 15 ans, Ta-Nehisi Coates revient sur la condition de l’homme noir aux Etats-Unis. Une ode à l’humanité, un cri de colère contre ce mal qui gangrène la société américaine depuis des siècles.

Les Radicaux Urbains Et Paysans Dans La Révolution Anglaise (1641-1649) Et Autres Textes – Os Cangaceiros

Les radicaux urbains et paysans dans la révolution anglaise (1641-1649)

pdf

epub

A la fin du 16ème siècle, la progression et l’affirmation d’elle-même de la bourgeoisie anglaise avaient déjà transformé visiblement les rapports sociaux existants. Le développement du commerce avait arraché de plus en plus de pauvres aux anciens rapports de sujétion et à l’immobilité. Les pauvres assujettis à la terre étaient toujours aussi misérables, alors que se développait une nouvelle forme de mobilité sociale, elle-même extrêmement précaire, liée au développement du salariat.
Les textes:
 Les radicaux, urbains et paysans, dans la révolution anglaise (p.3) extrait de la nouvelle édition de  L’Incendie Millénariste 
. En avril 1987, leg roupe Os Cangaceiros publie L’Incendie Millénariste , signé des pseudo-nymes Georges Lapierre et Yves Delhoysie. Pendant ses quelques années d’existence, ce petit groupe clandestin mène diverses actions contre l’institution pénitentiaire (vol de plans et sabotages) ou en solidarité avec desprisonniers, participe à sa manière à plusieurs mouvements sociaux etpublie trois numéros d’une revue du même nom dans laquelle il livre ses analyses sur les évènements qui secouent les années 1980 en France et enEurope. Ses quelques actions le sortent brièvement de l’anonymat et mettent les flics à ses trousses. Les distributeurs refusent alors de prendre L’Incendie Millénariste dans leurs boutiques et les
Cangaceiros se retrouvent avec des stocks sur les bras. La pression policière s’accentuant, ils décident d’abandonner la plupart des bouquins dans quelques lieux publics,laissant à des mains inconnues le soin de leur dispersion, hors de toute logique commerciale.

 

Récits de pèlerinage à la Mekke : étude analytique – Abd al-Majīd Turkī, Hadj Rabah Souami

pdf

 

L’autogestion en Algérie: Données politiques de ses premières étapes et de son application – Ahmed Mahsas

L'autogestion en Algérie: Données politiques de ses premières étapes et de son application (French Edition) by [Mahsas, Ahmed]

pdf

epub

La lutte de libération sous toutes ses formes a mobilisé les masses populaires et élevé leur conscience politique. Ce potentiel précieux, résultat de sacrifices immenses, a permis de constituer dans la première étape de la libération l’ossature de l’organisation du pays. Mais la lutte pour le pouvoir et son corollaire, les crises successives, ont introduit dans les institutions des germes de contradictions qui affaiblissent la base du régime. Le succès de l’autogestion en Algérie dépendait de l’ensemble des éléments en interaction sur le plan national. Par un choix délibéré d’une approche critique des problèmes, l’auteur a tenté d’expliquer les faits négatifs rencontrés tant au niveau du secteur socialiste agricole qu’à celui des structures nationales. Le régime de Boumédienne a tenté jusqu’ici de nier les résultats positifs de l’expérience Ben Bella et de valoriser, de ce fait même ses propres réalisations. « Si on peut à juste titre, critiquer tel ou tel aspect de l’ancien régime et ses contradictions, on est en droit, écrit l’auteur, de démentir les allégations et les prétentions du régime actuel quant à ses réussites. »

CORPS ET AME : carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur – Loic Wacquant

pdf

epub

Voici un ouvrage de référence qui passionnera ceux qu’intéressent la sociologie du sport et les récits sportifs. Alliant avec finesse et clarté la sociologie, l’ethnographie et la nouvelle littéraire, Loïc Wacquant nous raconte son voyage initiatique dans le monde de la boxe professionnelle aux Etats-Unis de 1988 à 1992. Les notes consignées au jour le jour après chaque séance d’entraînement dans le « gym » (salle de boxe) d’un quartier du ghetto noir de Chicago, les observations et photos réalisées lors de matchs ainsi que les enregistrements d’histoires de vie ont fourni les données empiriques à la base de cette « nouvelle sociologique ».

Sa participation « observante » à l’objet d’étude ainsi que l’amitié accordée par les boxeurs noirs du gym lui ont permis d’assimiler totalement les catégories du jugement pugilistique et de décrire les comportements du boxeur dans son « habitat naturel ». Rompant avec le discours moralisateur produit par le regard lointain d’un observateur placé en surplomb de l’univers étudié, ce livre montre comment le boxeur « fait sens dès lors qu’on prend la peine de s’en approcher d’assez près pour le saisir avec son corps, en situation quasi expérimentale ».

Construit autour de trois textes rédigés à différents moments de « l’histoire pugilistique » de l’auteur, l’ouvrage nous décrit non seulement l’univers de la boxe professionnelle américaine mais aussi les relations sociales internes au gym, l’ethos et l’habitus pugilistiques et les aspirations des boxeurs noirs issus du ghetto de Chicago. Comme le dit si bien L. Wacquant, le gym est « cette forge où se façonne le pugiliste, l’atelier où s’usine ce corps-âme et armure qu’il s’apprête à lancer dans l’affrontement sur le ring, le fourneau où s’entretiennent la flamme du désir pugilistique et la croyance collective dans le bien-fondé des valeurs indigènes ». Pour l’auteur, le boxeur est bien un « engrenage vivant du corps et de l’esprit » qui fait fi de la frontière entre raison et passion. Mais en même temps, l’univers clos de la boxe ne peut se comprendre en dehors de son environnement qui lui donne sens : le gym est un sanctuaire qui protège de l’insécurité du ghetto, qui régule la violence et où l’on peut se soustraire aux misères ordinaires d’une existence trop ordinaire.

Culture et résistance : Entretiens avec David Barsamian – Edward-W Said

pdf

epub

Durant des années, Edward W. Said a été le principal porte-parole de la cause palestinienne aux Etats-Unis. […] Il a payé cher ses prises de position sur le problème palestinien. […] Parallèlement à son engagement politique, il a apporté une énorme contribution au monde des lettres. […] On ne sait trop comment, dans son temps libre, cet homme de la Renaissance trouve en plus le moyen de jouer du piano et d’écrire sur la musique et l’opéra.  » Voilà le portrait que dresse d’Edward W. Said son interlocuteur dans ce livre, David Barsamian. Au cours d’une série de six entretiens radiophoniques, les deux hommes abordent la question du conflit israélo-palestinien. Said en fournit une vision tour à tour ample et détaillée, une vision qui ne se veut ni objective, ni subjective, simplement informée, humaine et rationnelle. Excellente pour rectifier les idées reçues. L’accent est mis sur la dimension ethnique, culturelle pour Edward W. Said, en effet, derrière l’affrontement politique et territorial se cache un mépris des juifs envers leurs frères sémites les Arabes. Et l’auteur, grand spécialiste de l’impérialisme, de souligner, tout au long de l’ouvrage, le déséquilibre des forces en présence, immense, terrible, permanent.

Poèmes mystiques – Hussein Mansour AL-HALLAJ

pdf

epub

ulgurante figure de la mystique en Islam, Hussein Mansour al-Hallâj appartient à cette rare pléiade de poètes pour qui la poésie fait un avec la pensée. Cela ne saurait se produire que si la poésie est sublime et la pensée profonde. Cependant, puisque Hallâj est avant tout un mystique, un des plus grands de tous les temps, l’unité de la pensée et de la poésie chez lui trouve sa justification dans une expérience de la totalité qui sert à exprimer une relation unique à l’Unique. Expérience non mutilée, non mutilante, où l’âme coexiste avec le corps, la raison avec ce qui la nie, la fini-tude de la mort avec l’horizon de la résurrection, et où le cœur et l’imagination, portés par cette force transfiguratrice qu’est l’amour, deviennent des moyens de connaissance, des sens véritables.
La poésie est inséparable de la vie, une vie tout entière tournée vers l’Unique, Lequel unifie mais dans le déchirement, fait accéder au vrai mais dans la contradiction, permet de Le retrouver et de se retrouver mais dans le dépassement de tout. La poésie, chez Hallâj, est la forme suprême que, provisoirement, juste avant le silence ultime, la pensée prend quand elle doit se dépasser dans l’indépassable.

Pages Spirituelles – Ibn Taymiyya – Smirna Si

epub

En se lançant dans une exégèse relativement alambiquée du verset coranique LXXIII, 20, le Shaykh al-Islam semble ensuite vouloir souligner le caractère inévitable de la multiplicité manifeste dans la communauté musulmane, avec ses hauts et ses bas. Si je le comprends bien, il semblerait même vouloir dire que rien n’est jamais seulement noir ou blanc. Quoi qu’il en soit de toutes ces nouveautés qu’il dénonce, les Musulmans qu’il vise de son propos ne font pas que des choses horribles, interdites : selon lui, leurs « affaires » comprennent aussi des choses autorisées ou commandées par la religion. Cela dit, Ibn Taymiyya se doit bien sûr de réaffirmer l’obligation canonique de la commanderie du bien et du pourchas du mal. Plus intéressante encore que le fait qu’il en parle alors est la manière même dont il les évoque. Il n’exige de les mettre en œuvre que « dans la mesure du possible » et précise qu’ils ne sont plus « Légitimes » (mashrū‘), conformes à la Sharī‘a, quand les effets en sont pires que la situation à laquelle on tente de remédier par leur biais. Dans ce texte comme en d’autres, le pragmatisme du mufti damascain est manifeste et, pour lui, les outils premiers de l’engagement socio-religieux sont la pondération et la souplesse. La manière la plus indiquée d’éviter une situation gravement corrompue est parfois d’en supporter une autre qui l’est moins. Ibn Taymiyya l’écrit par ailleurs, ainsi que clairement indiqué par le Prophète, « renouer de bonnes relations » (iṣlāḥ dhāt albayn) est d’un degré plus éminent même que certaines des obligations centrales de l’Islam, dont la prière ou, en l’occurrence, commander le convenable et interdire le répréhensible. La conclusion du théologien est une éclatante profession de salafisme vrai. Quel que soit l’intérêt prétendûment « prépondérant » que d’aucun trouvent aux fanfares militaires et autres nouveautés, la voie des Anciens lui apparaît « plus parfaite en toute chose », non seulement en matière de culte mais dans les affaires de gouvernement: jihād, émirat, politiques, justice pénale, finances. Ce salafisme est cependant largement tempéré de réalisme. Ainsi qu’expliqué dans le Coran et la tradition prophétique, ce qui est attendu des Musulmans, c’est à vrai dire de tendre vers l’idéal en en mettant en œuvre ce dont ils sont capables, c’est-à-dire en faisant leur possible. La réaffirmation inconditionnelle de la norme n’a de sens en Islam qu’accompagnée d’une ouverture tout aussi grande à la faiblesse humaine. Tel que compris par Ibn Taymiyya, le véritable salafisme est à la fois fidélité à un âge d’or révolu et générosité, miséricorde vis-à-vis du présent.

Théories et institutions pénales. Cours au Collège de France (1971-1972) – Michel Foucault

epub

 » Ce qui caractérise l’acte de justice, ce n’est pas le recours à un tribunal et à des juges ; ce n’est pas l’intervention des magistrats (même s’ils devaient être de simples médiateurs ou arbitres). Ce qui caractérise l’acte juridique, le processus ou la procédure au sens large, c’est le développement réglé d’un litige. Et dans ce développement, l’intervention des juges, leur avis ou leur décision n’est jamais qu’un épisode. C’est la manière dont on s’affronte, la manière dont on lutte qui définit l’ordre juridique. La règle et la lutte, la règle dans la lutte, c’est cela le juridique.  »

Michel Foucault

Théories et Institutions pénales est le titre donné par Michel Foucault au cours qu’il prononce au Collège de France de novembre 1971 à mars 1972.

Dans ces leçons, Michel Foucault théorise, pour la première fois, la question du pouvoir qui va l’occuper jusqu’à la rédaction de Surveiller et Punir (1975) et au-delà, d’abord à travers la relation minutieuse de la répression par Richelieu de la révolte des Nu-pieds (1639-1640), puis en montrant comment le dispositif de pouvoir élaboré à cette occasion par la monarchie rompt avec l’économie des institutions juridiques et judiciaires du Moyen Âge et ouvre sur un  » appareil judiciaire d’État « , un  » système répressif  » dont la fonction va se centrer sur l’enfermement de ceux qui défient son ordre.

Michel Foucault systématise l’approche d’une histoire de la vérité à partir de l’étude des  » matrices juridico-politiques « , étude qu’il avait commencée dans le cours de l’année précédente (Leçons sur la volonté de savoir), et qui est au cœur de la notion de  » relation de savoir-pouvoir « . Ce cours développe sa théorie de la justice et du droit pénal.

La parution de ce volume marque la fin de la publication de la série des Cours de Michel Foucault au Collège de France (dont le premier volume a été publié en 1997).

L’Europe est-elle née au Moyen Age? – Jacques Le Goff

pdf

epub

L’Europe contemporaine est une longue histoire qui commence avant la venue du christianisme, et se continue avec son reflux. À l’oeil qui sait voir apparaissent des traces, strates successives de nombreuses mutations, depuis les ruines de l’Empire romain jusqu’aux découvertes du XVIe siècle. L’historien les met au jour, les explore, pour montrer combien l’Europe contemporaine hérite, emprunte, reprend bien des caractères de cette «Europe» médiévale qui n’est pas tout à fait la nôtre, mais représente un moment important dans sa constitution : unité potentielle et diversité fondamentale, métissage des populations, divisions et oppositions Ouest-Est/Sud-Nord, primat unificateur de la culture. De l’échec carolingien à la «belle» Europe des villes et des universités, Jacques Le Goff nous entraîne dans un intense voyage à rebours, dans l’espoir que, comprenant mieux leur provenance, les Européens construisent mieux leur avenir.

Jacques Le Goff (1924-2014)

Spécialiste internationalement renommé du Moyen Âge, héritier de l’École des Annales, il est directeur d’études honoraire à l’École des hautes études en sciences sociales. Il est l’auteur, au Seuil, de Les Intellectuels au Moyen Âge (1967), La Vieille Europe et la nôtre (1994), Héros et Merveilles du Moyen Âge (2005), Le Moyen Âge expliqué aux enfants (2006), et L’Europe expliquée aux jeunes (2007).

Black and red : Les mouvements noirs et la gauche américaine 1850-2010 – Ahmed Shawki

pdf

epub

L’histoire des luttes de libération afro-américaines est bien souvent réduite, en France, à quelques personnages transformés en icônes. Quant à l’histoire de la gauche radicale de ce pays, elle est tout simplement ignorée.
C’est à ce double déficit que s’efforce de répondre cet ouvrage, en évoquant les relations, souvent conflictuelles, entre les mouvements noirs et la gauche révolutionnaire aux États-Unis.
De l’esclavage à la Guerre civile de 1861-1865 et du mouvement pour les droits civiques des années 1960 à la contre-révolution sociale et raciale des années 1980 et 1990, Black and Red dresse un panorama des luttes noires et révolutionnaires qui n’ont cessé, depuis plus d’un siècle, de secouer la superpuissance.

Malcolm X, Martin Luther King, Marcus Garvey, Stokely Carmichael, W. E. B. Du Bois y côtoient John Brown, les mineurs de l’Alabama, les travailleurs noirs de Détroit mais aussi le FBI, le Ku Klux Klan, les milices patronales et toutes les forces qui n’ont eu de cesse d’écraser les mouvements sociaux.

Autonomie ! : Italie, les années 1970 – Marcello Tari

pdf

epub

Dans le numéro de mars 1973 de Rosso, le journal du groupe Gramsci de Milan, les ouvriers des ateliers Mirafori (Fiat) à Turin racontent que  » tout commence le jour où ils font une assemblée sans les bonzes du syndicat « . Les déflés dans les usines vont bientôt se faire avec de jeunes ouvriers à leur tête, le visage masqué par un foulard rouge, qui punissent les chefs, les gardiens, les jaunes et les indics, cassent les machines, sabotent les produits finis. C’est le début d’une période où le langage, les comportements politiques, les formes de vie même sont bouleversés par le mouvement autonome, du nord au sud de l’Italie. L’Autonomie, écrit Tarì, n’est pas le nom d’une organisation : il désigne un communisme  » impur, qui réunit Marx et l’antipsychiatrie, la Commune de Paris et la contre-culture américaine, le dadaïsme et l’insurrectionnalisme, l’opéraïsme et le féminisme « . Et il faudrait toujours se référer aux autonomies, celles des ouvriers, des étudiants, des femmes, des homosexuels, des prisonniers, des enfants,  » de quiconque aurait choisi la voie de la lutte contre le travail et contre l’Etat, de la sécession avec le fantasme de la société civile et de la subversion de la vie ensemble avec d’autres.  » Si le mouvement finit par succomber sous les forces conjuguées de la machine étatique et du Parti communiste, son histoire est celle d’une aventure révolutionnaire dont l’incandescence est plus que jamais actuelle.

Voyage dans vingt ans de guérillas – Gérard Chaliand

Voyage dans vingt ans de guérillas par [Chaliand, Gérard]

pdf

epub

Grand spécialiste contemporain de la guerre révolutionnaire, Gérard Chaliand nous entraîne avec lui du Viêt Nam à l’Angola, de l’Érythrée à l’Afghanistan, de l’Amérique centrale aux Philippines : nous croisons là une génération de guérillas, et réfléchissons sur les engagements que chacun y a pris.

V.Y.Mudimbe et la Re-invention de L’Afrique: Poetique et Politique de la Decolonisation des Sciences Humaines – Kasereka Kavwahirehi

pdf

epub

V.Y. Mudimbe est connu comme une figure de proue de la pensée africaine. Avec L’Odeur du père, L’Écart et The Invention of Africa, il s’est frayé une trace toujours plus importante dans le cheminement des études africaines, dans le cadre des études littéraires et culturelles, de la philosophie et des théories postcoloniales. Auteur d’une oeuvre romanesque et poétique remarquable, Mudimbe n’avait jamais à ce jour été présenté dans la totalité de son oeuvre vaste, embrassant la philosophie et la fiction romanesque. La monographie de Kasereka Kavwahirehi vient combler cette lacune et, de surcroît, pour la première fois l’oeuvre littéraire et scientifique, francophone et anglophone de Mudimbe est abordée dans ses liaisons organiques et ses lignes de force. Suivant Mudimbe dans sa traversée des frontières, territoriale et linguistique, générique et disciplinaire, Kasereka Kavwahirehi élucide les enjeux esthétiques, épistémologiques et existentiels de la démarche mudimbienne dont le but ultime est la fondation d’un nouveau discours africain sur le monde, libéré des pesanteurs coloniales. Les contextes existentiels, idéologiques et culturels africains, européens et américains de sa prise de parole et le rapport à ses sources d’inspiration (Foucault, Lévi-Strauss, Sartre, Jean de la Croix, Senghor, Mabika Kalanda, etc.) sont analysés pour mieux apprécier son travail d’appropriation recréatrice et éclairer la controverse qui accompagne sa réception dans certains milieux académiques. En fin de compte, cette oeuvre paradoxale apparaît à la fois comme une archéologie du discours africain et « un récit pour soi » ou une histoire du sujet africain allant de la réification coloniale à la liberté de se poser comme la source d’un discours à travers lequel il réinvente l’Afrique et lui donne une nouvelle destinée loin des pièges réductionnistes, que ceux-ci relèvent de l’eurocentrisme ou de l’afrocentrisme.

Travailleurs de la nuit – Alexandre Marius Jacob

Travailleurs de la nuit par Jacob

pdf

epub

Précédé de l’adresse que le cambrioleur Jacob prononça à son procès en 1904, ce texte écrit en prison relate avec verve les derniers jours de liberté de Jacob en même temps qu’il donne un aperçu saisissant du milieu illégaliste de la ‘Belle Epoque’. Ce texte écrit de la main d’un des plus ingénieux cambrioleur de tous les temps, doublé d’un militant libertaire plus que désintéressé et extrêmement lucide, se lit comme un véritable polar – ou, pour mieux dire, un polar véridique.

Travail forcé, expropriation et formation du salariat en afrique noire – Hilaire Babassana

Résultat de recherche d'images pour "Travail-force-expropriation afrique noire"

pdf

epub

la France, démocratie occidentale avancée, affirmait et même revendiquait la légitimité d’exercer un pouvoir blanc totalitaire au cœur des ténèbres de l’époque. L’abandon officiel de cette politique n’intervint qu’avec la constitution de 1946 qui créa l’Union française et la nationalité impériale. Le système impliqua en Afrique équatoriale, entre autres, une politique de privatisation de l’exploitation coloniale aux dépens du contrôle effectif de l’État, le renoncement au principe libéral alors dominant dans le monde occidental de la concurrence, la pénurie des investissements, la pratique du travail forcé et de la contrainte. La tolérance aux mauvais traitements résultait dans l’Empire du régime dit de l’Indigénat, qui confondait pour la quasi-totalité des « indigènes » pouvoir exécutif et pouvoir judiciaire entre les mains de l’administration locale.

Textes de la révolution palestinienne 1968-1974 – Bichara, Naim Khader

pdf

epub

Recueil de textes pour la plupart traduits de l’arabe et extraits de diverses revues et publications.

Temoignages Fictionnels Au Feminin: Une Reecriture Des Blancs de La Guerre Civile Algerienne – Nevine El Nossery

pdf

epub

Face à un réel qui avait atteint une violence innommable et par défaut de consensus historique, les romancières algériennes, fatalement ébranlées par la recrudescence de la violence en Algérie avec la montée de l’intégrisme islamiste des années 1990, se sont armées de leur plume pour combattre cet obscurantisme impétueux. Tout en reconnaissant la difficulté de dire l’horreur, l’écriture romanesque fonctionne comme un détour, le seul souvent possible pour appréhender l’inimaginable et représenter l’irreprésentable et, surtout, en rendre compte pour ceux qui ne savent pas ou refusent tout simplement de le croire. Témoignages fictionnels au féminin analyse les rapports existant entre le factuel et le fictionnel, entre témoigner et raconter, dans une conjoncture où de telles frontières semblent floues. À travers l’étude des témoignages fictionnels d’Assia Djebar, Malika Mokeddem, Leïla Marouane et Latifa Ben Mansour, ce livre tente de répondre à cette question si épineuse: jusqu’à quel degré la littérature est-elle capable de transcender sa propre littérarité à travers un mode d’expression figurative qui représente le réel même? En d’autres termes, comment la volonté de dire la vérité peut-elle s’allier à l’envie de faire de la fiction, sans que la question éthique compromette l’intention esthétique? Bref, comment écrire une fiction du réel?

Sultan Galiev : le père de la révolution tiers mondiste Le père de la révolution tiers mondiste – Alexandre Bennigsen, Chantal Lemercier-Quelquejay

Sultan Galiev

Que veulent les Musulmans révolutionnaires? Alexandre Bennigsen et Chantal Lemercier-Quelquejay, tous deux islamologues et turcologues, ont les premiers redécouvert le rôle-clé joué dans l’émergence de leurs idées par un instituteur et journaliste tatar, Sultan Galiev, des débuts de la révolution d’Octobre à la fin de 1928, date de son élimination par Staline.

Sultan Galiev est le père de la révolution tiers-mondiste, parce qu’il a élaboré la doctrine du  » communisme national musulman « , un socialisme réalisé par les travailleurs musulmans et non imposé par le prolétariat européen, impliquant aussi la décolonisation des territoires occupés par l’ancien empire tsariste.

Si des dirigeants du Tiers-Monde comme Nasser, Ben Bella, Tan Malaka ou Khadafi ont reconnu en lui un précurseur, c’est qu’il fut l’un des inspirateurs de la révolution coloniale qui a embrasé l’Afrique et l’Asie.

Calomnié ou  » oublié  » par l’historiographie soviétique (pour qui il fut un  » Trotsky musulman « ) Sultan Galiev, révolté contre tous les impérialismes, est donc un peu le prophète des grandes luttes de libération d’aujourd’hui, de celle des combattants palestiniens à celle des Modjahidins Afghans.

Au coeur de ces luttes, sa vie pose la question fondamentale de la coexistence du marxisme et de l’Islam.

Les auteurs sont tous deux spécialistes de l’Union soviétique et des musulmans en Asie; ancien professeur d’histoire à l’université de Chicago, Alexandre-Bennigsen est directeur d’études à l’E.H.E.S.S. Chantal Lemercier-Quelquejay, turcologue, est maître de conférences à l’E.H.E.S.S. Leurs principaux ouvrages sont Les Mouvements nationaux chez les Musulmans de Russie, L’Islam en Union soviétique, Les Musulmans oubliés.

Robespierre, une politique de la philosophie – Georges Labica

pdf

epub

Robespierre n’a pas écrit sur la Révolution : il l’a vécue, il a été emporté par son mouvement et lui a sacrifié son existence. Sa pensée politique – c’est là son originalité – est, comme l’explique Labica, pensée de l’inédit, produite au moment où elle se joue. Une politique de la philosophie donc, ou quand les actes sont immédiatement responsables devant les principes, et vice versa. Car Robespierre fut aussi un pragmatique : attentif aux rapports de force, parfois bousculé par les événements, il a cherché, inlassablement, le parti du peuple, de la démocratie et de l’égalité. Préserver et continuer la Révolution envers et contre tout, c’est l’exigence qui maintient la cohérence de son action et de ses prises de position sur la guerre, la mort du roi, la religion. Quand il est question de Robespierre, les jugements passionnels l’emportent souvent sur la rigueur et l’honnêteté. Ecrit dans la tourmente du Bicentenaire, ce livre nous rappelle qu’il fut, avant tout, un homme de son temps. Temps révolutionnaire qui exigeait il est vrai « le courage de la pensée ». De là la « dignité philosophique » de Maximilien Robespierre, de là aussi l’infirmité de nombre de ses détracteurs, passés et actuels.

Des juifs dans la collaboration. L’UGIF, 1941-1944 – Maurice Rajsfus

pdf

epub

Des juifs dans la collaboration est paru en 1980. L’auteur, le journaliste devenu historien Maurice Rajsfus, est né en 1928, de parents juifs polonais, morts en déportation à Auschwitz et Maurice Rajsfus fut lui-même raflé au Vel d’Hiv alors qu’il n’était qu’adolescent (il en réchappa par miracle). L’ouvrage est préfacé par Pierre Vidal-Naquet, historien connu notamment pour ses travaux sur le génocide juif et le négationnisme, qui apporte au livre son indispensable crédit. Le livre, épuisé, n’a été ni réédité ni réimprimé depuis sa sortie.

Des Juifs dans la Collaboration démontre notamment que de nombreux juifs ont participé activement à la déportation de leurs coreligionnaires pendant la guerre et rend caduque l’argument (dominant aujourd’hui) selon lequel l’État français est seul responsable de la déportation des juifs. Cette distinction entre d’un côté les juifs de France, et de l’autre l’Etat français (donc les Français non-juifs), distinction créée par Jacques Chirac le 16 juillet 1995 au Vel d’Hiv, n’a donc pas lieu d’être. Elle se révèle être ce qu’elle est : une nouvelle discrimination raciale, 50 ans après les faits, dans ce même Vélodrome d’Hiver. Avec, faut-il l’ajouter, l’assentiment officiel des représentants de la communauté juive, comme en 1942.
Aussi insupportable que cela puisse paraître, l’UGIF, ancêtre du CRIF (les juifs de France n’étaient pas représentés à l’échelon national auparavant), mis en place par Pétain et les nazis (l’UGIF était en relation directe avec la Gestapo), aida à constituer des listes de juifs à rafler et à déporter. Maurice Rajsfus témoigne autant qu’il relate les faits. Dans la préface, Pierre Vidal-Naquet explique très clairement que c’est parce qu’aucun historien (lui le premier) n’a voulu réaliser ce travail qu’un journaliste l’a entrepris.
Le livre, qui propose une somme impressionnante de documents d’archives, de témoignages et d’analyses, n’a jamais été réédité depuis 1980. Il n’a jamais été débattu dans les médias, par les politiques ou par la communauté juive. Et depuis qu’une bombe a explosé chez l’éditeur, EDI, l’auteur n’a plus jamais parlé de ce livre.

 

Massacres coloniaux 1944-1950 : la IV République et la mise au pas des colonies françaises – Yves BENOT

Massacres coloniaux - Yves BENOT

pdf

epub

Aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, de Sétif (mai-juin 1945) à Madagascar (1947), d’Haiphong (1946) à la Côte-d’Ivoire (1949-1950) et à Casablanca (1947), l’armée française a massacré des dizaines de milliers d’hommes et de femmes dont le seul tort était de revendiquer pour plus de libertés ou pour l’indépendance. Ce sont ces pages sanglantes de l’histoire de France, méconnues, voire effacées, qu’Yves Benot retrace dans ce livre. Mobilisant l’ensemble des documents disponibles, il montre comment et pourquoi les gouvernements de la IVe République, bien peu soucieux du respect de la légalité républicaine, ont choisi la voie de la répression sauvage pour préserver la cohésion de l’Empire français. Et il analyse aussi les débats auxquels cette politique a donné lieu en France même, en mettant en lumière l’opposition de certains intellectuels, de ceux des clercs qui n’ont pas trahi comme Jean-Paul Sartre ou Paul Ricœur.

Marx, penseur du possible – Michel Vadée

pdf

epub

L’auteur montre que Marx admet diverses formes de possibilités : abstraites ou théoriques, concrètes ou historiques, et surtout une possibilité réelle, celle d’un « règne de la liberté ». Procédant à une analyse des textes, l’ouvrage enchaîne les catégories marxiennes essentielles : lois, causes, moyennes, tendances, forces, développement et finalité historiques. L’auteur souligne également l’influence d’Aristote et d’Epicure sur le mode marxien de pensée.

Articles politiques – Errico Malatesta

pdf

epub

Compilation d’articles et de textes d’Errico Malatesta (1853-1932), révolutionnaire anarchiste italien, parus en 1979.« Quant à l’organisation sociale, ma conclusion est la suivante : c’est à nous tous, travailleurs, d’y penser, chacun dans notre domaine. Ainsi dès la destruction de l’ancien appareil oppressif, nous établirons une société plus humaine, plus juste, plus conforme aux progrès futurs. Sinon, les « dirigeants » y penseront pour nous, et nous aurons de nouveau un gouvernement. Les masses en feront les frais, la liberté disparaîtra, de nouveaux parasites et de nouveaux privilégiés de toutes sortes les exploiteront. »

Les dépossédés. Karl Marx, les voleurs de bois et le droit des pauvres – Daniel Bensaïd

 

pdf

epub

En 1842, Karl Marx publie une série d’articles concernant les débats à la Diète rhénane à propos du vol de bois. Droit de propriété, liberté de la presse, rapport du délit à la peine : tels sont les enjeux de ces articles. L’essor du capitalisme entraînait alors un déplacement de la ligne de partage entre le droit coutumier (glanage ou ramassage du bois mort) et le droit de plus en plus envahissant des propriétaires. Deux ans plus tôt, le fameux pamphlet de Proudhon Qu’est-ce que la propriété ? avait fait scandale en s’en prenant aux justifications libérales de l’appropriation privée.

Plus d’un siècle et demi plus tard, les controverses en cours sur le brevetage du vivant, la propriété intellectuelle, le droit opposable au logement, etc., donnent aux questions théoriques et juridiques soulevées à l’époque une troublante actualité. À partir d’une lecture des articles de Marx, Daniel Bensaïd revient sur les sources philosophiques du débat pour en dégager les enjeux actuels.

Aujourd’hui comme hier, les dépossédés se soulèvent contre la privatisation du monde et la logique glaciale du calcul égoïste.

Les Arabes, leur destin et le nôtre. Histoire d’une libération – Jean-Pierre FILIU

pdf

epub

Depuis des décennies, l’actualité offre l’image d’un monde arabe sombrant dans la violence et le fanatisme. Comme si une malédiction frappait ces peuples, de l’interminable conflit israélo-palestinien aux guerres d’Irak et de Syrie, en passant par l’essor du jihadisme international.
Jean-Pierre Filiu remonte à l’expédition de Bonaparte en Égypte, en 1798, pour nous offrir une autre histoire des Arabes. Une histoire intimement liée à la nôtre, celle de l’Occident, de l’Europe, de la France. Une histoire faite d’expéditions militaires et de colonisations brutales, de promesses trahies et de manœuvres diplomatiques, une histoire de soutien à des dictatures féroces ou à des régimes obscurantistes, mais tous riches en pétrole.
Cette « histoire commune » qui a fait le malheur des Arabes ne doit pas faire oublier une autre histoire, largement méconnue : une histoire d’émancipation intellectuelle, celle des « Lumières arabes » du XIXe siècle, mais aussi une histoire d’ébullition démocratique et de révoltes sociales, souvent écrasées dans le sang. Autant de tentatives pour se libérer du joug occidental et de l’oppression des despotes, afin de pouvoir, enfin, écrire sa propre histoire.
Sous la plume de Jean-Pierre Filiu, les convulsions du présent se prêtent alors à une autre lecture, remplie d’espoir : dans la tragédie, un nouveau monde arabe est en train de naître sous nos yeux.

Le Livre des pénétrations métaphysiques – Molla Sadra Shirazi – Traduction: Henry Corbin

pdf

epub

Qu’est ce que l’être ? Cette question passe pour fonder la philosophie. Encore faut-il s’entendre sur le sens du mot « être ». L’essence des choses détermine-t-elle leur existence ? Devons-nous affirmer, au contraire, que l’existence conditionne l’intensité d’être qui qualifie une certaine réalité ? Mollâ Sadrâ Shîrâzî, dans ce traité écrit en Iran au siècle de Descartes et de Leibnitz, médite ces questions qui sont encore les nôtres. Mais les solutions qu’il propose s’évadent hors de nos perspectives, après avoir opéré une révolution décisive dans la métaphysique des Orientaux. Penseur shî’ite en butte à la persécution, Mollâ Sadrâ est la plus haute figure de la philosophie iranienne islamique au temps splendide de la cour safavide d’Ispahan. Sa doctrine du primat de l’existence, que le présent ouvrage expose complètement, ouvre sur une interprétation spirituelle de la résurrection des corps.
Cette traduction par Henry Corbin qui fut aussi l’éditeur du texte original, a fait événement : par son ample introduction, il situe la question de l’être et déploie une explication comparée de ce que l’Occident grec puis médiéval en ont fait, avec la tradition shî’ite.

Le Mythe de l’islamisation – Essai sur une obsession collective – Raphaël Liogier

pdf

epub

Depuis le milieu des années 2000, un mot s’est immiscé dans le débat : islamisation. Les musulmans, dont la population s’accroîtrait dangereusement, chercheraient à submerger numériquement et culturellement l’Europe. L’imaginaire du complot déborde ainsi peu à peu le cadre de l’islamophobie ordinaire. Si cette perception paranoïaque était restée l’apanage d’une poignée d’extrémistes, elle ne ferait pas question, mais elle envahit aujourd’hui l’espace public, imprègne les discours de politiciens écoutés et les analyses d’auteurs réputés sérieux.

Cet essai salutaire s’attelle à déconstruire ce qui n’est autre qu’un mythe et interroge l’obsession collective qu’il recèle. Il montre ainsi que la « bombe démographique musulmane » qui serait prête à éclater sur le triple front de la natalité, de l’immigration et de la conversion relève du fantasme. Quant au regain de ferveur spirituelle et au renouveau identitaire des musulmans, ils n’ont pas la signification conquérante ni même politique que suggère l’épouvantail de l’« islamisme ». Cette réfutation en règle permet enfin de comprendre pourquoi l’Europe et la France en particulier ont tant besoin de l’« ennemi musulman ».

Le livre de l’aide – Imam Al-Haddad

epub

Le livre de l’Aide, du soutien et de l’encouragement pour les croyants qui désirent suivre la voie vers l’au-delà Dans une de ses lettres, l’auteur écrit : « C’est un temps où l’honnêteté s’en est allée, où la religion s’est affaiblie et où la traîtrise s’est généralisée. Les gens sont dans le chaos, leurs énergies sont concentrées dans leur estomac et leurs organes génitaux.

Il ne leur importe guère de s’abaisser ou de s’élever, et tant qu’ils satisfont leurs désirs mondains, ils ne se soucient guère de savoir comment ils sont considérés par leur Seigneur. » « J’ai été conduit à écrire cet ouvrage par désir d’obéir au commandement de Dieu et à celui de Son Prophète et par souhait d’obtenir ce qui a été à l’évidence promis à ceux qui donnent des indications pour guider, qui invitent au bien et qui répandent la connaissance.

J’ai appelé ce traité Le livre de l’aide, du soutien et de l’encouragement pour les croyants qui désirent suivre la voie vers l’au-delà. » « Je demande à Dieu de faire que moi et les autres croyants en tirions profit et de faire que mon travail d’écriture soit purement justifié par l’amour de Sa noble Face. »

Le Beylik de Constantine et Hadj ‘Ahmed Bey (1830-1837) – Temimi Abdeljelil

Résultat de recherche d'images pour "Le beylik de Constantine et Hadj'Ahmed Bey- Abdeljelil Temimi"

pdf

hmed Ben Mohammed Chérif, aussi connu comme Ahmed Bey ou Hadj Ahmed Bey, né en 1786, à Constantine et mort le 30 août 1851, à Alger, est le dernier bey de Constantine dans la régence d’Alger, de 1826 à 18481. Il était le successeur de Mohamed Menamenni Bey ben Khan.

Durant son règne, il est connu pour avoir dirigé, avec la population locale, une résistance farouche contre l’expansion française. En 1837, son territoire a été annexé par la France, qui l’ont rétabli en tant que dirigeant de la région. Il resta à cette position jusqu’en 1848, lorsque la région devint une partie de la colonie d’Alger, et qu’il fit sa réédition.

Sa résistance à l’occupation française inspira les nationalistes et les révolutionnaires algériens.

L’âne – Driss Chraibi

pdf

epub

Dans un monde en transformation, un homme s’éveille à la vie de ses semblables. Il s’appelle Moussa. Il troque son âne et sa vieille lame de couteau contre une trousse moderne de coiffeur ambulant, et ainsi s’engage dans l’avenir. Longtemps, l’âne solitaire le poursuit de ville en ville, en brayant, jusqu’au jour où il se jette sous le train qui emmène son maître. Les années passent, Moussa n’a pas encore compris dans quel monde il s’est réveillé, ni pourquoi. Un jour, il retrouve une jeune Marocaine des Jeunesses féminines, elle a connu Moussa et son âne. Comme lui, elle a cru à un « changement » et elle a disposé d’elle-même avec ivresse. Mais finalement on la marie de force et elle se précipite dans le fleuve. L’âne avait raison. Moussa ne sera plus seulement spectateur de tant de violence, de l’hystérie des foules. Il se découvre une mission. Moussa est-il en train de devenir une espèce de Moïse moderne ? Ce livre est une sorte de commentaire aux événements qui déchirent aujourd’hui l’Afrique du Nord.

Un rêve oublié entre Guyane et Brésil : la République de Counani – Odon Abbal

pdf

République de la Guyane indépendante:  La République indépendante de Guyane a été fondée en 1886 par les habitants de Counani avec quelques aventuriers français et des esclaves fugitifs sur une immense zone contestée  entre la France et l’Empire du Brésil. Cette république, présidée depuis Paris par le journaliste Jules Gros, ne fut reconnue ni par la France, ni par le Brési. Dernier refuge du mythe de l’Eldorado, territoire ouvert aux ambitions des aventuriers, aux visions des illuminés, proie des trafiquants de toute espèce, l’espace compris entre l’Oyapock et l’Amazone n’a cessé d’enflammer les imaginations. Un faisceau de circonstances diverses mais convergentes devait faire de ces étendues apparemment sans maître, le lieu de naissance d’un état rêvé, la République de Counani. Entre Paris, Cayenne et Rio elle devait faire couler beaucoup d’encre et engendrer bien des déceptions avant de sombrer dans l’oubli. Que fut Counani ? Un vaudeville ? La vanité manifeste d’Européens en mal de reconnaissance sociale ? Le dernier avatar de la France équinoxiale ? Ou le commencement de l’émergence brésilienne dans la région ? Comme souvent à l’époque, l’intrigue s’est jouée sans que l’avis des autochtones fût sollicité.

La médecine islamique – Manfred Ullmann

pdf

epub

A partir de l’ouvrage connu dans l’Europe médiévale sous le tire de « Liber regius », l’auteur évoque toutes les facettes de la médecine islamique, y compris les aspects populaires de la pratique médicale comme ses liens avec l’astrologie et les sciences occultes.

 

La liberté ou la mort : Essai sur la Terreur et le terrorisme – Sophie Wahnich

pdf

epub

Ce livre va à l’encontre d’une représentation de la Terreur qui, depuis Thermidor, en fait un objet de dégoût et de honte dans l’histoire de la Révolution. Ce dégoût  » n’est séparable ni du parallèle construit avec l’histoire des catastrophes politiques du XXe siècle, ni de l’idéalisation du modèle démocratique actuel « . La demande de terreur de l’été 1793 a pour cause l’effroi ressenti par le peuple parisien à la mort de Marat, effroi d’où émerge la détermination de  » mourir pour la liberté  » – la liberté ou la mort. C’est parce que l’Assemblée n’a pas mis en jugement ceux qui ont tiré sur le peuple aux Tuileries le 10 août 1792 que le peuple entre dans les prisons en septembre et reprend le glaive de la loi. Le souvenir de ces massacres hantera les révolutionnaires, soucieux  » d’inventer les formes symboliques qui permettront de contenir l’ardeur « . Ainsi, le tribunal révolutionnaire est-il une manière de mettre des bornes à l’exception souveraine dans sa fonction vengeresse. Et la mise en équivalence morale de l’an II et de septembre 2001,  » non-sens historique et philosophique, est l’effet de ce qu’on pourrait appeler la rémanence rétinienne de l’image de la terreur révolutionnaire « .

La Guerre de Jugurtha – SALLUSTE

pdf

epub

Construit autour de la personnalité de Jugurtha, prince ambitieux, cruel et rusé, mais promis à une fin misérable, le récit de la guerre menée par Rome en Afrique entre 111 et 105 avant J.-C. permet à Salluste de réfléchir aux interactions de la guerre et de la politique intérieure. En effet, ce conflit qui vit s’illustrer Metellus, Marius et Sulla marque aux yeux de l’historien latin le début de la rébellion contre le pouvoir exclusif de la noblesse, véritable préambule aux guerres civiles qui déchireront le dernier siècle de la République: « Je me propose de raconter la guerre que le peuple romain livra contre Jugurtha, le roi des Numides. D’abord parce que ce fut une grande guerre, acharnée et changeante. Ensuite parce qu’elle amena la première contestation réelle du pouvoir arrogant de la nobilitas » (V, 1). L’ouvrage s’achève sur le triomphe de Marius, l’homme de la plèbe dont le courage et la force ont fini par l’emporter sur la vénalité et l’orgueil des aristocrates et sur la détermination d’un ennemi réputé perfide.

La fracture coloniale, la société française au prisme de l’héritage colonial – Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire

pdf

epub

Près d’un demi-siècle après la fin de son empire, la France demeure hantée par son passé colonial. Pourquoi une telle situation, alors que les autres sociétés postcoloniales en Occident travaillent à assumer leur histoire outre-mer ? Pour répondre à cette question Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire ont décidé d’ausculter les prolongements contemporains de ce passé à travers les différentes expressions de la fracture coloniale qui traverse aujourd’hui la société française. Ils ont réuni, dans cette perspective, les contributions originales de spécialistes de diverses disciplines, qui interrogent les mille manières dont les héritages coloniaux font aujourd’hui sentir leurs effets : relations intercommunautaires, ghettoïsation des banlieues, difficultés et blocages de l’intégration, manipulation des mémoires, conception de l’histoire nationale, politique étrangère, action humanitaire, place des DOM-TOM dans l’imaginaire national ou débats sur la laïcité et l’islam de France… Les auteurs montrent que la situation contemporaine n’est pas une reproduction à l’identique du  » temps des colonies  » : elle est faite de métissages et de croisements entre des pratiques issues de la colonisation et des enjeux contemporains. Pour la première fois, un ouvrage accessible traite de la société française comme société postcoloniale et ouvre des pistes de réflexion neuves.

Kojo Tovalou Houénou. Précurseur, 1887-1936. Pannégrisme et modernité – Emile Derlin Zinsou et Luc Zouménou

Résultat de recherche d'images pour "Kojo Tovalou Houénou"

pdf

epub

Kojo Tovalou Houénou, rejeton d’une grande famille béninoise, a été tout à la fois, après 1918, la coqueluche de grands salons parisiens et le héraut en France du panafricanisme. L’ancien président du Bénin, Emile Derlin Zinsou, et un universitaire béninois, Luc Zouménou, retracent la carrière de cet Africain surdoué, fondateur à Paris, en 1924, d’une Ligue universelle pour la défense de la race noire (Ludrn) et dont le peintre Modigliani, un de ses amis, fit le portrait.

Diplômé en médecine et en droit à Bordeaux, le jeune Béninois s’engage dès 1914 dans l’armée française. Blessé et démobilisé, il s’installe à Paris et s’initie à la politique. Il se rend en 1921 aux Etats-Unis, au congrès de l’Universal Negro Improvement Association, le mouvement panafricaniste de Marcus Garvey. De retour en France, il fonde un journal, Les Continents, où il proclame un attachement indéfectible pour la France, tout en critiquant sévèrement ses méthodes « coloniales ». En 1934, à Cotonou, il gifle un confrère en plein tribunal et est incarcéré à Dakar, où il meurt en détention en 1936. Le « prince » Tovalou n’a pas joué le rôle éminent auquel ses talents divers semblaient le destiner.

Industriels et banquiers français sous l’Occupation – Annie Lacroix-Riz

pdf

epub

Le monumental ouvrage d’Annie Lacroix-Riz, écrit presque exclusivement à partir du dépouillement des archives originales françaises et allemandes, a fait date dans l’historiographie européenne de la guerre de 1940/1945. La richesse des sources, l’érudition de l’auteur sont proprement stupéfi antes. Et surtout, l’auteur tire clairement des conclusions. À la faveur de cette 2e édition, l’auteur a entièrement refondu son ouvrage pour tenir compte des dernières données archivistiques et historiographiques.

Ibn Arabî et le voyage sans retour – Claude Addas

pdf

epub

 » Je sus que ma parole atteindrait les deux horizons, celui d’Occident et celui d’Orient « , déclare Ibn Arabî (1165-1240) à la suite d’une vision survenue dans sa jeunesse. L’histoire lui a donné raison. Depuis plus de sept siècles, son œuvre n’a cessé d’être lue, méditée, commentée dans toutes les langues vernaculaires de l’islam ; il a exercé une influence majeure sur le soufisme, la dimension mystique de l’islam. La vindicte persistante des oulémas (docteur de la Loi de l’islam) à son égard atteste la force de sa présence parmi les  » Hommes de la Voie « . Il est le grand Docteur mystique de l’islam. Pas de question intellectuelle et religieuse qu’il n’ait abordée dans son œuvre immense (plus de quatre cents ouvrages !).

Claude Addas retrace ici la vie et l’œuvre de ce grand  » voyageur « , exceptionnel  » vivificateur de la religion « , comme on le désigne dans la tradition musulmane.

Histoire de la philosophie islamique – Henry Corbin

pdf

epub

La philosophie en terre d’Islam n’a pas seulement recueilli l’héritage des Grecs. Son rôle dans l’histoire ne s’est pas achevé avec Averroës. Jusqu’à nos jours, elle n’a cessé d’engendrer une des plus riches métaphysiques qui soient. Henry Corbin fait plus ici que nous révéler les moments de cette longue histoire. Il en dévoile le sens et l’intention herméneutique : comment, des Ismaéliens à Avicenne, de Sohravardî ou d’Ibn ‘Arabî à l’Ecole d’Ispahan, s’est constituée une exégèse du Livre saint, et comment est née une philosophie prophétique. L’auteur a pour voeu que ces pensées ne restent pas inconnues du public occidental, mais qu’elles prennent enfin la place qu’elles méritent dans le cours de notre propre questionnement. Le lecteur trouvera dans ce livre enfin réunies les deux parties, jusqu’ici éditées séparément, de cette Histoire, qui couvre ainsi plus de dix siècles.

Histoire politique des immigrations (post) coloniales: France 1920 – 2008 – Ahmed Boubeker, Abdellali Hajjat

pdf

epub

Depuis une vingtaine d’années, l’histoire de l’immigration en France est passée du statut d’objet plus ou moins illégitime dans le champ des sciences sociales à celui d’objet relativement reconnu, comme en témoigne la création de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Mais l’histoire politique de l’immigration, l’histoire non pas tant des politiques migratoires que des immigrés en tant que sujets, reste encore a écrire. Ce déficit d’histoire a des conséquences fâcheuses tant du point de vue scientifique que politique. Alors que l’histoire de l’immigration et de la colonisation est au cœur de controverses mémorielles parfois houleuses, les termes du débat se fondent souvent sur une vision partielle ou erronée des mouvements politiques de l’immigration postcoloniale. Des événements historiques, comme la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 ou des mobilisations comme les mouvements de jeunes musulmans de France, font l’objet soit de discours mystificateurs, soit de disqualifications symboliques. Ce livre voudrait contribuer à combler ces lacunes en offrant une vision panoramique et dynamique de l’histoire des luttes de l’immigration postcoloniale depuis un siècle. Rassemblant les meilleurs spécialistes du monde universitaire sur la question et les analyses de nombreuses figures importantes du  » mouvement autonome de l’immigration « , il propose une représentation inédite d’une histoire méconnue et constitue le premier ouvrage de référence sur le sujet publié en France.

Histoire d’un parjure – Michel Habart

pdf

Ainsi, en dépit de l’absence de travaux solidement étayés, Michel Habart a eu le mérite, tout le mérite de s’attaquer directement aux contrevérités historiques, en pleine guerre de libération nationale algérienne, d’ébranler bien des certitudes.

Histoire de ma vie – Fadhma Aït Mansour AMROUCHE (Auteur), Vincent MONTEIL (Préface), Kateb YACINE (Préface)

pdf

epub

Kabyle, chrétienne, femme, et surtout poète, Fadhma Amrouche a vécu l’exil toute sa vie : dès sa naissance en 1883, dans son propre pays, l’Algérie, puis pendant quarante années en Tunisie, enfin en Bretagne jusqu’à sa mort en 1967. Dans ce livre magnifique, elle raconte sa vie de femme et le destin des Kabyles.

Ce livre est le récit d’une vie,  » une simple vie, écrite avec limpidité par une grande dame kabyle, […] où l’on retrouve les travaux et les jours, les naissances, les morts, le froid cruel, la faim, la misère, l’exil, la dureté de cœur, les mœurs brutales d’un pays rude où les malédictions, les meurtres, les vendettas étaient monnaie courante… « . Kabyle, chrétienne, femme, et surtout poète, Fadhma Amrouche a vécu l’exil toute sa vie : dès sa naissance en 1883, dans son propre pays, l’Algérie, puis pendant quarante années en Tunisie, enfin en Bretagne jusqu’à sa mort en 1967. Dans ce livre magnifique, elle raconte sa vie de femme et le destin des Kabyles,  » tribu plurielle et pourtant singulière, exposée à tous les courants et pourtant irréductible, où s’affrontent sans cesse l’Orient et l’Occident, l’Algérie et la France, la Croix et le Croissant, l’Arabe et le Berbère, la montagne et le Sahara, le Maghreb et l’Afrique… « .

La bataille du 5 juin 1967: La lutte armée arabe et l’impérialisme – Sabr Abû-Nidhal

pdf

epub

(livre rare). Cet ouvrage, traduit et présenté par un groupe d’étude arabe, revient sur la bataille du 5 Juin 1967, l’organisation de la la coallition arabe, les idéologies politiques et les différentes stratégies millitaires mises en place et à mettre en place pour vaincre le sionisme.

La lutte arabe contre l’impérialisme est souvent mal connue. Aussi, le commandant Sahr Abû-Nidhal s’est-il livré à une analyse en profondeur des luttes passées, présentes et à venir du peuple arabe. S’appuyant sur des documents politiques et militaires l’auteur explique le mécanisme de la défaite de la bataille du 5 juin 1967 –

(Attention, il y a des commentaires racistes/sionistes ajoutés au stylo).

Histoire de l’Iran et des Iraniens: Des origines à nos jours – Jean-Paul Roux

pdf

epub

Les études iraniennes n’ont pas la place qu’elles méritent et notre connaissance du monde iranien est superficielle. On dirait qu’un grand voile le recouvre qui ne laisse transparaître que quelques phares : Suse, Persépolis, Samarkand, Herat, Ispahan, Chiraz, des miniatures, des poèmes… Il devrait briller de tous ses feux, il devrait être éclatant comme son ciel d’un bleu inégalable, comme ses longs déserts de sable doré, ses montagnes dénudées, comme sa théologie de la lumière, comme ses dômes recouverts de faïences d’azur, comme ses roses d’Ispahan, comme ses poètes
« d’inimitable simplicité ». Il se dissimule à nos yeux, dans la nébuleuse de l’islam où il affirme une forte personnalité.
Et pourtant l’histoire de l’Iran intéresse de près l’histoire universelle. Sa connaissance est indispensable à tout historien, à tout honnête homme. Qui pourrait lire la Bible en ignorant la déportation à Babylone et l’édit libérateur de Cyrus, « l’oint de Iahvé », dit le Deutéro-Isaïe ? Comment pourrait-on étudier la Grèce en négligeant les guerres Médiques, Hérodote, né sujet iranien, Alexandre et sa conquête du monde ? Qui resterait indifférent devant la venue des Mages, des prêtres-rois iraniens, au berceau du Christ ? Qui oserait oublier l’importance capitale pour l’Empire romain de sa longue lutte contre les Parthes et les Sassanides ? Avec quel regard visiterait-on les Indes si l’on ne savait pas que l’islam indien dépend, en
partie au moins, de l’islam iranien ? Et l’amour courtois de notre beau Moyen Age n’est-il pas né dans ce pays cathare qui transmet un ultime écho des vallées de la Mésopotamie ? On pourrait multiplier à l’infini de semblables questions.

Histoire de l’Algérie à la période coloniale, 1830-1962 Jean-Pierre PEYROULOU, Abderrahmane BOUCHÈNE, Ouanassa Siari TENGOUR, Sylvie THÉNAULT

pdf

epub

À l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, les Éditions La Découverte (Paris) et les Éditions Barzakh (Alger) publient conjointement et simultanément cet ouvrage collectif destiné à un large public sur l’histoire de l’Algérie à la période coloniale (1830-1962). En effet, en France comme en Algérie, celle-ci reste souvent mal connue des non-spécialistes, alors qu’elle est essentielle pour mieux comprendre la situation actuelle dans les deux pays, ainsi que leurs relations depuis l’indépendance en 1962. Or, depuis les travaux pionniers de Charles-André Julien et Charles-Robert Ageron, malgré la multiplication des publications, on manquait d’une vaste fresque synthétique de cette histoire, rendant compte des travaux les plus récents. Ce livre, écrit principalement par des historiens (algériens, français et d’autres nationalités), a donc pour but de mettre à disposition des lecteurs une histoire partagée et critique de cette période historique, qui tienne compte des interrogations actuelles des sociétés sur ce passé.
Cet ouvrage replace ainsi la guerre d’indépendance dans le temps long de la période coloniale, car c’est bien dans cette longue durée que le conflit s’enracine. Il permet ainsi de rendre compte des résultats des nombreux travaux de recherche novateurs conduits sur la période comprise entre la conquête et le début de cette guerre. Dans ce cadre historique, l’ouvrage entend questionner comment l’histoire de ces deux pays et de ces populations s’est nouée, dans des rapports complexes de domination et de violence, mais aussi d’échanges, dans les contextes de la colonisation puis de la décolonisation. Il s’agit enfin d’interroger les héritages de ces cent trente-deux ans de colonisation qui marquent encore les sociétés algériennes et françaises.

Histoire de la Tunisie: Les grandes dates, de la Préhistoire à la Révolution – Habib Boularès

pdf

epub

L’Histoire de la Tunisie, de la Préhistoire à la Révolution est un livre aux multiples accès. Il se lit comme un roman, s’étudie comme un manuel, se feuillette comme un album et on y revient comme à un atlas ou à un dictionnaire. Il offre, en un volume unique, une présentation juste et vivante de tout ce que l’on doit savoir de l’histoire d’un des plus vieux pays du monde. L’auteur : Habib Boularès, né à Tunis en 1933, est journaliste, écrivain et homme politique. Passionné d’histoire tunisienne, de l’Antiquité à la période moderne, il est notamment l’auteur de deux drames historiques, Murad III et le Temps du Bouraq, et de la première biographie de Hannibal écrite du point de vue africain (Paris, Perrin-Tunis, Cérès éditions, 2000). Habib Boularès peut être considéré comme l’un des grands représentants de l’école humaniste tunisienne, associant au savoir le désir de transmettre et aux idées la volonté de réformer. Cette Histoire de la Tunisie par les grandes dates, un monument d’érudition à la portée de tous, en est la parfaite illustration.

Histoire des révoltes panafricaines – Matthieu Renault, CLR James

pdf

epub

Ce petit livre de C. L. R. James, dont la première édition est parue en 1938, la même année que Les Jacobins noirs, propose une histoire mondiale de la résistance des Noirs, de Saint-Domingue aux colonies africaines, en passant par les États-Unis et d’autres îles des Antilles.

Révoltes d’esclaves, émeutes, grèves, mouvements millénaristes ou antiracistes : rompant avec le cliché de populations subissant passivement leur exploitation, James souligne la diversité des rébellions, leur constance et leur place centrale dans le monde moderne. Ici comme ailleurs, ce sont les masses qui font l’histoire, dans les conditions et avec les croyances qui sont les leurs ; les leaders, Toussaint comme Nkrumah, Garvey comme Nyerere, sont toujours portés et produits par des processus collectifs.

Dans l’épilogue, écrit en 1969, James traite des luttes des Noirs aux États-Unis, des conflits ouvriers dans les Caraïbes et surtout de l’Afrique post-coloniale, prolongeant et précisant les analyses avancées trente ans plus tôt. Par son sujet comme par son traitement, ce livre n’a pas pris une ride – il pourrait même être en avance sur notre temps.

Antonio Gramsci: Guerre de mouvement et guerre de position – Razmig Keucheyan

pdf

epub

Avec raison, Gramsci (1891-1937) reste considéré comme l’un des marxistes de l’entre-deux-guerres les plus importants. Le choix d’extraits, réunis ici en 7 chapitres, embrasse l’ensemble de ses écrits de prison et tente de mettre en évidence plusieurs de ses concepts : hégémonie, américanisme, culture nationale populaire, etc.

Les pages parmi les plus intéressantes sont celles qui reviennent sur l’articulation entre société civile et politique, direction et domination, force et persuasion, qui dessine une nouvelle conception de l’État – « hégémonie cuirassée de coercition » (p. 40) –, sensée mieux correspondre aux changements historiques opérés en Occident depuis la fin du XIXe siècle. D’où une réflexion sur la stratégie à adopter au regard du succès de la révolution en Russie et de son échec partout ailleurs. Également captivants, les passages consacrés à l’américanisme, à savoir les nouvelles méthodes et organisations de travail mises en œuvres aux États-Unis dans les usines Ford. Gramsci y voit une combinaison habile de la force et de la persuasion, une pression matérielle et morale, une rationalisation de la production, parallèle à une rationalisation des instincts sexuels où l’enjeu est « le processus de transformation psycho-physique » de l’ouvrier moyen (p. 303). Au fil des pages, se révèle alors un marxisme original, insistant sur les liens entre théorie et pratique, réflexion et volonté – « on ne peut prévoir « scientifiquement » que la lutte » (p. 120) –, sur les moments de crise et le complexe de compromis, d’équilibres instables, qui se noue par le biais de l’hégémonie de la classe dirigeante et appelle à un renouvellement complet de la stratégie des luttes.

Féminismes islamiques – Zahra Ali

pdf

epub

Féminismes islamiques : un titre qui en fera sursauter beaucoup, y compris parmi celles et ceux qui se pensent à l’abri de tout préjugé. C’est que le stéréotype « islam =oppression de la femme » croise partout comme un sous-marin, tantôt en surface et pavillon haut, tantôt dans les profondeurs de l’inconscient. Ce que montre ce livre, le plus souvent on ne le sait pas : que dans les pays où l’islam est la religion dominante, des croyantes puissent lutter pour l’égalité, retourner les textes sacrés contre le patriarcat, s’élever contre les autorités politiques et religieuses qui bafouent les droits des femmes. De l’Egypte à l’Iran, du Maroc à la Syrie, en France, aux Etats-Unis et jusqu’en Malaisie, des intellectuelles, des chercheuses et des militantes sont engagées dans une démarche féministe à l’intérieur du monde religieux musulman. Zahra Ali nous fait entendre leurs voix et propose ainsi de décoloniser le féminisme hégémonique.

Edward Said: L’intifada de la culture – Yves Clavaron

pdf

epub

Edward Wadie Saïd (1935-2003), américain d’origine palestinienne, fut l’un des intellectuels les plus en vue de la fin du vingtième siècle : professeur de littérature anglaise et comparée à Columbia University, ardent défenseur de la cause palestinienne et fondateur (malgré lui) d’une nouvelle méthodologie issue de la mouvance des cultural studies, les études postcoloniales. Said est l’auteur d’une importante série de travaux couronnée par un titre-phare, L’Orientalisme, qui a profondément révolutionné l’approche des relations (notamment de pouvoir) entre Occident et Orient, tout en soulevant des polémiques parfois violentes. l’Intifada de la culture est la première monographie en français consacrée à Edward Saïd, dix ans après sa mort. L’ouvrage se veut synthétique et propose plusieurs parcours dans l’oeuvre d’un auteur qui a toujours revendiqué une action dans la Cité des hommes, sans cesser de réfléchir sur l’épistémologie des différents champs du savoir. L’Intifada de la culture tente de retracer la trajectoire originale d’un intellectuel éclectique, un migrant intercontinental pris entre son appartenance à l’institution occidentale et une posture d’insurrection, qui inscrit sa réflexion et sa manière d’être au monde dans une perspective résolument politique, niais ouverte à tous les sujets.

Ecrits politiques (1928-1949) : Sur le socialisme, les intellectuels et la démocratie – George Orwell

pdf

epub

De son premier article, publié dans la revue politico-littéraire d’Henri Barbusse, à ses ultimes déclarations sur la signification de 1984, les textes de George Orwell ici réunis sont tous inédits en français. Ils avaient été écartés de l’édition de ses Essais, articles et lettres choisis par sa veuve, Sonia, qui « n’appréciait pas son positionnement politique » (Bernard Crick). Ce recueil dessine l’itinéraire des engagements d’Orwell et l’évolution de ses idées : témoignages sur l’Espagne de la guerre civile, appels des années 1940-1941 à la révolution en Angleterre pour gagner la guerre contre Hitler, condamnation radicale de l’impérialisme britannique en Inde et en Birmanie, réflexions sur le socialisme et la démocratie, critique des intellectuels et de leur fascination pour le pouvoir, bilan de l’expérience travailliste d’après guerre, etc. Il inclut des essais méconnus, qui furent des jalons importants dans l’élaboration de ses conceptions sur l’individu, l’Etat et la société, comme « Culture et démocratie », « Les socialistes peuvent-ils être heureux ? » ou « La révolte intellectuelle ». Malgré l’immense célébrité de l’écrivain Orwell, sa pensée reste largement ignorée ou incomprise en France. Il est temps qu’il y soit lu comme une figure majeure, et désormais classique, de la pensée politique du XXe siècle, au même titre qu’un Gramsci ou une Hannah Arendt.

Dictionnaire amoureux de la Palestine – Elias SANBAR

pdf

epub

La Palestine n’est pas une terre vierge, encore moins une terra incognita. Son histoire est une longue série de conquêtes et de reconquêtes, abouties parfois, rêvées le plus souvent. Ce dictionnaire amoureux est l’ouvrage d’une diaspora.

Comment traiter d’un pays qui n’aurait jamais existé ou d’un Etat qui n’existe pas encore ? Telle pourrait être l’équation en apparence impossible posée par ce Dictionnaire amoureux de la Palestine.

Sans faire l’impasse sur les grandes interrogations liées à un conflit emblématique, véritable « caisse de résonance » des passions et des délires du monde, l’auteur entend ramener le pays et son peuple à leur réalité, leur banalité quotidienne, à l’ambition profonde d’être enfin un pays comme les autres.

Fort de son vécu, mais sans renoncer à l’analyse, il fait le choix ici d’aborder une autre Palestine, plus réelle, une Palestine intime, subjective, née de la profonde relation entre une terre natale et un enfant réfugié en 1948 qui, malgré ou grâce à l’exil, découvrira le monde et se transformera sans jamais se renier.

blues et feminisme noir – Angelas Davis

epub                               pdf

Blues et féminisme noir explore l’œuvre de deux blueswomen quelque peu oubliées : Gertrude « Ma » Rainey (1886-1939) et Bessie Smith (1894-1937). La première incarne le blues traditionnel, la seconde, le blues classique. Dévalorisée par les spécialistes du blues et du jazz – qui sont en général des hommes blancs –, l’œuvre de ces chanteuses porte un message spécifique : elle affirme la place et les revendications d’autonomie des femmes noires américaines.
En analysant et en contextualisant les paroles de leurs chansons, Davis met en évidence les prémices du féminisme noir et les signes avant-coureurs des grandes luttes émancipatrices à venir. Elle montre que Ma Rainey et Bessie Smith furent les premières rock stars de l’histoire de la musique : or elles étaient noires, bisexuelles, fêtardes, indépendantes et bagarreuses.
Elles posèrent les bases d’une culture musicale qui prône une sexualité féminine libre et assumée, qui appelle à l’indépendance et à l’autonomie des femmes aux lendemains de la période esclavagiste, en revendiquant avec détermination l’égalité de « race » et de genre.
Cette réflexion s’étire aux années 1940 en évoquant l’œuvre de Billie Holiday (1915-1959). Angela Davis réhabilite la conscience sociale de cette chanteuse d’envergure, trop souvent présentée sous le simple prisme des turpitudes de sa biographie.
Blues et féminisme noir propose une histoire féministe et politique de la musique noire des années 1920 aux années 1940.

L’auteure

Figure américaine incontournable, Angela Davis (née en 1944) est connue pour son engagement politique depuis les années 1960. Communiste, élève de Marcuse et Adorno, membre du Black Panther Party, emprisonnée deux ans en 1970, inscrite alors sur la liste des personnes les plus recherchées par le FBI, elle mène depuis 1969 une carrière universitaire. Ses travaux, marqués par la théorie critique et son bagage d’activiste, tournent principalement autour de la question de genre, de la place des Noirs aux États-Unis et du système carcéral. Ses ouvrages les plus connus sont S’ils frappent à la porte à l’aube (Éditions sociales, 1971), Femmes, race et classe (Des femmes, 1983) et Autobiographie (Albin Michel, 1975)

Corps spirituel et terre celeste: De l’Iran mazdéen à l’Iran shïite – Henry Corbin

Corps spirituel et terre celeste -

epub

pdf

Rédigé entre 1953 et 1960, le présent essai montre qu’on ne peut réduire Corbin à un simple historien de la philosophie. Si les Macrobe de l’Antiquité tardive et les Pléthon de l’époque byzantine ont ponctué son œuvre, ce fut pour aider à réactualiser le néoplatonisme au cœur de nos débats. Devenu orientaliste, Corbin dérangea plus qu’un antimoderne. Comme Sartre, il n’en appela ni à la vérité ni à l’absolu, et se saisit d’un discours particuliler ; mais ce discours, c’est en Iran qu’il est allé le chercher. Son livre prête en effet au néoplatonisme de ce pays une mission spirituelle faisant résonner le passé préislamique (l’Iran mazdéen) dans la gnose de l’École d’Ispahan (l’Iran shî’ite).

Quand le paganisme se voit concilié avec le monothéisme, un tel dépassement permet, plutôt que brandir le concret contre l’abstrait, de s’ouvrir enfin au vrai. Loin d’être une métaphore, le vrai recouvre, pour Corbin, un événement à prendre à sa source. Là où l’on opposa à l’existentialisme un vain réenchantement du monde, la dialectique de ce livre, plus radicale et réaliste, invite à s’engager dans le monde imaginal. Le lecteur en découvrira une charte vive d’actualité.

De la resistance à la guerre civile en Grèce (1941-1946) – Joelle Fontaine

pdf

epub

Platon, Aristote, l’invention de la démocratie : c’est une tout autre image de la Grèce que montre ce livre, celle d’un pays sacrifié et humilié – comme il l’est aujourd’hui. On y verra comment la Résistance grecque, l’une des plus actives et efficaces de l’Europe occupée par les nazis, fut mise au pas et massacrée par les collaborateurs et les Anglais en 1944 : il fallait ramener le roi sur le trône, rétablir l’ordre social d’avant-guerre, éviter que la véritable démocratie de la Résistance ne s’impose à la Libération. On y découvrira une image peu flatteuse de Churchill, capable de tout et même de nuire à l’effort de guerre pour maintenir la Grèce dans l’orbe britannique. On assistera au flottement fatal de la direction du Parti communiste, lâché par l’URSS et acculé aux compromis. On verra, en 1945, la terreur, lancée par le gouvernement et les bandes armées d’anciens collaborateurs, qui s’abat sur les résistants désarmés, les syndicalistes, les démocrates. Les lignes de front sont tracées et la Grèce s’apprête à vivre trois années de guerre civile qui laisseront le pays exsangue. Trois années pendant lesquelles ce sont les Américains, dans le contexte de guerre froide, qui prennent la relève des Anglais dans la répression du mouvement populaire. Tout ce qui va advenir par la suite, de la dictature des colonels à la mise à mort actuelle du pays, sommé de payer « sa dette », est en germe dans cette histoire tragique de la Résistance grecque.

De notre servitude involontaire – Alain Accardo

 epub

pdf

Plus encore que notre adhésion consciente, c’est notre adhésion inconsciente qui fait la force du système capitaliste : notre connivence involontaire, cette forme de complicité qui s’ignore parce qu’elle “va sans dire”. Nous agissons spontanément et à notre insu pour être compatibles avec une logique que nous avons intériorisée en vertu de la place que nous occupons dans ce monde et des propriétés sociales que nous détenons.
A défaut de pouvoir supprimer d’un coup de baguette magique les causes objectives (l’économie, l’Etat et les institutions) de notre servitude, il faut en faire inlassablement une critique en actes et sans concession – sans s’exempter soi-même. Et retourner à la base, sur le terrain, pour reprendre le fil de l’analyse cassé par le triomphe du libéral-socialisme, pour poursuivre la lutte sur des bases politiquement et sociologiquement plus cohérentes.

Y a-t-il une autre alternative à notre avilissante servitude? Y en a-t-il une plus honorable? Alors, Vive la Révolution! Tout le reste est verbiage de petit-bourgeois promis aux oubliettes.

Ce livre inaugure la réflexion de l’auteur sur le rôle, central et ambigu, des classes moyennes dans le système politique dominant des pays riches : la démocratie représentative et l’ordre social capitaliste.

Qui se souvient de la mer – Mohammed Dib

pdf

Une grande ville arabe, des personnages patients, hébétés, toute une figuration mystérieuse, ensorcelée : une image apocalyptique de la guerre d’Algérie. Le monde des profondeurs s’y réveille, la cité soumise aux forces imprévisibles et démoniaques, aux terreurs insurmontables, aux émerveillements cruels. Les visages sont de pierre et de lichen et, au milieu des explosions, des cérémonies inexplicables, des hommes continuent à vivre, s’enfonçant de plus en plus dans la terre pour y retrouver une racine ou un sommeil. Il n’y a plus de loi ni d’interdit, il n’y a plus de temps ni d’espace. Tout peut arriver. Et le héros lui-même le sait, déjà averti par certains signes, par le visage mouvant et bénéfique de sa femme Nafissa. Ainsi Mohammed Dib a-t-il fixé et ordonné les cauchemars tout au long de ces pages qui constituent désormais l’un des grands classiques de la littérature algérienne.

Nos ancêtres les Arabes. Ce que notre langue leur doit- Jean Pruvost

Résultat de recherche d'images pour "Nos ancetres les Arabes - Ce qu - Jean Pruvost"

epub

Ce que notre langue leur doitLa langue arabe offre à la langue française force mots, sans que personne ne s’en doute. Que la langue arabe vienne en troisième position après l’anglais et l’italien a de quoi surprendre.Dans l’alimentation, par exemple, une pastèque, des artichauts, des aubergines, des épinardsà l’estragon, une mousseline, un sorbet arrosé de sirop, en buvant de la limonade ou une orangeade, pour finir avec un café, sans sucre, et un alcool, tout cela vient du monde arabe. Pour la mode, une jupe de coton, un gilet de satin, un caban ou une gabardine… Pour le savant, l’algèbre, les algorithmes, les chiffres…Tous les domaines de l’existence sont ainsi répertoriés pour rappeler les mots arabes que nous utilisons, qu’il s’agisse de la flore, de la faune, des parfums et bijoux, de l’habitat, des transports, de la guerre, des couleurs, des fêtes, de la musique, des lettres et des arts, des religions, etc. Sans oublier les effets sur notre langue de la colonisation, de la guerre d’Algérie, du rap…Pour Lavisse, « Nos ancêtres les Gaulois » étaient avant tous des barbares et sans les Romains et la civilisation arabe, qui a irrigué tous le Moyen Âge, la Renaissance aurait encore tardé.Jean Pruvost nous offre une nouvelle fois l’occasion de nous plonger dans le grand voyage des mots de la langue française.

Amère Russie, Tome 1 : Les amazones de Bassaiev – Scénario : Aurélien DUCOUDRAY Dessin : ANLOR (BD)

pdf

Une épopée rude et touchante à travers la Tchétchénie  dévastée par la guerre.

Au milieu des années 1990, une mère russe tente de survivre en vendant des DVD pirates dans le métro de Moscou. Elle est sans nouvelles de son fils militaire en opération en Tchétchénie. Un jour, elle lit le nom de Volodia sur une liste de prisonniers. Il est aux mains des Tchétchènes. Au même moment, Bassaiev, le général ennemi, annonce par voie de presse qu’il relâchera ses prisonniers si leurs mères russes viennent les chercher. Sans moyens, n’écoutant que son courage, son petit chien fantasque sous le bras, elle prend la route vers cette région en guerre pour aller chercher son fils…

Cet album contient un cahier supplémentaire de 8 pages sur les amazones tchétchènes.

Amère Russie, Tome 2 : Les Colombes de Grozny – Scénario : Aurélien DUCOUDRAY Dessin : ANLOR (BD)

pdf

Une épopée rude et touchante à travers la Tchétchénie dévastée par la guerre.

Pour retrouver son fils, un militaire russe détenu en Tchétchénie, Ekaterina a bravé tous les dangers. Jusqu’à rencontrer Bassaiev, le redoutable chef tchétchène, qui lui présente un prisonnier… qui n’est pas celui qu’elle recherche éperdument. Retranchée dans une Grozny assiégée, déçue par l’attitude des belligérants des deux camps, Ekaterina semble plus seule que jamais. Mais une porte de sortie se trouve peut-être au milieu des immeubles en ruines.

American tragedy: L’histoire de Sacco et Vanzetti – Florent Calvez (BD)

Résultat de recherche d'images pour "American_Tragedy bd"

pdf

De nos jours, un 27 août, un grand-père et son petit-fils, déjà adulte, partagent une partie de Dames sur un banc public de Battery Park, à New York. Le vieux informe son petit-fils des raisons qui l’ont amené à lui donner rendez-vous en ce lieu à cette date précise : c’est le jour anniversaire de l’exécution de Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti. Il lui raconte alors que les deux hommes étaient des anarchistes dans les années 20 et il explique qu’anarchiste ne signifiait pas systématiquement « poseur de bombe ». Lui-même avait bien connu les deux hommes, immigrés venus d’Italie, aujourd’hui absous par la justice américaines pour des crimes qu’ils n’avaient effectivement pas commis. Les germes du mouvement avaient commencé avant même la première guerre mondiale, lorsque la famille Rockefeller avait envoyé l’armée pour mater une grève interminable dans leurs mines du Colorado. A l’époque, les émigrés venus d’Italie affrontaient un autre type de misère et tentaient d’exporter la révolution bolchevik outre-Atlantique. Sacco, cordonnier de formation, et Vanzetti, vendeur de poissons, ne se connaissaient pas encore, mais ils s’étaient initiés, parallèlement et par la force des choses, au syndicalisme…

AlPHA Abidjan – Gare du Nord – Scénario: Bessora – Dessin: Baroux (BD)

pdf

Alpha vit seul à Abidjan depuis que sa femme et son fils sont partis sans visa pour Paris, Gare du Nord. La rage au cœur, il décide de tout quitter pour les retrouver. C’est toujours mieux que de pourrir sur place. Plusieurs trajets sont possibles, des années de voyage en perspective… Sur les interminables routes de poussière, l’aventure se construit au gré de ses rencontres, inoubliables. De passeurs malhonnêtes en routes désertiques, de camps de réfugiés en canots surchargés, envers et contre tout, Alpha garde le cap : Gare du Nord.

Jamais je n’aurai 20 ans – Jaime Martin (BD)

Jamais je n'aurai 20 ans  - Jamais je n'aurai 20 ans

pdf

18 juillet 1936 : le jeune gouvernement espagnol des républicains, issu de l’alliance des partis de gauche, est renversé par les troupes du général Franco, plongeant le pays dans trois années de guerre civile puis presque quarante de dictature répressive.

Pour Isabel, courageuse couturière, ce sera également le début d’une vie nouvelle, faite de lutte et de résistance. Proche du syndicat anarchiste CNT qu’elle a rejoint quelques mois auparavant, elle va devoir prendre la fuite au côté de son futur mari, Jaime, l’un des leaders de leur cellule locale.

Après « Les guerres silencieuses », au sein desquelles Jaime Martin se penchait sur la jeunesse de son père au coeur de la décolonisation espagnole, c’est maintenant à la jeunesse de ses grands-parents qu’il dédie ce dense roman graphique.

Conté depuis les yeux d’Isabel et Jaime, « Jamais Je n’aurai vingt ans » est une plongée dans la guerre d’Espagne avec la sensibilité et l’efficacité graphique inhérentes au travail du talentueux auteur ibérique.

Un homme est mort – Kris et Etienne Davodeau (BD)

pdf

1950. Brest est un immense chantier. De la ville fortifiée, aux ruelles étroites, une nouvelle ville va surgir, orthogonale, rectiligne, ordonnée, moderne. Ce sera Brest-la-Blanche, qui deviendra très vite Brest-la-Grise.
Mais face aux revendications salariales des ouvriers travaillant à la reconstruction, les patrons refusent de céder. La grève générale est déclarée. Les chantiers sont immobilisés, les ouvriers de l’Arsenal rejoignent le mouvement.
Et le 17 avril, le drame se produit. La police, dépassée par l’ampleur du mouvement, tire sur la foule, blessant plus de vingt personnes et tuant un homme. Édouard Mazé.
Le lendemain, appelé par la CGT pour tourner un film sur le mouvement, René Vautier débarque clandestinement à Brest. Il est alors recherché par la police suite à un premier film documentaire, Afrique 50, témoignage sans concessions du système colonial français d’après guerre.
René arrive dans une ville en état de siège. Le lendemain ont lieu les obsèques d’Édouard Mazé.
Une foule immense, un peuple entier accompagnera son cercueil.
En s’attachant à la véracité des événements, en respectant la parole des témoins, Kris et Étienne Davodeau nous redonnent l’espoir en l’homme et en sa faculté à lutter pour sa liberté.

Le municipalisme libertaire – La politique de l’écologie sociale – Janet Biehl

pdf

Janet Biehl retrace la ruine de nos démocraties représentatives et présente un programme réaliste de démocratie directe profondément décentralisée. L’auteur propose ainsi un guide de la pensée politique du philosophe écologiste Murray Bookchin, dans une synthèse accessible, à la fois théorique et pratique. Après un portrait historique de la démocratie municipale, de la cité athénienne à l’urbanisation actuelle en passant par les cités médiévales, l’auteure nous met en garde devant les institutions étatiques et urbaines qui entravent la démocratie directe. Elle défend la nécessité de redéfinir le champ politique par la décentralisation et la démocratisation des institutions. Cette nouvelle édition propose une traduction entièrement révisée ainsi qu’une nouvelle préface par une spécialiste d’Aristote et de la pensée anarchiste.

Architecture unitaire – Laboratoire Urbanisme Insurrectionnel – Jean-Baptiste André Godin

pdf

Influencé par la lecture de Charles Fourier, Jean-Baptiste André Godin, l’inventeur du fameux poêle, se lance, dans une tentative utopique de bâtir une société modèle. La solution sociale qu’il expérimente – fondée sur l’association du capital et du travail – ne se veut pas une tentative personnelle mais un exemple à suivre et à améliorer. Persuadé de la capacité de l’architecture à interagir sur les comportements, il édifie à partir de 1858, un ensemble singulier à proximité de son usine : le Familistère de Guise. Véritable « cité de l’avenir », elle préfigure un monde harmonieux, celui du progrès et de l’épanouissement individuel dans un univers ayant jugulé la lutte des classes. Quand bien même ses écrits et réalisations peuvent être perçus de différentes façons comme en témoignent, depuis lors, réactions comme analyses, ce qui étonne dans la mise en œuvre du Familistère est son caractère précurseur. Dès 1860, le premier des trois édifices de cet « habitat unitaire » est achevé. Seule ou presque la Cité Napoléon, construite sous l’impulsion du président Louis-Napoléon, l’a précédé. Et encore… puisqu’il s’agit d’une « caserne ouvrière » et non d’un « palais pour le peuple ». En effet, les logements sains que Godin réalise sont complétés par toutes sortes d’équipements et de services (crèche, école, théâtre, coopérative d’achat, lavoir, infirmerie, etc.) qui procurent aux habitants du Palais social les « équivalents de la richesse ».

 

 

Histoire de la vieillesse en Occident – Georges Minois

Histoire de la vieillesse en Occident

epub

Chaque société sécrète un modèle d’homme idéal, et c’est de ce modèle que dépend l’image de la vieillesse, sa dévaluation ou sa mise en valeur. La Grèce classique, tournée vers la beauté et la force, relègue les vieux à une place subalterne. Au Moyen Age, le vieillard joue son rôle tant qu’il peut tenir le goupillon, l’épée, la bêche ou le livre de comptes. La seule limite est l’incapacité physique. En fait, il n’y a pas de troisième âge: il y a la vie et la mort. A partir du XIVe siècle, le poids des vieux s’accroît dans la société et entraîne un regain de critique contre les vieillards. La satire des mariages entre des hommes âgés et des jeunes femmes revient à la mode, comme elle l’était à l’âge de Plaute. Quant à la Renaissance, elle renoue avec les idéaux des Gréco-Romains. Ronsard recommande de cueillir  » les roses de la vie « , mais dans le même temps, les vieillards actifs n’ont jamais été aussi nombreux: l’amiral Doria, septuagénaire, lutte contre l’octogénaire Barberousse, Michel Ange atteint 89 ans et Le Titien, 99…

L’ambiguïté fondamentale de l’attitude envers la vieillesse se retrouve cependant tout au long des siècles, car si le vieillard se plaint de son grand âge, il en tire gloire et cherche à prolonger ses jours. La fontaine de jouvence n’a-t-elle pas toujours été le plus fol espoir de l’homme occidental?

Né en 1946, agrégé, docteur en Histoire et docteur ès Lettres, Georges Minois est spécialisé dans l’histoire des mentalités religieuses du Moyen Age et de l’Ancien Régime. Il a consacré sa thèse d’Etat à la réforme catholique en Basse-Bretagne. Il enseigne actuellement à Saint-Brieuc.

Un maillot pour l’Algérie – Rey/Galic/Kris (BD)

pdf

L’indépendance par le football : l’histoire vraie de la première équipe nationale algérienne. 1958. Alors que la guerre d’indépendance bat son plein en Algérie, dix footballeurs de ligue 1, que l’on surnommera plus tard « fellaghas du ballons rond », décident de quitter clandestinement la France et de rejoindre les rangs du FLN pour créer la première équipe nationale algérienne. Une histoire vraie méconnue et unique, un roman graphique captivant, qui retrace, au rythme de matchs enflammés, l’un des plus importants épisodes de notre histoire contemporaine.

Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine – Sandra Boehringer, Violaine Sebillotte Cuchet

Hommes et femmes dans l'Antiquité grecque et romaine

epub

Peut-on porter un regard neuf sur l’Antiquité ? C’est ce que montre cet ouvrage qui propose une analyse originale des sources classiques à travers la question essentielle du genre et de la sexualité.
Ce volume propose un voyage dans le monde gréco-romain à travers une soixantaine de documents commentés et pose un regard différent sur les grandes figures historiques ou mythiques de l’Antiquité et plus généralement sur les hommes et les femmes du temps, leurs actions et leurs fonctions. Cette approche inédite révèle une société autrement subtile que celle que nous a léguée l’imagerie traditionnelle et démontre que le genre comme méthode d’analyse permet une extension du domaine de l’histoire.
Une équipe des meilleurs spécialistes de la période nous offre une vision unique de la société antique en convoquant les plus grands auteurs et des sources de nature variée (poésie, théâtre, histoire, discours d’orateurs, images, inscriptions, etc.). Mêlant réflexion innovante et démarche méthodologique, cette synthèse des travaux récents sur la question fournit à l’étudiant, mais aussi à l’enseignant, un remarquable outil de travail, qui donne un nouveau souffle à la réflexion historienne.

Les Phalanges de l’ Ordre Noir – Scénario : Pierre Christin – Dessin : Enki Bilal

Les Phalanges de l' Ordre Noir

pdf

Par une nuit d’hiver en Espagne, sur les hauts plateaux de la province de l’Aragon, une expédition punitive s’abat sur le petit village de Nieves. Tous ses habitants, y compris les femmes et les enfants, sont exécutés et le village est incendié. L’attentat est revendiqué par un groupe politique, les Phalanges de l’Ordre Noir, au nom des « valeurs de l’Occident chrétien ». Le village, haut lieu des affrontements entre républicains et franquistes à la fin des années trente lors de la guerre d’Espagne, venait de voter massivement à gauche lors des dernières élections… Convaincus que ce massacre signe le retour de l’extrême droite qu’ils ont autrefois combattue, un groupe d’anciens des brigades internationales, quarante ans après, se décide à reprendre les armes. De l’Espagne à Suisse en passant par l’Italie, les Pays-Bas et la France, une dizaine d’hommes que l’âge a rendus las, mais toujours fidèles à leurs convictions de jeunesse, vont ainsi donner la chasse à leurs vieux ennemis, jusqu’à l’affrontement final.

Initialement publié en 1979, Les Phalanges de l’Ordre Noir est une méditation désenchantée sur la fraternité, le temps qui passe et la vanité des idéaux. Avec ce brillant récit, Bilal et Christin inaugurent la veine des thrillers politiques qu’ils approfondiront un peu plus tard avec Partie de chasse.

Poésie d’un rebelle – Poète, anarchiste, émigré (1876-1953) – Isabelle Felici

Isabelle Felici - Poésie d'un rebelle - Poète, anarchiste, émigré (1876-1953).

pdf

Cette étude est consacrée à l’œuvre poétique de Gigi Damiani, grand nom du journalisme anarchiste italien et compagnon de route d’Errico Malatesta. Si le parcours de vie de cet autodidacte commence et se termine à Rome (1876-1953), il le conduit dans de nombreuses métropoles, notamment celles où s’est installée une forte communauté italienne : São Paulo, Marseille, Paris, Bruxelles, Tunis. Partout il compose des poésies de lutte et d’espoir, surtout dans les moments les plus troubles de l’histoire italienne et internationale, dont des pans entiers apparaissent ainsi sous un angle inédit, tandis que se dessine également le parcours d’un militant qui, quels qu’aient été les sacrifices à accomplir, n’a jamais suivi d’autres chemins que les chemins de la liberté.


Isabelle Felici est maître de conférences en Études italiennes à l’Université du Sud Toulon-Var et membre du laboratoire de recherche Babel. Ses travaux et publications portent sur les manifestations culturelles liées aux phénomènes migratoires que connaît l’Italie des XIX-XXIe siècles. Elle a notamment travaillé sur les Italiens au Brésil, avec une thèse de doctorat sur la presse anarchiste en langue italienne de São Paulo (1890-1920). Aux éditions de l’ACL elle a publié en 2001, la Cecilia. Histoire d’une communauté anarchiste et de son fondateur Giovanni Rossi. Elle s’est également intéressée, dans ses travaux les plus récents, aux manifestations littéraires et cinématographiques de l’immigration, notamment marocaine, en Italie.

 

Ce que tout révolutionnaire doit savoir de la répression – Victor SERGE

pdf

Fichage, surveillance, filature, écoutes, infiltrations, manipulations et provocations ? autant de techniques policières que les régimes de tout poil ont toujours employées contre ceux qui entendaient contester l’ordre établi.
Au lendemain de la révolution russe, les archives secrètes de la police politique tsariste ? la sinistre « Okhrana » ? sont tombées entre les mains des insurgés. Victor Serge les a dépouillées. De sa lecture de centaines de rapports et fiches de police, il a tiré une sorte de guide pratique des techniques de répression policière, publié pour la première fois en France en 1926. Si les technologies répressives se sont depuis considérablement modernisées, les grands principes de leur fonctionnement, dévoilés ici, demeurent toujours d’actualité à l’âge de la surveillance électronique.
Après une analyse minutieuse du fonctionnement de la police politique et de la mentalité des « agents provocateurs », Serge pose la question du rapport à la légalité, et livre des conseils de base aux militants : comment repérer une filature, résister à un interrogatoire, déjouer des manœuvres de provocation… Loin de toute paranoïa, la leçon fondamentale de ce petit manuel reste éclairante : « Il n’est pas de force au monde qui puisse endiguer le flot révolutionnaire quand il monte, et face auquel toutes les polices, quels que soient leur machiavélisme, leur science et leurs crimes, sont à peu près impuissantes. »
Ce document est éclairé par un avant-propos d’Éric Hazan en lien avec l’« affaire Tarnac » et une actualisation de Francis Dupuis-Déri sur les techniques contemporaines de contrôle policier.

España la vida – Scénario : Maximilien Le Roy – Dessin : Eddy Vaccaro (BD)

España la vida

pdf

L’évocation d’un destin révolutionnaire, lors de la guerre civile espagnole.
1937. Les tragiques événements de Guernica, dont Picasso a fait le sujet de l’une de ses plus célèbres toiles, viennent de se dérouler en Espagne. À Paris, Jean-Léonard dit Léo fait partie d’un petit groupe de jeunes adultes d’obédience anarchiste que l’actualité espagnole fait bondir. Mais Léo est issu d’une famille bourgeoise, très marquée à droite, et il y a loin de l’indignation à l’action concrète… Sa rencontre avec l’écrivain militant Victor Serge va pourtant tout faire basculer : malgré son attachement à sa petite amie Louise, Léo se décide à tout plaquer, direction Saragosse, pour y rejoindre la célèbre colonne Durruti, une brigade internationale où se retrouvent, engagés aux côtés des républicains espagnols, des combattants idéalistes venus de tous les horizons de la planète…

Une histoire populaire des Etats-Unis – Howard Zinn

pdf

Cette histoire des Etats-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique intérieure et étrangère américaine, viennent ainsi battre en brèche la conception unanimiste de l’histoire officielle.

La Raison dans l’histoire – Introduction aux leçons sur la philosophie de l’histoire du monde – Friedrich Hegel

pdf

La Raison dans l’histoire est le titre que l’on a donné à l’introduction aux leçons de Hegel sur la philosophie de l’histoire du monde. Il manquait pour ce texte important une traduction claire et fidèle. C’est ce à quoi s’emploie Laurent Gallois, sans rien céder sur l’exigence philosophique.

Selon Hegel, c’est dans l’histoire du monde que la liberté et l’esprit se réalisent, sous la forme de l’instauration d’un État de droit et à travers les œuvres de la culture, de l’art et de la religion. Il y a de la raison dans l’histoire et il appartient au philosophe de la révéler. La raison domine le monde ; elle ne lui est pas extérieure ou étrangère ; elle ne relève pas seulement de l’abstrait et du théorique : elle est la matière même de l’histoire du monde. Et c’est à la philosophie que revient la charge de dire et de penser cette histoire.

Traduit de l’allemand par Kostas Papaioannou

Le paradis des femmes et l’enfer des chevaux : La France de 1860 vue par l’émissaire du Sultan – Idriss Al’Amraoui

Résultat de recherche d'images pour "le paradis des femmes et l'enfer des chevaux"

pdf

En 1860, le sultan du Maroc Mohamed IV, voulant comprendre ce qu’est la modernité, envoie en France un lettré qui est chargé de lui en faire le récit.  » Cet émerveillement devant la modernité s’accompagne d’une conscience aiguë de la supériorité de la civilisation islamique. [L’auteur] est ainsi frappé par la laideur des Français et scandalisé par la liberté dont jouissent les femmes. Dans ce contraste réside la richesse de ce petit livre, qui est aussi un document très actuel sur les rapports entre les deux rives de la Méditerranée.

Le territoire du vide, l’Occident et le désir de rivage – Alain Corbin

Le territoire du vide

pdf

À l’aube du XVIIIe siècle, les colères de l’océan accentuent la répulsion inspirée par les grèves désertes et lugubres.
Nulle part, excepté dans l’œuvre de rares individus, ne se dit l’admiration pour l’espace infini des flots ; nulle part ne s’exprime le désir d’affronter la puissance des vagues, de ressentir la fraîcheur du sable.
C’est entre 1750 et 1840 que s’éveille puis se déploie le désir collectif du rivage. La plage alors s’intègre à la riche fantasmagorie des lisières ; elle s’oppose à la pathologie urbaine. Au bord de la mer, mieux qu’ailleurs, l’individu se confronte aux éléments, jouit de la sublimité du paysage.
Le long des grèves septentrionales, l’alternance du flux et du reflux, le spectacle d’un peuple de «petits pêcheurs», simple, héroïque et redoutable, conduisent l’errance et la rêverie. Dans le saisissement de l’immersion, qui mêle le plaisir et la douleur de la suffocation, s’élabore une façon neuve d’appréhender son corps.

Essais sur la Chine – Simon Leys

pdf

Durant un quart de siècle, en cinq ouvrages successifs – histoire, témoignages, réflexions -, Simon Leys a proposé une interprétation de la Chine contemporaine qui n’a pas eu le don d’amuser les belles âmes ni les gens futés (politiciens, hommes d’affaires et sinologues dans le vent). On a pourtant jugé bon de rassembler ici ces irritants écrits, pensant qu’ils pourraient aider l’honnête homme et le lecteur de bonne foi à se poser les vraies questions : quelle sera l’issue de la longue et cruelle guerre que Mao et ses héritiers mènent depuis cinquante ans contre leur peuple ? et maintenant, comment se fait-il que, sur les boulevards de Pékin, d’obscurs et chétifs passants trouvent l’audace d’arrêter à mains nues les tanks de la tyrannie ?

« Sa trilogie, Les Habits neufs du président Mao, Ombres chinoises, Images brisées, est bien « l’acquis à jamais » dont parle Thucyclide. Car, observateur, historien et penseur, Leys reste au long de ces pages surtout un homme, et un écrivain, chez qui la science et la clairvoyance se mêlent merveilleusement à l’indignation et à la satire. Ne cessons pas de relire Ombres chinoises, pour constater qu’au siècle du mensonge, parfois la vérité relève la tête et éclate de rire. » Jean-François Revel.

Une lutte sans trêve – Angela Davis

pdf

Quels sont les liens entre l’industrie militaro-carcérale américaine, l’apartheid en Israël-Palestine, les mobilisations de Ferguson, Tahrir et Taksim ? Qu’est-ce que l’expérience des Black Panthers et du féminisme noir nous dit des rapports actuels entre les oppressions spécifiques et l’impérialisme ?
Témoin et actrice de luttes de libération pendant plus d’un demi siècle, Angela Davis s’exprime ici sur l’articulation de ces différents combats, pour une nouvelle génération saisie par l’urgence de la solidarité internationale.

Makhno Tome 1 : 1918-1919, La révolution libertaire en Ukraine – François Hombourger (BD)

pdf

Le parcours aventureux du jeune spartakiste allemand, Jürgen personnage imaginaire, nous conduit du Berlin insurgée à l’issue de la Première Guerre Mondiale, à la Russie révolutionnaire et l’immense espoir qu’elle soulève alors dans le monde. Tout d’abord enrôlé dans l’Armée Rouge, il affronte la plus terrible des guerres civiles. Expédié en Ukraine par le pouvoir central de Moscou afin d’imposer le nouvel ordre bolchevik, il y constate le rejet et l’hostilité des populations. Croisant le destin exceptionnel de l’anarchiste Makhno, il rejoint finalement le peuple en armes et rencontre l’amour en la personne de l’énergique et séduisante Natalia. Pour construire une société libertaire, démocratique et pluraliste, les paysans ukrainiens doivent lutter pendant 3 ans contre les allemands, les tsaristes, les nationalistes et les communistes qui veulent y instaurer leur dictature… Dans cette fresque historique, des destins individuels écrivent l’épopée de cette révolution méconnue : l’Ukraine libertaire.

Discours prononcé par Monsieur Houphouët-Boigny, ministre d’État au stade Géo-André à Abidjan, le 7 Septembre 1958

Discours prononcé par Monsieur Houphouët-Boigny, ministre d'État au stade Géo-André à Abidjan, le 7 Septembre 1958

pdf

Félix Houphouët-Boigny (1905-93) fut le premier président de la Côte d’Ivoire. Il prononça ce discours peu de temps avant un référendum en septembre 1958 sur l’avenir de l’Afrique occidentale française. Houphouët-Boigny traça le chemin du pays vers l’indépendance, mais appela également à la préservation de liens étroits avec la France, au sein d’une nouvelle communauté française. La Côte d’Ivoire devint de facto un protectorat français dans le cadre d’une série de traités conclus en 1843-44, et une colonie française en 1893. De 1904 à 1958, la Côte d’Ivoire fit partie de la fédération de l’Afrique occidentale française. Avec l’adoption du référendum de 1958, en décembre 1958 la Côte d’Ivoire devint une république autonome au sein de la Communauté française. Le pays devint totalement indépendant le 7 août 1960. Houphouët-Boigny servit en tant que président de 1960 jusqu’à sa mort en 1993. En tant que président, il favorisa des liens étroits avec la France et l’Occident. Il s’opposa aux plans visant à créer une fédération d’Afrique de l’ouest, en partie parce qu’il craignait que la Côte d’Ivoire relativement prospère ait à subventionner les autres membres de la fédération.

Décoloniser l’esprit – Ngugi Wa Thiong’o

pdf

« Ce livre est mon adieu à l’anglais » : Ngugi wa Thiong’o, romancier kényan, n’y va pas par quatre chemins, il décide que désormais, il n’écrira plus qu’en kikuyu. Pour un auteur dont les œuvres sont largement diffusées dans le monde anglophone, c’est une lourde décision, dont Décoloniser l’esprit, écrit en 1986, explique les raisons. L’origine remonte à une « Conférence des écrivains africains de langue anglaise », organisée en 1962, en Ouganda : elle excluait les auteurs écrivant dans l’une ou l’autre des langues africaines, et le jeune Ngugi se posait alors la question : « Comment a-t-il été possible que nous, écrivains africains, fassions preuve de tant de faiblesse dans la défense de nos propres langues et de tant d’avidité dans la revendication de langues étrangères, à commencer par celles de nos colonisateurs ? » À travers son parcours personnel de romancier et d’homme de théâtre, Ngugi wa Thiong’o montre que le rôle donné aux littératures orales africaines, la vision de l’Afrique comme un tout et non comme un découpage issu de la colonisation, la référence aux traditions de résistance populaire, tout cela qui passe par la langue est la condition nécessaire pour décoloniser l’esprit.Ngugi wa Thiong’o Il est actuellement professeur et directeur de l’International Center for Writing & Translation à l’université de Californie à Irvine.

 

Intuition et abstraction – Guillaume d’Ockham

Intuition et abstraction

pdf

Intuition et abstraction n’est pas le titre d’une œuvre de Guillaume d’Ockham (1285-1347), mais le nom que David Piché a choisi pour publier, en 2005, une série de textes extraits de l’œuvre du Venerabilis Inceptor. Ces textes, qui ne sont pas consécutifs dans l’œuvre d’Ockham, se regroupent sous le thème de l’intuition et de l’abstraction.
Toute personne s’attendant à trouver ici un pur traité d’épistémologie risque d’être déçue. En plongeant dans les problématiques du bas moyen âge, le lecteur plongera évidemment dans des problématiques théologiques, et se demandera avec Ockham si nous pouvons avoir ici-bas une intuition des vérités théologiques, ou, pour prendre un exemple plus singulier, si l’ange supérieur intellige avec un plus petit nombre d’espèces que l’ange inférieur. Dès lors, on est en droit de se demander si un tel ouvrage peut intéresser quelqu’un d’autre qu’un médiéviste, un théologien, ou encore un latiniste (la traduction est accompagnée du texte original).

Introduction à la critique de la raison arabe – Mohammed ABED AL-JABRI

pdf

En cette fin de siècle, la pensée arabe semble déchirée entre un fondamentalisme qui veut reconstruire le présent sur le modèle d’un passé idéalisé et un modernisme importé qui rejette la tradition. Dans cet essai, Mohammed A. Al-Jabri refuse cette fausse alternative et explore une voie d’accès philosophique originale à la modernité arabe. Dans la première partie de cet ouvrage, l’auteur réfute l’étroitesse des interprétations fondamentalistes, libérales ou marxistes de la tradition. Cette critique lui permet ensuite d’établir les principes d’une lecture historique objective des blocages conceptuels de la raison arabe. Dans la seconde partie, il applique sa méthode à l’histoire de la philosophie arabo-islamique du Xe au XXe siècle, dont il explore les limites et les potentialités à la lumière des luttes politico-idéologiques de l’époque. C’est dans l’Andalousie d’Ibn Hazm et d’Averroès que M. A. Al-Jabri retrouve les traces d’un rationalisme arabe à la fois ouvert et enraciné. Et c’est l’héritage méthodologique de la pensée andalouse qu’on retrouvera au XIVe siècle à la source de la pensée historique novatrice d’Ibn Khaldûn. En retraçant la généalogie de sa propre modernité philosophique, ce livre offre à la pensée arabe une manière radicalement nouvelle d’assumer son rapport au passé. Au lecteur européen, il fournit des clés pour la redécouverte d’un univers intellectuel auquel la pensée occidentale a su jadis puiser.

Ecrits sous maquis – Ruben Um Nyobe

pdf

Leader syndicaliste puis secrétaire général de l’UPC, R. Um Nyobé (1913-1958) fut assassiné par les troupes françaises au Cameroun. Ces textes ont été recueillis auprès de la population paysanne de l’ancienne région de Sanaga maritime.

Paysans du Danube – Marin Sorescu

pdf

Dans sa mégalomanie criminelle, Nicolae Ceausescu, pour aider à «la transformation révolutionnaire de l’agriculture», entreprit de détruire et de plonger dans «un silence sépulcral» les villages roumains aux ancestrales maisons de bois, sculptées comme des broderies. On construisit à la place de hideux HLM sans confort, parfois sans eau courante, pour reloger ces paysans qui vivaient depuis des siècles en étroite symbiose avec leur terre. C’est pour que ne périsse pas le souvenir de ces villages que Marin Sorescu écrivit La Lilieci (1988), un très long poème en forme de chronique. Jean-Louis Courriol en a choisi et traduit les passages les plus savoureux ou les plus émouvants ou encore ceux que le régime avait censurés. Marin Sorescu prête ici sa voix et son humour plein de tendresse à ces paysans avec lesquels il a été élevé. Il fait sien leur parler séculaire pour l’arracher à l’oubli. Sauvant leur langue, il sauve leur mémoire, leurs rites, leurs superstitions, leur modeste fierté et leur malice pince-sans-rire.

Marin Sorescu (1936-1996) est l’un des plus grands poètes et dramaturges roumains. Surveillé quotidiennement par les sbires de Ceausescu, il a cependant réussi à publier malgré la dictature des oeuvres importantes, qui par leur drôlerie et leur feinte légèreté surent tromper une censure particulièrement bornée.

La Méditerranée espagnole – Manuel Vazquez Montalban, Eduardo Gonzalez Calleja

pdf

Parler de la Méditerranée n’a pas le même sens, selon que l’on se trouve en Italie ou en Espagne, en Grèce ou en Turquie, en France ou en Egypte, au Liban ou au Maroc… C’est justement pour découvrir la diversité de ces regards et comprendre comment ils ont été façonnés à travers l’histoire que ce travail sur  » les représentations de la Méditerranée  » a été lancé. Cette série de livres en est l’aboutissement. Dix chercheurs et dix écrivains de dix pays (Maroc, Tunisie, Egypte, Liban, Turquie, Grèce, Italie, Espagne, France et Allemagne) ont travaillé ensemble durant près de deux ans pour tenter de mieux comprendre ce que signifie l’idée de la Méditerranée, d’une rive à l’autre. Représentations contrastées d’une Méditerranée plurielle, qui se retrouve dans cette multiplicité de regards et se révèle comme une source d’écriture, territoire de l’imaginaire où prennent forme de nouveaux récits. Cette série de textes inédits nous offre une occasion rare de découvrir la mosaïque des représentations de la Méditerranée.

Race rebelle – Luttes dans les quartiers populaires des années 1980 à nos jours – Rafik Chekkat, Emmanuel Delgado Hoch

pdf

«Le clivage politique racial, sans effacer les autres clivages, est devenu central, déterminant les stratégies des différents acteurs, bousculant les équilibres, provoquant des recompositions du champ politique, des convergences et de nouveaux conflits, qui ne seraient pas intelligibles sans donner sa place à la recrudescence des résistances indigènes» (Sadi Khiari, La contrerévolution coloniale en France). C’est à cette recrudescence des luttes «indigènes» qu’est consacré le présent ouvrage, qui tente de brosser, à gros traits, une cartographie des luttes des habitants des quartiers populaires des années 1980 à nos jours.
De la Marche pour l’égalité et contre le racisme, et ses critiques, aux expériences politiques dans la banlieue lyonnaise, des luttes contre l’islamophobie à la question de l’autonomie noire, en passant par les aléas de l’émergence d’une contre-culture rap, la séquence de luttes ouverte dans les années 1980 marque à coup sûr le surgissement de la question raciale.
Si on s’interroge encore en France sur la manière de combattre le racisme, les auteurs, en évoquant diverses expériences de racisme et de lutte contre ce dernier, s’interrogent sur ce que signifie la race, qu’ils lisent comme un critère de division et de distribution des populations. C’est à l’introduction de la problématique de la race, et à son articulation étroite à celle de la classe et du genre, qu’invite cet ouvrage.

Une analyse critique de cette part d’ombre de la «République».

Suhrawardî d’Alep – Henry Corbin

132-001-090723084658

pdf

A la fois voué à la résurrection des philosophes de l’ancien Iran, à la traduction de Heidegger ou à l’herméneutique luthérienne, le projet d’Henry Corbin fut de bouleverser notre paysage mental en tendant des ponts entre les différentes gnoses des religions du livre. Conférence prononcée en 1938, cette étude sur Surhawardî, martyr consommé par son œuvre, est essentielle à la lecture des travaux ultérieurs d’Henry Corbin. Comme le rappelle justement Christian Jambet dans sa préface : “Il était et reste un maître parce qu’il libérait et libère en chacun de ceux qui le lisent son propre futur. Il nous dévoile ici cette puissance naissante.”

Discours d’Alger – Ernesto Che Guevara (1965)

Résultat de recherche d'images pour "discours d'alger che guevara 1965"

pdf

Discours prononcé lors du Séminaire économique de solidarité afroasiatique, les 22 et 27 février 1965 à Alger.

Chers frères,

Cuba participe à cette conférence, d’abord pour faire entendre à elle seule la voix des peuples d’Amérique Latine, mais aussi en sa qualité de pays sous-développé qui, en même temps, construit le socialisme.

Ce n’est pas par hasard s’il est permis à notre représentation d’émettre son opinion parmi les peuples d’Asie et d’Afrique.

Une aspiration commune nous unit dans notre marche vers l’avenir : la défaite de l’impérialisme. Un passé commun de lutte contre le même ennemi nous a unis tout au long du chemin. Cette conférence est une assemblée de peuples en lutte ; cette lutte se développe sur deux front également importants et réclame tous nos efforts.

La lutte contre l’impérialisme pour rompre les liens coloniaux et néo-coloniaux, qu’elle soit menée avec des armes politiques, des armes réelles ou avec les deux à la fois, n’est pas sans liens avec la lutte contre le retard et la misère ; toutes deux sont des étapes sur une même route menant à la création d’une société nouvelle, à la fois riche et juste.

Alfred Adler – Hegel et l’Afrique

 epub

La conscience africaine se voit trop souvent caractérisée par son immédiateté et son innocence. Un chef d’État français n’a-t-il d’ailleurs pas récemment déclaré aux élites intellectuelles africaines, à l’université de Dakar, que leur continent n’était pas assez entré dans l’Histoire ? Au-delà de ces clichés, comment penser l’Afrique noire dans un monde où l’Occident a prétendu pendant plus de cinq siècles dominer tant les échanges commerciaux que les échanges d’idées ?

Dans une démarche à la fois anthropologique, historique et philosophique, Alfred Adler répond à cette question en s’intéressant à l’œuvre d’Hegel. Ce penseur a, en effet, été convoqué par de nombreux philosophes africains tant pour utiliser sa dialectique libératrice que pour réfuter son discours professoral sur l’Afrique qui pâtissait de ses préjugés. Revenir vers le texte hégélien afin d’en extraire la substance intellectuelle toujours vivante et stimulante en la confrontant à l’histoire de l’Afrique, en particulier les empires de Ghana et Songhay : tel est l’objet de cet ouvrage.

En se confrontant à l’« essence » de l’homme africain selon Hegel et à l’idée qu’en Afrique, il n’y a pas de place pour l’éclosion des idées, Alfred Adler nous invite à théoriser une histoire et une conscience propres à ce continent. À l’Afrique, dès lors, de s’inventer un destin.

 

 

William Gallois. – A History of Violence in the Early Algerian Colony

 pdf                                   epub

William Gallois. 2013. A History of Violence in the Early Algerian Colony. Basingstoke:
Palgrave Macmillan. 207 pp.
In recent years the Algerian nineteenth century has benefitted from an abundance of new
studies, as authors seek to build upon standard accounts of the conquest and its aftermath.
Many of these examine the violence inherent in the colonization process, presenting the early
imperial experience as coercive and disruptive, engendering physical assault, hegemonic social,
political, and economic institutions, or the manipulation of environmental, cultural, and
architectural norms and practices. The latest entry into the field is Willaim Gallois’s A History of
Violence in the Early Algerian Colony, a book that provides a long overdue reassessment of the
1830-48 wars of conquest in Algeria, based upon archival material from the Service historique
de la défense and a variety of published first-hand accounts, including memoirs, diaries, and
letters.
For Gallois, violence was not simply the collateral damage of a colonial military campaign.
Rather, the French unleashed a barrage of massacres and destruction that decimated entire
tribal communities, inflicting thousands of casualties while sustaining virtually no damage
themselves. Its purpose was not to defeat the enemy, but to communicate the necessity of
complete submission to French authority. Thus to Gallois, violence in Algeria formed an
integral component of the French colonial mind from the very beginning, rather than appearing
only under settler rule or during the 1954-62 Algerian War. Of course, this strategy was based
upon the assumption that Arabs and Kabyles were savages, unable to comprehend anything
but brutality. In this regard, Gallois interestingly notes the influence of a series of works
purporting to describe Barbary pirates who combined Islamic zealotry with the torture and
murder of Europeans, which informed the views of French soldiers, ministers, and public alike.
Although the truth was far less lurid—shipwrecked sailors mostly received food and shelter
and not agonizing death or forced conversion—Prime Minister/Minister of War Nicolas Jeande-Dieu
Soult and the High Command ordered that any soldier’s death would be avenged
against the public at large, leading to the destruction of entire villages. Rumours of jihad,
ambushes, and mutilation fed French military frenzy, evolving into a push for total domination.
As Gallois adroitly observes, the more sedate Algerian reality threatened to foil plans to use
violent means to implement highly profitable colonial trade, a settler society, and military
government. Hence Governor General/military commander Thomas Bugeaud resorted to
exaggeration, portraying rebel leader Abd-el-Kader as a dangerous opponent, a fabrication used
alongside the threat of Moroccan or British intervention to justify the human and material costs
of occupation. This set the stage for a battle between “legalist” proponents of the mission
civilisatrice who desired a military campaign in keeping with Gallic laws and “civilization,” and
Bugeaud’s concept of total war, which in practice meant official tolerance of rape, murder, and
massacres. Any tribe that refused to obey French directives faced the razzia, typically seen by
historians to involve physical mass murder, but broadened by Gallois via a highly original
typology of violence in French Algeria. In addition to mass killings, there were assaults on
resources (principally food seizures, which simultaneously starved the conquered while feeding
undersupplied French troops), lifeworld/environmental cases (the eradication of tribes through
the elimination of their habitat, including the burning of crops), and finally exterminatory
forays in which soldiers were permitted to kill at will.

Ronald Greagh – Histoire de l’anarchisme aux États-Unis d’Amérique : les origines, 1826-1886,

 pdf

L’histoire américaine, conflictuelle ou consensuelle, a longtemps ignoré l’autre côté de la scène. Il n’est pas mauvais qu’il soit mis à nu par un historien de ce côté-ci de l’Atlantique, dans un de ses aspects essentiels, l’anarchisme. Déjà connu pour plusieurs ouvrages sur ce thème, Histoire de l’anarchisme aux Etats-Unis (Grenoble, 1981) et Laboratoires de l’utopie. Les communautés libertaires aux Etats-Unis (Paris, 1983), Ronald Creagh publie le texte intégral de sa thèse soutenue en Sorbonne il y a quelques années, avec notes, annexes, bibliographie et index. Qu’est-ce que l’anarchisme ? L’auteur s’attache à le définir par rapport à des concepts voisins, tels que libertarisme, communisme, antiétatisme, toutes manifestations du rejet de l’autorité. Il limite son étude au XIXe siècle, la terminant avec l’épisode tragique de Haymarket Square en 1886, qui marque une rupture brutale dans le déroulement de l’anarchisme américain.

L’intérêt de cette thèse est dans la liaison étroite entre les hommes et leurs idées. Si le lecteur y trouve un exposé des idées anarchistes, il est inséparable de ceux qui les ont exprimées et des mouvements auxquels ils ont été mêlés. Certes, les Etats-Unis présentaient un terrain favorable pour le développement des idées anarchistes en raison de leur devenir historique, de leur fédéralisme qui donne une extrême autonomie aux communautés locales, des traditions religieuses fondées sur le libre abritre et la coexistence des actes. D’où l’établissement, dès la première moitié du XIXe siècle, de colonies utopiques, de phalanstères, associés aux noms de Cabet et de Fourier, avec des fortunes diverses, et rarement heureuses. Une tradition anarchiste américaine s’implante dès le milieu du XIXe siècle avec Lysander Spooner, l’un des pionniers, peu connus, de l’anti- esclavagiste, et Josiah Warren, le véritable pionnier de la philosophie anarchique. Le relais se fait ensuite par des immigrants européens, essentiellement allemands et français, au lendemain des révolutions de 1848. Il en résulte une implantation d’organisations anarchistes sur le sol américain, sous la forme, entre autres, de l’Association Internationale des Travailleurs, à l’existence éphémère, car elle ne réussit à canaliser ni les tendances anarchistes ni les tendances socialistes. C’est dans d’autres directions que s’oriente le mouvement anarchiste aux Etats-Unis, vers l’anarchisme individualiste avec Benjamin R. Tucker, le rédacteur de Liberty, principal organe libertaire publié de 1881 à 1892, et vers des formes plus révolutionnaires avec l’immigrant allemand Hohann Most, plus radical dans sa déclaration de Pittsburgh (1883) qui rallie les extrémistes. Socialisme révolutionnaire ou communisme anarchique ? Il est difficile de faire un choix, mais les années 80 sont celles d’un anarchisme violent, qui débouche sur l’épisode terroriste de Haymarket. Provocation policière et coup monté pour décapiter le mouvement anarchiste, la chose ne paraît plus faire de doute, et Creagh apporte de nombreux arguments en faveur d’une pareille interprétation. En même temps, le mouvement affronte une véritable crise d’identité qui le laisse désemparé dans cette fin de siècle. Certains sympathisants sont tentés par les Chevaliers du Travail, d’autres par la naissante American Federation of Labor, en attendant les International Workers of the World où ils se trouvent plus à l’aise. Parvenu à ce point, l’anarchisme américain n’a pu progresser que grâce à des apports extérieurs, une véritable transfusion alimentée par l’immigration de Juifs, de Russes, d’Italiens, de Français, eux-mêmes à l’avant-garde des mouvements révolutionnaires européens. Cette nouvelle page, elle reste encore à écrire, et il faut souhaiter que Ronald Greagh fasse preuve de la même maîtrise qu’il a déployée pour l’anarchisme du XIXe siècle.

Tel qu’il est, cet ouvrage est une contribution de premier ordre à l’histoire de l’underground, et fait honneur aux historiens français des Etats-Unis.

Université Panthéon – Sorbonne. Claude Fohlen.

Daniel De Smet, Mohammad Ali Amir-Moezzi – Controverses sur les Écritures canoniques de l’islam

 pdf

Quels sont les éléments des écrits canoniques de l’islam qui divisent les savants musulmans ? Quels sont les critères sur lesquels s’appuie aujourd’hui la recherche pour relire, à l’instar de ce qui s’est produit dans d’autres traditions scripturaires, le processus de canonisation de ces écrits ? Comment ces débats critiques historiques influencent-ils encore aujourd’hui la communauté musulmane ? Dès le premier siècle de l’Hégire, l’élaboration du Coran et du Hadith a suscité des controverses multiples, menées parfois avec véhémence, dans un climat de rivalité entre factions concurrentes. La rédaction du Coran et l’établissement de la version uniforme actuelle, tout comme la mise par écrit des traditions prophétiques, ne firent pas l’unanimité parmi les musulmans, tant sunnites que shi’ites. L’intégrité du texte coranique, l’autorité du Hadith comme source de droit ou la légitimité de traduire le Coran ont été contestées, et continuent à l’être de nos jours, comme en témoignent les nombreux débats sur Internet. Ce volume, émanant de chercheurs internationaux reconnus en leur domaine, aborde sous un éclairage nouveau les différents aspects liés au processus de canonisation des textes sacrés et les discordes doctrinales qui en sont issues

Calvino Italo – Les villes invisibles

 pdf                epub

«Les villes comme les rêves sont faites de désirs et de peurs, même si le fil de leur discours est secret, leurs règles absurdes, leurs perspectives trompeuses ; et toute chose en cache une autre.
– Moi, je n’ai ni désirs, ni peurs, déclara le Khan, et mes rêves sont composés soit par mon esprit soit par le hasard.
– Les villes aussi se croient l’œuvre de l’esprit ou du hasard, mais ni l’un ni l’autre ne suffisent pour faire tenir debout leurs murs. Tu ne jouis pas d’une ville à cause de ses sept ou soixante-dix-sept merveilles, mais de la réponse qu’elle apporte à l’une de tes questions.»

À travers un dialogue imaginaire entre Marco Polo et l’empereur Kublai Khan, Italo Calvino nous offre un «dernier poème d’amour aux villes» et une subtile réflexion sur le langage, l’utopie et notre monde moderne.

Malek Bennabi – VOCATION DE L’ISLAM

 pdf            epub

Ce livre parle avant tout de la civilisation musulmane, à la fois spirituelle et temporelle. Certes, aujourd’hui le monde musulman vit une période de décadence, une période de troubles, mais dans cet ouvrage, Malek Bennabi rappelle les origines nobles et dynamiques de cette civilisation qui fut florissante. Il y évoque les racines profondes vers lesquelles l’homme musulman doit revenir s’il aspire à un renouveau réel, dynamique et éminemment spirituel. Malek Bennabi est un penseur algérien né en 1905 à Tebessa dans l’est algérien et décédé en 1973 à Alger. Il a étudié les problèmes de civilisation du monde musulman. On lui doit le concept de colonisabilité.

Hannah Arendt – Responsabilite et jugement – Hannah Arendt

 epub      pdf

Vous êtes  » normal « , une personne ordinaire. Ni un criminel, ni un idéologue, ni un monstre pathologique. Un jour, toutes les normes auxquelles vous étiez habitué s’effondrent. Dès lors, vous courez le risque d’être complice des pires choses.

Comment l’éviter ? Comment distinguer le bien du mal ? Comment dire  » non  » ? En essayant d’évaluer la situation. Pour cela, explique Hannah Arendt, il faut penser – et penser par soi-même. Cet acte-là, dit-elle aussi, n’est pas réservé à une élite.

Émettre un jugement et prendre ses responsabilités, chacun, quel qu’il soit, peut le faire. Encore faut-il en avoir la volonté… Un livre essentiel, par l’un des plus grands philosophes de notre temps

Andre Clot – L’Espagne musulmane – VIIIe XIV – Andre Clot

 epub

La domination musulmane en Espagne commença en 711 avec le débarquement du berbère Tarik, s’étendit rapidement grâce au prince omeyyade Abdar Rahman, qui fonda l’émirat de Cordoue (756) et culmina à la fin du Xe siècle. L’auteur dépeint les hauts faits et la civilisation des grands émirs qui consolidèrent, agrandirent le royaume et combattirent les royaumes chrétiens du nord de la péninsule. Il fait une large place au rôle de l’Espagne musulmane, toutes religions confondues, dans la transmission de la pensée et des œuvres des écrivains, des philosophes et des mathématiciens de la Grèce antique, aux  » intellectuels  » d’Occident. Il dépeint l’essor de l’architecture dont l’influence se répandit dans toute la France centrale et la société hispano-musulmane. C’est la reprise de Tolède en 1085 qui fut la première grande étape de la  » Reconquista « . En 1270, l’Espagne musulmane se réduisit au petit royaume de Grenade qui subsista encore 222 ans, et dont la conquête par les Rois catholiques acheva l’unité de la péninsule.

Benjamin Stora – LES GUERRES SANS FIN

 epub     pdf

Écrire l’histoire au présent n’est pas une mince affaire, particulièrement quand il s’agit de l’histoire des relations entre la France et l’Algérie, marquées par un siècle de colonisation, une guerre d’indépendance sans merci, des mémoires identitaires à vif, celle des pieds-noirs, des appelés, des harkis, des Algériens combattants, ou celle des immigrés. Depuis plus de trente ans, Benjamin Stora s’est consacré à ces allers-retours entre histoire et mémoires. Son livre est une réflexion sur la manière d’écrire cette l’histoire complexe ; mais pose aussi la question de la fonction de l’histoire et de l’historien dans les réconciliations nationales, en France et en Algérie, et aussi entre ces deux pays tellement liés l’un à l’autre.

Historien de la colonisation et des guerres coloniales, Benjamin Stora a publié de nombreux ouvrages dont, en « Pluriel », La guerre d’Algérie, La fin de l’amnésie (avec Mohamed Harbi) ; Les trois exils. Juifs d’Algérie ; Messali Hadj ; La dernière génération d’Octobre ; François Mitterrand et la guerre d’Algérie (avec François Malye) ; et De Gaulle et la guerre d’Algérie

Philippe Aries – Le Temps De L’Histoire

 epub

« Tout en conservant et en perfectionnant son outillage scientifique de recherche, l’Histoire se conçoit comme un dialogue où le présent n’est jamais absent. Elle abandonne cette indifférence que les maîtres d’autrefois s’efforçaient de lui imposer.

 

L’historien d’aujourd’hui reconnaît sans honte qu’il appartient au monde moderne et qu’il travaille à sa manière à répondre aux inquiétudes – qu’il partage – de ses contemporains. Son optique du passé demeure liée à son présent – un présent qui n’est pas seulement une référence de méthode. Désormais, l’Histoire cesse d’être une science sereine et indifférente. Elle s’ouvre au souci contemporain dont elle devient une manière d’être dans le temps de l’homme moderne.

 

A une civilisation qui élimine les différences, l’Histoire doit restituer le sens perdu des particularités. »

Philippe Ariès.

Abdelhak Serhane – Le Soleil des obscurs –

 pdf

Quand Soltane et Mina se sont mariés, ils avaient respectivement quinze et treize ans. Mina n’avait pris le temps ni de faire connaissance avec son corps ni d’évaluer l’ampleur de ses rêves. Soltane n’avait pas eu le loisir de jouer son enfance, de faire le tri de ses souvenirs. Quant à la terre, elle ne produisait plus que des cailloux. Aussi Soltane a-t-il quitté la campagne pour les dangereuses promesses de la ville, tandis que son épouse éprouvait sans les comprendre les heurts de la tradition et du jeu morbide des adultes.

A travers l’histoire d’un couple sans expériences, c’est l’échec d’un pays qui est ici raconté. Un pays où tout être humain se voit réduit à l’image conforme de la bassesse domestique ou de la routine policière, sous le soleil de plomb des habitudes.

Mohammed Dib – Le Metier a tisser –

 epub

Omar, le jeune héros de La Grande Maison et de L’Incendie, est devenu un adolescent grave et réfléchi. Il fait son apprentissage chez les tisserands.

C’est dans un sous-sol à l’air raréfié, où la misère montre son visage émacié, qu’il va le mieux approcher du malheur secret de son pays. Nous sommes en 1940 et la guerre est encore trop loin pour que sa rumeur parvienne aux oreilles du jeune Omar.

Mais il écoutera les interminables discussions entre les tisserands toujours à l’affût d’une espérance ; il apprendra combien il est difficile au sein d’une communauté écrasée par le labeur, la faim, le dénuement, de relever le visage quand le soleil même le blesse.

Dans un décor déjà familier aux lecteurs de Mohammed Dib, c’est tout un peuple qui tend la main non pour mendier mais pour saisir une autre main fraternelle.

Morteza Motahari – La justice divine

 pdf     epub

De nombreuses interrogations et ambiguïtés sont soulevées à propos de la religion dans le monde contemporain, la nouvelle génération de musulmans posent à nouveau d’anciennes questions oubliées, empreintes de doute et d’embarras. Faut-il regretter l’émergence de ces doutes, questions et discussions qui ont parfois atteint des seuils critiques ? Je ne pense pas qu’il faille déplorer ce phénomène, car le doute est la prémisse de la certitude, la question est la clé de la connaissance, et le trouble s’achève par la tranquillité.

Le doute est un passage nécessaire vers la stabilité. L’Islam nous enseigne que l’ignorance, le doute et la perplexité sont des bases essentielles de l’état premier de l’homme, à partir desquelles celui-ci avance, grâce à une saine réflexion, vers la certitude et la tranquillité.

Il est vrai que le doute est signe de trouble, mais il est vrai aussi que la tranquillité comporte des degrés divers. L’animal ne vit pas dans le doute, sa tranquillité est d’un degré inférieur au doute de l’homme. Quant à la tranquillité de ceux qui ont la certitude, elle représente un degré plus élevé que le doute. Et, à l’exception d’une infime minorité divinement soutenue, tous sont parvenus à la phase de la foi et de la certitude après avoir traversé une phase de doute et de perplexité.

MOGNISS H. ABDALLAH – RENGAINEZ, ON ARRIVE !

 pdf

Chroniques des luttes contre les crimes racistes ou sécuritaires,
contre la hagra policière et judiciaire (des années 1970 à aujourd’hui)

« Que justice soit faite » : après chaque drame, familles et ami-e-s des victimes de crimes racistes ou sécuritaires sont partagés entre douleur et révolte, ils sont aussi tentés de croire à une justice immanente, à une réparation symbolique pour la vie irrémédiablement volée. Mais ils (re)découvrent alors la hagra – le mépris et l’injustice – d’une société fière d’afficher les principes d’égalité mais qui, en pratique, se crispe dans le déni de ses discriminations sociales ou racistes systémiques et qui, pour se couvrir, peut aller jusqu’à absoudre un « homicide excusable » lorsqu’un policier tue d’un tir dans le dos.

Paroxysme d’une expérience vécue au quotidien, cette hagra constitue bien souvent le point de départ d’une prise de conscience politique et de formes d’organisation autonomes, d’une expression culturelle foisonnante et de nombreuses mobilisations collectives, notamment dans les quartiers populaires, pour obtenir « vérité, justice, reconnaissance » et pour inscrire la mémoire des disparus dans la mémoire collective.

Ce document propose une plongée dans certaines de ces luttes, du point de vue des acteurs et actrices, en s’appuyant sur leurs propres archives politiques ou culturelles (chansons, journaux, tracts, dessins, affiches, émissions de radios libres, théâtre, films etc.) : il remémore ainsi l’action des Copains de Kader à Vitry et celle des ami-e-s de Lahouari Ben Mohamed à Marseille ou l’autodéfense antifasciste à Bondy au début des années 1980, revient sur la genèse de la marche pour l’Égalité et contre le racisme de 1983, sur les mobilisations pour Malik Oussekine et Abdel Benyahia, Aïssa Ihich et Youssef Khaïf à Mantes-la-Jolie, en passant par Djillali Ben Ali et Mohamed Diab au début des années 1970. Il se conclut par un rappel des révoltes de l’automne 2005 consécutives à la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré à Clichy-sous-Bois et s’interroge sur la coexistence entre critique radicale et réformisme pragmatique au sein de mobilisations qui cherchent à mieux se coordonner.

« Rengainez, on arrive ! » – un des cris de ralliement de la marche pour l’Égalité –, souligne les attentes, les dynamiques internes, les acquis et les limites ou contradictions de ces luttes. Sans complaisance donc avec « la part de bluff » propagandiste, ces chroniques entendent renouer avec la pratique militante du bilan autocritique, pointer les apparitions médiatiques spectaculaires mais éphémères, le « travail d’agitation politique sans suite », les analyses générales surdéterminées par une dénonciation incantatoire sans s’attacher aux réalités complexes et aux singularités de chaque situation. Avec comme perspective de creuser des pistes pour constituer des rapports de forces plus favorables dans les combats politiques et judiciaires à venir.

Marc JOLY – La revolution sociologique

 pdf        epub

Au tournant du XIXe et du XXe siècle, l’ordre de la pensée, du savoir et des représentations a été ébranlé par la sociologie naissante. L’image de l’« homme », de l’existence humaine, s’en est trouvée profondément bouleversée. Cette révolution sans morts ni barricades a en revanche fait de nombreuses victimes, à commencer par la philosophie. Face à l’idée d’une autonomie et d’une singularité irréductible des faits sociaux, parachevant le développement d’approches objectivistes de l’esprit humain, la philosophie s’est retrouvée acculée, sommée de se redéfinir et d’abandonner à la sociologie, au moins provisoirement, les terrains de la morale et des conditions de possibilité de la connaissance.
Avec Max Weber, Georg Simmel et Ferdinand Tönnies en Allemagne, Émile Durkheim et surtout Gabriel Tarde en France, la sociologie consacra, tout d’abord, le principe d’une pluralité de déterminations historiques et objectives pesant sur l’existence humaine. Elle ratifia, ensuite, l’avènement d’une conception nouvelle de la construction théorique, respectueuse de la complexité et de la force contraignante des faits ainsi que de la nature « sociale » des catégories de pensée et des pratiques de production et de transmission des connaissances.
Une grande partie de la philosophie du XXe siècle peut être lue comme une réponse à cette révolution cognitive. C’est ainsi que Henri Bergson, Georges Canguilhem, Martin Heidegger, William James, Karl Jaspers, Maurice Merleau-Ponty ou encore Bertrand Russell sont soumis, ici, à une grille d’analyse inédite.
Un ouvrage aussi documenté qu’audacieux, qui offre la première histoire croisée de la sociologie et de la philosophie.

Gutierrez, Gustavo – Essai pour une théologie de la libération, 1928-

  pdf 

À la fin des années 1960, la théologie de la libération apparaît comme une réponse de l’Église en Amérique latine aux problèmes sociaux et économiques de la région et à la polarisation entre les classes bien nanties et les pauvres. Ce courant deviendra un mouvement important au sein de l’Église en dépit des condamnations du Vatican.

Au début des années 1970, les inégalités divisent l’Amérique latine entre tenants de l’ordre établi etrévolutionnaires. Dans la foulée de la révolutioncastriste, des mouvements de contestation voient le jour. On y répond par la mise en place de régimes militaires répressifs. Dans ce contexte, plusieurs théologiens et hommes d’Église, influencés par le concile Vatican II, l’encyclique Populum Progressio dePaul VI et l’exemple du père colombien Camilo Torres, proposent une nouvelle lecture de l’évangile. S’inspirant de l’analyse marxiste, ils prônent un catholicisme social : Jésus ayant été un sauveur et un libérateur, le devoir du chrétien est d’apporter la justice aux opprimés par l’engagement politique. Un essai du prêtre péruvien Gustavo Gutiérrez, publié en 1971, rend l’expression «théologie de la libération» populaire. Mais c’est en 1968, à la conférence des évêques sud-américains de Medellin (Colombie), que ce courant apparaît. Ses participants réfléchissent alors aux implications sociales et politiques de la foi chrétienne et créent une commission sur la pauvreté. La conférence théologique de Mexico, en 1975, consacre le mouvement en faisant de la théologie de la libération sa thématique centrale. On y affirme la nécessité pour le chrétien de s’engager pour les droits de l’Homme et contre les injustices. L’arrivée du pape Jean-Paul II (1978), qui s’oppose à cette conception du message évangélique, marque un arrêt dans le mouvement. La théologie de la libération est même condamnée par le Vatican qui empêche plusieurs de ses représentants d’enseigner. Le mouvement restera néanmoins actif. Au Brésil seulement, il donnera naissance à plus de 80 000 communautés de base et à plus d’un million de groupes bibliques. (Note : le mois de janvier dans la présentation ne sert que de référence générale, la date exacte de l’événement étant inconnue).

Mohammed Harbi – les archives de la revolution algérienne

  pdf

Vingt ans presque après l’indépendance de l’Algérie, une histoire scientifique de la guerre de libération reste encore à écrire. Les événements sont encore trop récents, les acteurs en place, et toutes les passions ne sont pas encore totalement apaisées. Aussi n’est-il guère étonnant que l’histoire coloniale seule ait fait l’objet d’études approfondies parmi lesquelles celles de Charles-André Jullien et Charles-Robert Ageron sont indispensables. La période postérieure à l’insurrection de la Toussaint 1954, elle, n’a donné lieu qu’à des récits fort disparates, soit de type journalistique (Y. Courrière) ou engagée (H. Alleg ou Jouhaud…). Seuls quelques historiens anglo-saxons ont pu prendre le nécessaire recul comme Ali- stair Horne ou John Tallbott.

Ceci montre tout l’intérêt de la somme rassemblée, commentée et replacée dans son contexte par Mohammed Harbi. Ce militant de

la première heure, qui adhéra à quinze ans en 1948 au PPA-MTLD, fut négociateur à Evian en 1961- 1962, puis conseiller de Ben Bella de 1963 à 1965. Depuis il a connu le chemin de l’exil et s’est livré à des recherches historiques. On lui doit une très intéressante histoire : Le FLN, mirage et réalité des origines à la p. .se du pouvoir (1945-1962) i. Ici il a réuni dans Les archives de la révolution algérienne 121 documents provenant directement des principaux témoins de ce drame historique. Ces documents sont intéressants car ils éclairent les nombreuses discussions, analyses ou oppositions qui ont accompagné la lutte des combattants algériens. En un style direct, dépourvu de sous-entendu, c’est le fond d’une pensée militante qui se livre au lecteur. On admire la vision des initiateurs. Dans un rapport de décembre 1948 Ait Ahmed trace d’emblée la ligne d’action qui sera poursuivie avec acharnement et succès jusqu’en 1962. Tout ou presque est admirablement perçu : la France défendra bec et ongle sa colonie de peuplement, le soulèvement de masse est une forme d’action inadaptée, la révolution prolétarienne un leurre. Seule la guerre des partisans, issus des campagnes, permettra la victoire.

Mais dans l’ensemble, en dehors de ce rapport-clef, les documents sur la période antérieure à 1954 sont relativement rares. L’absence de sources françaises se fait ici sentir. La suite des événements est mieux retracée en revanche. Luttes d’influence à l’intérieur du mouvement national au sein duquel le vieux leader Messali Hadj reste puissant et actif jusqu’en 1957. Désarroi des moudjahidin à partir de 1958 à la suite du verrouillage des frontières marocaine et tunisienne opéré avec succès par l’armée française.

Quelques documents éclairent l’état d’esprit de l’opinion publique et de la classe politique en France. On se voit confirmer aussi de source algérienne que la chute du gouvernement Mendès-France au début de 1955 fut accueillie en Algérie comme la faillite des derniers espoirs d’une solution pacifique. C’est alors, par immobilisme, par incompréhension ou par soumission aux intérêts des colons que la France perdit l’Algérie. Tout au long de ces années on découvre que la détermination et la conviction des Algériens ne faiblissent guère.

Ce recueil apporte également et surtout des lumières nouvelles sur l’action diplomatique du FLN et du GPRA. A partir de 1958-1959, l’action extérieure sera privilégiée par rapport au combat sur le terrain. La victoire algérienne a surtout été obtenue par la diplomatie. Toutes lés ressources de la dialectique furent ici utilisées et poussées à fond. Faute d’avoir pu isoler la France parmi ses partenaires de l’OTAN, le FLN s’est tourné à la

fin 1958 vers l’Est sans pour autant aliéner sa liberté. Au Maghreb il a négocié, partenaire le plus faible, pied à pied avec le Maroc et la Tunisie qu’il inquiète à bien des reprises. Il ne cède rien au puissant protecteur égyptien. Il gagna l’appui des Africains et des Asiatiques, ce qui lui permit de porter la question algérienne à l’ONU.

Toutes les orientations, le style même de la diplomatie de l’Algérie indépendante se dévoilent avec clarté. « Quelles que soient les circonstances, nous n’abandonnerons jamais nos positions neutralistes » (entretiens algéro-yougoslaves du 12 avril 1961).

Ce recueil de textes, qui par nature ne pouvait qu’être incomplet, effectue une véritable leçon d’histoire.

Eugène BERG

Olivier Le Cour Grandmaison- Coloniser. Exterminer

 pdf 

Quelles furent les spécificités des conflits coloniaux engagés par la France en Afrique du Nord et ailleurs ? Que nous apprennent les méthodes singulières ? enfumades, massacres de prisonniers et de civils, razzias, destructions de cultures et de villages ? couramment employées par les militaires français sur la nature de la guerre conduite pour pacifier l?ancienne Régence d?Alger ? Pourquoi de nombreuses mesures racistes et discriminatoires ont-elles été élaborées puis appliquées au cours de la conquête et de la colonisation de l?Algérie ? Comment furent-elles codifiées sous la Troisième République puis étendues aux nouveaux territoires de l?empire tels que l?Indochine, la Nouvelle-Calédonie et l?Afrique-Occidentale française ?

Telles sont quelques-unes des questions auxquelles cet ouvrage entend répondre. En effet, la conquête puis la colonisation difficiles et meurtrières de l?Algérie doivent être considérées comme une sorte de vaste laboratoire au sein duquel des concepts ? ceux de «races inférieures», de «vie sans valeur» et d?«espace vital», promis à l?avenir et aux usages que l?on sait ? furent forgés. De même, on découvre les origines de nouvelles techniques répressives ? l?internement administratif et la responsabilité collective notamment ? qui, avec le Code de l?indigénat adopté en 1881, firent de l?Etat colonial un état d?exception permanent. Plus tard, l?internement fut même importé en métropole pour s?appliquer, à la fin des années 1930, aux étrangers d?abord, aux communistes ensuite puis aux Juifs après l?arrivée de Pétain au pouvoir.

S?appuyant sur quantité de documents peu connus voire oubliés, sur la littérature aussi, cette étude originale et dédisciplinarisée éclaire d?un jour nouveau les particularités du dernier conflit qui s?est déroulé entre 1954 et 1962, mais aussi les violences extrêmes et les guerres totales qui ont ravagé le Vieux Continent au cours du XXe siècle.

Maxime Rodinson – islam et capitalisme

 pdf

Pourquoi le capitalisme s’est-il développé tardivement dans le monde musulman ? Ce fait historique a engendré le préjugé que l’islam serait un frein au développement du capitalisme. Cette idée ne résiste pas à l’analyse du mode de production antérieur et de la transition au capitalisme dans les pays arabes. Un deuxième préjugé, répandu chez les musulmans, est que l’islam serait égalitaire. L’analyse historique et sociologique de Rodinson montre qu’il n’en est rien et permet de comprendre l’illusion et l’échec du nationalisme arabe à la recherche d’une introuvable « voie musulmane au socialisme ». Cet échec politique n’a pas remis en cause le préjugé mais favorisé le succès de la recherche d’une toute aussi introuvable « voie musulmane au capitalisme » portée par les Frères musulmans et les monarchies du Golfe. En analysant dans quelle mesure le capitalisme s’est développé en pays d’islam par un processus interne ou par l’imitation de l’Occident, l’auteur montre simultanément l’importance des idées de Mahomet et le rôle relativement neutre qu’elles jouent pour les forces sociales en jeu et l’évolution du mode de production capitaliste.

Rajab Borsi – Les Orients des lumières

 pdf

Voici un témoignage de ce que l’islam chiite a su développer de pure spiritualité, très loin des tentations théologico-politiques. L’auteur de cet ouvrage, Rajab Borsi, était un lettré irakien qui mourut en Iran en 1411.
Il s’attacha avec ferveur à démontrer la dimension spirituelle de la figure des imâms du chiisme : c’est à travers leur personne que Dieu se manifeste à lui-même et aux hommes. La méthode de Borsi est originale, car elle se fonde sur une démarche cabaliste. Le lecteur trouvera ici un bel exemple des correspondances qui lient les lettres de l’alphabet arabe et l’apparition des imâms chiites, leurs enseignements, leur fonction.

Alexandre Bennigsen – Les mouvements nationaux chez les musulmans de russie. – le « sultangalievisme » au tatarstan.

 pdf

Mirsäyet Soltanğäliev (en russe : Мирсаид Хайдаргалиевич Султан-Галиев, en tatare Мирсәет Солтангалиев, également restranscrit Mirsaïd Sultan-Galiev ; 1892–1940), est un bolchevik tatar qui entra par la suite en résistance contre le pouvoir du PCUS.

 Sultan-Galiev était le fils d’un instituteur, né le 13 juillet 1892 à Elembet’evo, un village du gouvernement d’Oufa(aujourd’hui en Bachkirie) dans l’Empire russe.

Sultan-Galiev a d’abord été séduit par les idées révolutionnaires de 1905. Après la défaite de la révolution, il s’installe à Bakou, où il attire l’attention de Nariman Narimanov. Il découvre les idées révolutionnaires pendant ses études à Kazan. À cette époque, il reçoit ses premières leçons de socialisme avec le futur bolchevique A. Nasybullin et le futur Basmachi A. Ishmurzin.

Diplômé de l’université en 1911, Sultan-Galiev commence sa carrière comme « famélique professeur et bibliothécaire de l’école de village ». En 1912, il commence à publier des articles dans divers journaux en russe et en tatar, sous différents pseudonymes tels que « Sukhoi », « Syn naroda » (fils du peuple), « Uchitel Tatarin (l’enseignant Tatar) », « Karamas kalinets », puis à partir de 1914 sous son propre nom. Durant la même période, il a également secrètement distribué des tracts anti-gouvernementaux dans les villages musulmans du gouvernement d’Oufa et s’est prononcé contre l’installation de Tatars russe ou christianisés comme enseignants dans les écoles musulmanes4.

 

Pendant la guerre civile, il est actif dans l’organisation de la défense de Kazan contre les Blancs en août 1918 puis dans la liquidation de l’opposition après qu’ils en eurent été chassés. Il a également contribué à faire que les populations bachkires, dirigées par Zeki Velidi, rejoignent les bolcheviks affaiblissant ainsi le potentiel militaire de l’armée de Koltchak. Sa connaissance des mouvements nationaux de Sibérie lui a valu la confiance de Staline et de hauts responsables du gouvernement. Sultan-Galiev effectua de nombreuses tâches sur l’ordre personnel de Staline. En avril 1919, il est envoyé à nouveau sur le front oriental pour soutenir le moral de la division 21 Tatar au Malmysh après l’offensive de printemps de Koltchak qui avait forcé l’Armée rouge à abandonner Ijevsk. En juin 1919, il est renvoyé à Kazan, à la demande de l’administration bolchevique locale pour aider à résoudre la question nationale chez les Tatars, mais il est bientôt rappelé à Moscou par Lénine pour travailler sur la question de la nationalité dans les Narkomnats jusqu’en 1922.

Sultan-Galiev a voulu donner une version musulmane au marxisme faisant valoir que les Russes tsaristes avaient opprimé les sociétés musulmanes et pas seulement quelques grands propriétaires fonciers et autres bourgeois. En dépit de cette tentative de synthèse, il était vu par les Bolcheviks comme excessivement tolérant à l’égard du nationalisme et de la religion et en 1923, il est accusé de déviation nationaliste panislamique et panturque, arrêté et chassé du parti. Il est libéré, mais avec la mort de Lénine en 1924, il perd son seul protecteur et reste donc un paria politique, constamment surveillé par la sécurité d’État. Durant ces années, il passe son temps à voyager pour la Fédération de la Chasse et écrit des critiques occasionnelles et des traductions. Il est accompagné de sa seconde épouse Fatima Yerzina, épousée en 1918 et de leurs deux enfants. En 1928, il est arrêté une deuxième fois et condamné en juillet 1930 à être fusillé. Mais en janvier 1931, sa peine est commuée en dix ans de travaux forcés pour nationalisme et activité antisoviétique. En 1934, il est libéré et obtient la permission de vivre dans l’oblast de Saratov. Au début de 1937, il est de nouveau arrêté et contraint de faire une autocritique. En décembre 1939, il est condamné à la peine de mort et exécuté le 28 janvier 1940 à Moscou. Staline n’était pas favorable à la tentative de Sultan-Galiev de faire la synthèse entre l’islam, le nationalisme et le communisme et à prêcher la révolution parmi les régions musulmanes. Staline le fit condamner comme leader indépendant « musulman » .

Alfred-Louis de Premare – Les Fondations de l’Islam

 pdf               epub

De l’université de Provence, Alfred-Louis de Prémare est professeur émérite, historien du monde arabo-islamique et enseignant-chercheur à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-en-Provence.

A quelles conditions peut-on rendre compte des premiers moments de l’islam ? Quels sont les documents, externes ou internes, qui en rendent compte et dans quel contexte général ? Marchands, conquérants ou scribes, qui étaient Muhammad, ses compagnons des commencements et leurs successeurs des premières générations de musulmans ? Par quels moyens ont-ils assuré l’expansion de la umma islamique et de ses conceptions propres ? La umma de Muhammad a-t-elle suivi, contré ou transformé les traditions religieuses existant avant elle au Proche-Orient ? Sommes-nous en mesure de reconstituer pas à pas les étapes de production du corpus coranique et du Hadîth ?

C’est à ces questions qu’Alfred-Louis de Prémare apporte des éléments de réponse en présentant et analysant, selon leurs modes particuliers d’écriture, les données qui sont aujourd’hui à la disposition de l’historien. La prise en compte sérieuse de ces données est, en effet, l’une des conditions indispensables qui permettent une évaluation théologique et spirituelle de la religion islamique.

Perry Anderson – Le Portugal et la fin de l’ultra-colonialisme

 pdf

L’Empire colonial portugais est l’un des plus anciens du monde. Il est aussi aujourd’hui, par la volonté du régime Salazar, le dernier à conserver envers et contre tout, au milieu de la ‘décolonisation’ générale, ses structures archaïques intactes.
Cette étude, après avoir décrit les caractéristiques propres au Portugal, retrace une histoire de son empire pour expliquer les structures actuelles du système colonial portugais. Après la perte de ses possessions aux Indes, le Portugal garde sous sa domination ses ‘provinces’ africaines: Angola, Mozambique, Guinée… A l´heure ou tous les Etats africains accèdent à l’indépendance, celles-ci restent les dernières colonies du globe. C’est ce qui explique la sanglante guerre de l’Angola, déclenchée depuis deux ans, guerre d’indépendance d’un type désormais ‘classique’… Face à la lutte d’émancipation des colonisés, c’est l’habituelle suite de massacres et de derniers ‘quarts d’heure’, le renforcement de l’armée portugaise outre-mer et, en contre-coup, la répression au cœur même de la métropole qui s’accentue. Perry Anderson, directeur de la « NEW LEFT REVIEW », analyse ainsi les données et les perspectives de la faillite prochaine su ‘salazarisme’. »

BEYDOUN ABBAS – Le poème de tyr

 pdf

Abbas Beydoun s’est imposé comme l’une des principales figures de la nouvelle poésie arabe, celle qui s’écrit depuis un quart de siècle et qui trouve le plus souvent dans le poème en prose la forme majeure de son expression.
Dans une trajectoire exemplaire, ponctuée d’œuvres exigeantes, Le Poème de Tyr constitue une stèle dressée à la gloire de la ville natale du poète. La mer et la montagne, les paysans attirés et rejetés par la ville, les marins, matelots et colporteurs, les éléments naturels et les foules humaines, tous participent à cette fresque qui se lit comme un chant païen mais aussi comme une vigoureuse incursion poétique dans l’histoire sociale.

Khalifa Laila – Ibn Arabi initiation a la Futuwwa

 pdf

Le mot futuwwa est couramment traduit par chevalerie . En arabe, elle comprend les notions de chevalerie (furûsiyya), de générosité (karam), de jeunesse (vigueur) et de maturité (rujûliyya). Elle a un rôle majeur dans le soufisme et devient une voie éminente de l’initiation spirituelle. En effet, le grand maître Muhammad Muhyï al-Din Ibn ‘Arabi (1165-1240), dont l’oeuvre principale, al-Futûhât al-mahkiyya (source fondamentale pour l’étude et pour l’initiation à la futuwwa), explique que si la prophétie légiférante est scellée avec l’arrivée du prophète Muhammad ; la Révélation, quant à elle, demeure à jamais par la voie de la futuwwa. Celle-ci consiste essentiellement en un voyage vers la ka`bat al-wujûd (Ka’ba de l’existence), sanctuaire de Dieu, coeur de l’homme, où celui qui a accompli les conditions du voyage (à savoir, le renouvellement du pacte prééternel, et le retour à la nature primordiale fitra) sera admis dans la présence de la Ka’ba-houri et sera initié à la science gardée (maknûn). Il aura connaissance de son être propre et de son Seigneur. II accédera à la station du fatâ.

Selon Ibn ‘Arabi, c’est en entrant par la porte du Fatâ (le Prophète) dont la nature propre est celle du Coran – que l’initié rencontrera trois autres prophètes qui sont au coeur même de l’initiation à la futuwwa : Jésus, Abraham et Moïse. Chacun lui transmettra un enseignement.

Briant, Pierre – Histoire de l’empire perse de Cyrus à Alexandre –

 pdf

Pratiquement inconnu jusqu’alors sur les registres de l’Histoire, le peuple perse, depuis sa base de l’Iran méridional (Fàrs), se lance vers 550 av. J.-C. dans une aventure prodigieuse qui, sous la conduite de Cyrus le Grand et de ses successeurs, va aboutir à la création d’un empire immense entre Asie centrale et Haute-Egypte, entre Indus et Danube. L’Empire perse ou Empire achéménide (du nom de la dynastie régnante) a rassemblé en son sein des pays, des peuples, des langues et des cultures d’une diversité prodigieuse. Cette conquête des pays du Moyen-Orient a causé un bouleversement dans l’histoire du monde: pour la première fois, un Etat unitaire aussi vaste que le futur Empire romain voit le jour et se développe durant plus de deux siècles (550-330). Cette histoire se poursuit jusqu’à la mort d’Alexandre le Grand (323) qui, du point de vue géopolitique, est en quelque sorte  » le dernier des Achéménides « . Aujourd’hui encore les terrasses, palais, reliefs, peintures et briques émaillées de Pasargades, Persépolis et Suse, les impressionnantes tombes royales de Naqsi-Rustam, la statue monumentale de Darius le Grand, tout vient rappeler au visiteur abasourdi la puissance et le luxe inouïs des Grands Rois et de leurs Fidèles.

Longtemps reléguée dans une ombre épaisse par le prestige conjugué de l' » Orient millénaire  » et de la  » Grèce éternelle  » dont elle était exclue, l’histoire achéménide a reçu une impulsion entièrement nouvelle au cours des vingt dernières années. Débarrassée des oripeaux de la  » décadence orientale  » et de la  » stagnation asiatique « , la recherche a également bénéficié de découvertes documentaires décisives dont le nombre n’a cessé de croître, qu’il s’agisse de textes ou de vestiges archéologiques, numismatiques ou bien iconographiques.

C’est cette documentation immense et diversifiée que le livre met entre les mains du lecteur: les multiples citations de documents écrits et insertions d’images permettent de suivre l’auteur dans sa démarche d’historien qui, à travers l’espace et le temps, cherche à comprendre comment naît, se développe et sombre un tel empire. Construit sur ces piliers documentaires, nourri par des discussions qui ne masquent pas les interrogations persistantes, clairement articulé autour de chapitres-bilans, ce livre sans précédent ni équivalent offre aussi le minutieux exposé des divergences interprétatives et des hypothèses alternatives, une bibliographie exhaustive et un index très développé. Il s’adresse aussi bien aux historiens, sociologues et anthropologues qu’au lecteur passionné de recherches historiques et de vastes espaces.

Pierre Briant, professeur d’histoire de l’Antiquité à l’université de Toulouse-II Le Mirail, est spécialiste de l’histoire du Moyen-Orient à l’époque de la domination perse et des conquêtes d’Alexandre. Il est notamment l’auteur d’Alexandre le Grand (1994), d’Etat et pasteurs au Moyen-Orient ancien (1982), de Rois, tributs et paysans (1982) et de Darius, les Perses et l’Empire (1992).

Malek Bennabi – POURRITURES

 pdf

Les mémoires de Bennabi relatent son histoire, mais ils ont aussi leur propre histoire. On ne sait pas exactement quand est-ce qu’il s’est mis à leur rédaction mais il semble qu’il s’y soit très tôt préparé en prenant l’habitude de fixer dans une sorte de journal intime la matière qui y pourvoirait en temps utile. On trouve dans les archives qu’il a laissées des traces de ce journal sous forme de feuilles volantes écrites à la main remontant à 1936 et établissant qu’il prenait déjà note des réflexions et impressions que lui inspiraient les évènements et la vie en général en prenant soin de les dater.

Ce qu’on sait directement de lui, par contre, c’est qu’il a commencé la rédaction du tome 1 de ses Mémoires, «L’Enfant», le 05 mai 1965. Ainsi, on apprend par ses « Carnets » qu’il en est à la page 49 à la date du 19 mai, à la page 103 le 05 juin, et à la page 148 le 18. Enfin, le 27 juin 1965, il peut annoncer avec soulagement : «Je viens de terminer la première partie de mes mémoires que je compte publier en volumes séparés correspondant aux trois phases de ma vie». Il lui aura donc fallu moins d’un mois et demi pour nous livrer le récit détaillé, vivant et coloré de sa vie entre 1905 et 1930. Mais cela aurait-il été possible sans l’aide d’un brouillon ou de points de repères quand on considère la masse des faits et souvenirs qui y sont rapportés et quand on sait qu’il est alors âgé de soixante ans ?

Dans un manuscrit inédit (« Pourritures ») Bennabi nous apprend qu’en septembre 1939, avec le déclenchement de la seconde guerre mondiale, les autorités coloniales renforcent les mesures de surveillance des milieux politiques algériens. A Tébessa, la police procède à des perquisitions chez des particuliers. Il écrit : «La police commençait les perquisitions chez tout le monde. Je pris donc mes précautions. Je remis mes papiers dans une serviette à Khaldi qui la confia à sa brave mère». Que pouvaient être ces «papiers» sinon les supports de ses notes et des brouillons divers? Il nous apprend aussi qu’en juin 1951, dans un contexte similaire, il avait fait brûler par sa sœur aînée des « carnets de notes».

Quant au tome 2 de ses Mémoires, «L’Etudiant», il affirme l’avoir commencé le 21 février 1966 et achevé le 21 juillet 1967. On en déduirait qu’il a nécessité près d’un an et demi de travail, mais en fait il ne lui a pas consacré autant de temps. Je savais dès 1990 – quand j’ai pris connaissance pour la première fois du manuscrit de «Pourritures» – que «L’Etudiant» n’était qu’un des quatre chapitres de ce manuscrit de 373 pages rédigé entre le 1er mars 1951 et le 20 juin 1954. Rien ne dit d’ailleurs que la date du 20 juin 1954 et la page 373 signent la fin réelle de cet inédit. Tout indique au contraire que cette fin n’est pas «naturelle» car le récit s’arrête ex abrupto, ce qui n’est pas dans les usages de Bennabi qui signale systématiquement le début et la fin d’un travail.[1]

Il faut savoir que c’est de justesse que les deux premiers chapitres de «Pourritures» n’ont pas connu le sort des carnets brûlés en 1951. Ils ont été sauvés par deux membres de l’Association des Oulamas, amis de Bennabi, Abderrahman Chibane et Brahim Mazhoudi, lesquels, étant venus les lui restituer (il les leur avait confiés quelques semaines auparavant), l’entendirent leur déclarer qu’il allait les détruire pour qu’ils ne tombent pas entre les mains de la police qui s’intéressait alors de près à lui. Mazhoudi lui arracha des mains l’enveloppe en lui disant : «Ils doivent rester pour l’histoire !».

Autre particularité du manuscrit de «Pourritures» : à partir de la page 338, c’est-à-dire du 06 octobre 1953, Bennabi passe du style de rédaction littéraire à la prise de notes synthétiques et datées. Nous sommes déjà dans le style des « Carnets » et il en sera ainsi jusqu’à la mort de Bennabi qui, après la rédaction et la publication de «L’Etudiant» en arabe, ne s’est plus attaché à mettre en forme la suite de ses Mémoires soit parce qu’il ne le souhaitait plus, soit parce qu’il considérait que leur publication était inenvisageable. Mais il y pensait puisqu’on le voit écrire dans une note du 31 mars 1970 : «Je pense à ces «Mémoires d’un témoin du siècle » que je souhaite tant terminer malgré la trahison de la colonisabilité et le machiavélisme du colonialisme».

Michel Chodkiewicz – Le Sceau des saints – Prophétie et sainteté dans la doctrine d’Ibn Arabî

  pdf             epub

Né à Murcie en 1165, mort à Damas en 1240, Ibn Arabî – «le Maître spirituel par excellence» – exerce depuis huit siècles une influence majeure sur la mystique musulmane. Critiquée, aujourd’hui comme hier, par les adversaires du soufisme, son œuvre immense offre en particulier la première formulation globale et cohérente d’une doctrine de la sainteté en islam.
Cet enseignement, qui ne sépare jamais l’énoncé doctrinal de l’expérience visionnaire, expose une vaste typologie des saints fondée sur la notion d’héritage prophétique. Il décrit avec précision les étapes et les épreuves redoutables du voyage spirituel. Mais si cet itinéraire est d’abord une montée vers Dieu, il ne trouve son accomplissement que dans le retour vers les créatures, faisant ainsi du saint l’indispensable médiateur entre Ciel et terre.

Jeffrey James Byrne – Mecca of Revolution Algeria,

 pdf               epub

Mecca of Revolution traces the ideological and methodological evolution of the Algerian Revolution, showing how an anticolonial nationalist struggle culminated in independent Algeria’s ambitious agenda to reshape not only its own society, but international society too. In this work, Jeffrey James Byrne first examines the changing politics and international strategies of the Algerian National Liberation Front (FLN) during its war with France, including the embrace of more encompassing visions of « decolonization » that necessitated socio-economic transformation on a global scale along Marxist/Leninist/Fanonist/Maoist/Guevarian lines. After independence, the Algerians played a leading role in Arab-African affairs as well as the far-reaching Third World project that challenged structural inequalities in the international system and the world economy, including initiatives such as the Non-Aligned Movement, the G77, and the Afro-Asian movement. At the same time, Algiers, nicknamed the « Mecca of Revolution, » became a key nexus in an intercontinental transnational network of liberation movements, revolutionaries, and radical groups of various kinds.

Drawing on unprecedented access to archival materials from the FLN, the independent Algerian state, and half a dozen other countries, Byrne narrates a postcolonial, or « South-South, » international history. He situates dominant paradigms such as the Cold War in the larger context of decolonization and sheds new light on the relationships between the emergent elites of Africa, the Middle East, Asia, and Latin America.

Mecca of Revolution shows how Third Worldism evolved from a subversive transnational phenomenon into a mode of elite cooperation that reinforced the authority of the post-colonial state. In so doing, the Third World movement played a key role in the construction of the totalizing international order of the late-twentieth century.

Se défendre. Une philosophie de la violence – Elza Dorlin

 pdf

En 1685, le Code noir défendait « aux esclaves de porter aucune arme offensive ni de gros bâtons » sous peine de fouet. Au XIXesiècle, en Algérie, l’État colonial interdisait les armes aux indigènes, tout en accordant aux colons le droit de s’armer. Aujourd’hui, certaines vies comptent si peu que l’on peut tirer dans le dos d’un adolescent noir au prétexte qu’il était « menaçant ».
Une ligne de partage oppose historiquement les corps « dignes d’être défendus » à ceux qui, désarmés ou rendus indéfendables, sont laissés sans défense. Ce « désarmement » organisé des subalternes pose directement, pour tout élan de libération, la question du recours à la violence pour sa propre défense.
Des résistances esclaves au ju-jitsu des suffragistes, de l’insurrection du ghetto de Varsovie aux Black Panthers ou aux patrouilles queer, Elsa Dorlin retrace une généalogie de l’autodéfense politique. Sous l’histoire officielle de la légitime défense affleurent des « éthiques martiales de soi », pratiques ensevelies où le fait de se défendre en attaquant apparaît comme la condition de possibilité de sa survie comme de son devenir politique. Cette histoire de la violence éclaire la définition même de la subjectivité moderne, telle qu’elle est pensée dans et par les politiques de sécurité contemporaines, et implique une relecture critique de la philosophie politique, où Hobbes et Locke côtoient Frantz Fanon, Michel Foucault, Malcolm X, June Jordan ou Judith Butler.Prix Frantz Fanon 2018 (Caribbean Philosophical Association)

 

Les berbères en Amérique

 pdf

En 1930, à l’occasion de la centaine de la colonisation française en Algérie, G. Cauvet, un chercheur français, publia un livre intitulé « Les Berbères en Amérique ». Ce livre, édité à Alger chez J. Bringau, est demeuré presque inconnu. Il est basé sur des recherches menées par l’auteur sur les noms ethniques des tribus Berbères et Indiennes d’Amérique. Cauvet avait montré que plusieurs noms de tribus et de toponymes étaient les mêmes.

Certains noms Américains ne se retrouvent qu’en Tamazgha (Afique du Nord), ou sur les lignes de migration qui y mènent et non dans les autres parties du globe. Ces travaux ont été publié dans le Bulletin de la Société de Géographie d’Alger de 1924 à 1930.

Le Mexique insurgé – John Reed

Résultat de recherche d'images pour "le Mexique insurgé John Reed 1914 (1975)"

pdf        epub

Rentré du Mexique où il avait suivi les troupes de Pancho Villa jusque dans la décisive bataille de Torreón, John Reed rassembla les articles écrits sur le vif pour le Metropolitan et le matériel qu’il n’avait pas publié, pour faire une œuvre résumant son expérience de la révolution au sud du Rio Grande. Le résultat est cette vaste fresque où le témoignage est porté par un lyrisme et une poésie qui épousent l’esprit et l’atmosphère de la révolution mexicaine. Identifié à la cause de Villa dont il dresse sur plusieurs chapitres un saisissant portrait, John Reed, mêlant réalité historique et vérité des sentiments, retrace sur fond de ciels embrasés et de montagnes de porphyre le combat acharné d’un peuple pour la terre et la justice.

Le Mexique insurgé est le premier des grands récits de Reed, précédant La Guerre dans les Balkans et Dix jours qui ébranlèrent de monde, trois ouvrages de référence sur les événements qui ont marqué le début du XXe siècle : l’insurrection mexicaine, la Première Guerre mondiale et la révolution d’Octobre.

Histoire des relations culturelles dans le monde contemporain – François Chaubet, Laurent Martin

Résultat de recherche d'images pour "François-Chaubet_-Laurent-Martin-Histoire-des-relations-culturelles-dans-le-monde-contemporain"

pdf

Révolutions artistiques à Paris ou New York, migrations scientifiques vers les grands campus américains, action culturelle des États en temps de paix ou de guerre froide afin de conforter leur puissance, les enjeux du monde contemporain ont été, souvent, des enjeux profondément culturels. En combinant l’histoire des Relations Internationales et l’histoire culturelle transnationale, ce livre entend offrir la première réelle synthèse sur les multiples interactions culturelles, qu’elles prennent la forme des circulations massives d’images et de sons des industries culturelles ou médiatiques ou celles, plus restreintes, des échanges intellectuels et artistiques.
Attentif aux récents objets de la recherche, de l’exil intellectuel au 20e siècle à la question de la culture coloniale ou impériale, cet ouvrage se propose d’être un outil de travail et de réflexion pour la compréhension du monde contemporain.

François Chaubet, maître de conférences à l’université de Tours et chercheur rattaché à Sciences Po, est spécialiste de l’histoire des relations culturelles internationales.
Laurent Martin, chargé de recherches au Centre d’histoire de Sciences Po, est spécialiste de l’histoire des médias et des rapports entre culture et politique au 20e siècle

Notes de chevet – Sei-Shônagon

Résultat de recherche d'images pour "notes-de-chevet-par-Sei-Shônagon"

pdf           epub

C  omposées dans les premières années du XIe siècle, au moment de la plus haute splendeur de la civilisation de Heian, au moment où Kyôto s’appelait Heiankyô, c’est-à-dire «Capitale de la Paix», par une dame d’honneur, Sei Shônagon, attachée à la princesse Sadako, laquelle mourut en l’an 1000, les Notes de chevet appartiennent au genre sôshi, c’est-à-dire «écrits intimes». Avec Les heures oisives de Urabe Kenkô et les Notes de ma cabane de moine de Kamo no Chômei, les Notes de chevet de Sei Shônagon proposent, sous forme de tableaux, de portraits, d’historiettes, de récits, une illustration du Japon sous les Fujiwara.
Avec l’auteur du Roman de Genji, Noble Dame Murasaki, Sei Shônagon est une des plus illustres parmi les grands écrivains féminins du Japon. Si l’auteur du Roman de Genji est constamment comparé, dans son pays, à la fleur du prunier, immaculée, blanche, un peu froide, Sei Shônagon est égalée à la fleur rose, plus émouvante, du cerisier. Ceux qui liront, nombreux nous l’espérons pour eux, les Notes de chevet sont assurés de découvrir un des plus beaux livres jamais écrits en langue japonaise, et qu’une introduction et des notes leur permettront de goûter dans le plus intime détail, y compris tous les jeux subtils sur les mots.

Qu’est-ce que le shi’isme – Mohammad Ali Amir-Moezzi, Christian Jambet

Résultat de recherche d'images pour "Qu'est-ce que le shi'isme _ - Mohammad Ali Amir-Moezzi Christian Jambet"

pdf                    epub

Des événements tragiques qui frappent aujourd’hui le Moyen-Orient et qui nous sont donnés à voir sur les écrans de télévision, des combats fratricides entre musulmans d’un même pays, que comprenons-nous en Occident ? Minorité la plus importante, majoritaire en Iran, Irak, Azerbaïdjan et à Bahreïn, les shi’ites occupent une place centrale au sein de l’islam. Mais que savons-nous réellement du shi’isme ? Écrite par deux spécialistes de notoriété mondiale, cette synthèse rassemble les principaux traits des univers spirituel et intellectuel du shi’isme, présente ses fondements doctrinaux, la généalogie de ses maîtres (depuis Ali, gendre de Mahomet), ses sources (Coran et Hadith), son évolution historique et sa philosophie, et analyse les processus qui ont conduit une religion ésotérique et mystique à se transmuer en idéologie politique.

La Révolution française à la Martinique (1936) – Henry Lémery

Résultat de recherche d'images pour "La Révolution française à la Martinique - Henry Lémery, 1936"

pdf

Extrait: Les révolutions changent de caractère à mesure que leurs effets se développent non seulement dans le temps, mais dans l’espace. Chaque milieu réagit à sa façon à l’incendie qui se propage, révélant parfois le pouvoir explosif d’idées et de situations profondément différentes de celles qui ont occasionné la première déflagration.
La grande Révolution de 1789 en est le plus frappant exemple. Nul autre mouvement d’humanité n’a eu une telle puissance d’expansion. Tout contribuait à en faire un événement entre tous exceptionnel : la méditation séculaire d’un peuple de penseurs, une soudaine floraison de l’intellectualité et du sentiment, l’ardente poussée de sève d’une race d’élite en pleine maturité. Nous en connaissons assez les effets au pays de l’Esprit des Lois et du Contrat social. Mais le ferment de rénovation porté au-delà de nos frontières par les armées de la République, diffusé par nos écrivains et nos philosophes à travers l’univers, devait produire des résultats auxquels nul n’avait tout d’abord songé : en Europe l’affirmation du principe des nationalités et les nouveaux impérialismes qui en procèdent ; dans le monde, la croissante et chaque jour plus troublante complication du problème des races. Et sans doute les effets de la grande commotion, après bientôt un siècle et demi, n’ont-ils pas encore fini de se développer.

Histoire de New York – Washington Irving,

Résultat de recherche d'images pour "Washington Irving, Histoire de New York"

pdf                                epub

Publié pour la première fois en 1809 sous le nom d’auteur fictif de Diedrick Knickerbocker, Histoire de New York connut immédiatement un immense succès et fit de Washington Irving le premier écrivain américain de renommée internationale ; il constitue en cela l’acte de naissance officiel de la littérature américaine. Walter Scott confessait avoir ri à s’en tenir les côtes en le lisant : c’est qu’Histoire de New York, dans lequel Irving s’attache à démythifier les origines des États-Unis, oscille entre ironie mordante et comique exubérant ; il y parodie le style pédant des historiens et caricature à traits vigoureux les grandes figures politiques de son temps. C’est l’occasion de découvrir une époque méconnue de New York, celle de sa fondation, mais aussi de saisir les échos de la vie politique des États-Unis au temps de Jefferson. La présente édition est une version révisée d’une traduction française anonyme de 1827, pour la première fois rééditée, et augmentée pour tenir compte de modifications apportées ultérieurement par Washington Irving.

Texte établi par Valentin Fonteray

La domination masculine_Pierre Bourdieu

Résultat de recherche d'images pour "la domination masculine Bourdieu"

pdf

La domination masculine est tellement ancrée dans nos inconscients que nous ne l’apercevons plus, tellement accordée à nos attentes que nous avons du mal à la remettre en question.

La description ethnographique de la société kabyle, conservatoire de l’inconscient méditerranéen, fournit un instrument puissant pour dissoudre les évidences et explorer les structures symboliques de cet inconscient androcentrique qui survit chez les hommes et les femmes d’aujourd’hui.

Mais la découverte des permanences oblige à renverser la manière habituelle de poser le problème : comment s’opère le travail historique de déshistorisation ? Quels sont les mécanismes et les institutions, Famille, Église, École, État, qui accomplissent le travail de reproduction ? Est-il possible de les neutraliser pour libérer les forces de changement qu’ils entravent ?

DANS LA COLONIE PÉNITENTIAIRE – Franz Kafka

Résultat de recherche d'images pour "DANS LA COLONIE PENITENTIAIRE - Franz Kafka"

pdf

Si, dans un pays étranger, on est témoin de pratiques qui paraissent contraires au bon sens et à la justice, que doit-on faire? La question obsède l’explorateur invité à assister à la punition du soldat indiscipliné dans la colonie pénitentiaire. Bizarre est l’instrument du supplice, mais plus bizarre encore celui qui s’est appointé exécuteur, ce tortionnaire illuminé qui applique jusqu’à l’absurde la loi dont il se veut le serviteur. Le dénouement survient dans un climat fantastique où l’impuissance de l’explorateur à empêcher le drame lui donne une dimension de cauchemar.
C’est en quoi ce récit est une excellente illustration de l’art de Kafka. Il contient la plupart des thèmes développés dans les nouvelles qui suivent. Plus encore que les intentions contradictoires qui animent les meilleurs comme les pires d’entre nous, ou les ravages de la sottise, on y voit mise en évidence la solitude de l’homme de bonne volonté dans un monde hostile. Le trapéziste de Premier chagrin et le Champion de jeûne s’efforcent d’atteindre à la perfection: à quoi bon? Et que vous ayez tort de faire quoi que ce soit, Le Terrier ou La Taupe géante le prouvent puisque, même en ne faisant rien, vous n’échappez pas à l’emprise de cet autrui persécuteur — incarné dans Une Petite Femme — qui peuple l’univers pessimiste de Kafka.

Une odeur de mantèque – Mohammed Khaîr-Eddine

pdf

Un écrivain marocain en exil raconte, par le truchement d’un personnage de vieillard, habitant d’un lointain village, et sur le mode le plus direct et le plus lyrique qui soit, ses hantises d’homme de la terre qu’il a quittée. Son passé jaillit, torturé, plein d’odeurs et de bouillonnements – la mantèque, c’est la graisse animale dans laquelle on fait la cuisine -, et son avenir de misère se fait jour aussi, au rythme des imprécations et des cris de joie, de la virulence politique et du grognement de plaisir. Voyage onirique, mémoire et histoire s’entremêlent ici pour nous donner à lire l’un des romans majeurs de Mohammed Khaïr-Eddine.

medecine du prophete mouhammad, la – Jalal Ad-Din As-Suyûtî

pdf         epub

Description: Dans cet ouvrage, vous constaterez la grandeur de la sagesse du Prophète de l’Islam en matière santé.

La santé ne se limite pas uniquement à la préservation du corps des maladies, telle est la directive principale du Prophète (pbsl).

La médecine prophétique s’est, en effet intéressée à l’être humain dans sa globalité, tenant compte de la dimension du corps, de l’esprit et du coeur.

Parmis ses nombreux enseignements, notre bien- aimé Prophète (pbsl) a rappelé la beauté du Don divin de la vie et l’importance d’honorer cette vie en préservant sa santé. En effet, il a toujours incité ses disciples et les fidèles de sa communauté à se prémunir des maladies, à se soigner en recherchant les remèdes à leurs maladies, y compris celles de l’âme, celles qui éloignent le serviteur de Son Seigneur.

 » Dans la prière, il y a une guérison « , disait-il (pbsl), guérison qu’est la paix du coeur et de l’âme amenant alors un état de bien-être général et une quiétude sans égal.

Le lecteur découvrira, très certainement, dans cet illustre ouvrage de l’imâm As-Souyoûtî, de nombreux conseils pratiques, des réflèxions et d’éternelles sagesses.

Quand on parcourt la Sounna du Prophète (Bénédictions et Salut de Dieu sur lui), on y trouve des indications évidentes sur ces différents domaines de la médecine: les maladies physiques, les maladies mentales et pssychologiques. Il est (Bénédictions et Paix de Dieu sur lui) le médecin du corps et de l’âme. C’est lui qui a dit :  » A chaque maladie Dieu a fait descendre un remède (une guérison). »

Ousâma Ibn Chourayk a rapporté cecu:  » Je suis venue à la rencontre du Messager de Dieu. Ses Compagnons se tenaient immobiles tels des perchoirs sur lesquels se tenaient sans crainte les oiseaux, je l’ai salué, puis m’assis. Quand les délégations de bédouins arrivèrent, ils commencèrent à le questionner. Certains lui demandèrent:  » O Messager de Dieu ! Doit-on se soigner ? » Il leur répondit:  » Soignez-vous, car toute maladie Dieu a fait descendre un remède, exepté une seule maladie: la maladie de la vieillesse. »

Son Excellence Naguib Mahfouz.

pdf                   epub

Othmân Bayyoumi est un fonctionnaire assidu et pieux, un serviteur zélé de l’Etat – cet Etat égyptien aussi vieux que le monde, qu’il considère comme “le souffle de Dieu sur terre”. Toute sa carrière, du huitième au premier échelon, se déroule, aride et solitaire, comme s’il s’agissait de la “voie” que doit parcourir un soufi, station après station, pour accéder à la lumière divine. Mais cette ascension dans la hiérarchie est aussi une descente aux enfers. Othmân lui a sacrifié toutes les joies de l’existence, traitant avec mépris Saïda, son premier amour, puis Saniya et Assila, toutes indignes, selon lui, d’épouser un futur directeur général. Seule lui convenait sa liaison secrète et sordide avec la prostituée Qadriya, qui ne risquait pas de le détourner de son ambition sacrée… En campant un antihéros à la fois pathétique et vil, Naguib Mahfouz révèle les rouages d’une administration qui se perpétue en marge de l’histoire, insensible aux bouleversements politiques et sociaux qu’a connus l’Egypte depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Né au Caire, Naguib Mahfouz (1911-2006) est l’auteur de plus de cinquante romans et recueils de nouvelles qui lui ont valu en 1988 le prix Nobel de littérature. Une grande partie de son oeuvre est disponible en français chez Sindbad / Actes Sud et dans la collection Babe

ABDELKRIM Une épopée d’or et de sang de Zakya Daoud

pdf 

Ce juriste, fils de notable, fut d’abord le premier journaliste marocain, avant de prendre les armes contre l’occupant espagnol. L’Espagne lui doit sa défaite militaire la plus cuisante : la bataille d’Anoual (juillet 1921) qui fit 15 à 20 000 victimes dans les rangs de l’armée espagnole. Pendant deux ans, il a tenu les montagnes du Rif et mis en place une véritable « république du Rif » (1921-1926) vécu comme un prélude à la libération de tout le Maroc. Un peu partout dans le monde des « révolutionnaires » ont eu les yeux tournés vers l’émir Adelkrim. Madrid est tenté d’abandonner la région aux rebelles, mais maréchal Lyautey demande son élimination. Paris craint la contagion anti-coloniale. La victoire de l’émir aurait changé le cours de l’histoire d’un pays colonisé depuis peu. La France et l’Espagne, ont dû se coaliser et aligner près de 500 000 hommes et 42 généraux (dont le général Pétain) et dix escadrilles aérienne pour en venir à bout. La France envoie l’émir vaincu à la Réunion pour un exil qui dure 21 ans. En 1946, il parvient à s’évader.

« En 1947, il rejoint Le Caire pour y diriger pendant quelques années le Bureau du Maghreb arabe, recevant dans sa résidence de Koubbeh Garden toutes sortes de personnalités avides de rencontrer cette légende vivante. Choyé par Abdel Nasser et par le Roi d’Arabie, il refuse obstinément de rentrer au Maroc tant que le dernier soldat étranger n’en est pas sorti et que l’Algérie voisine n’est pas libre. C’est en irréductible qu’il meurt en 1962 à l’âge de 80 ans et c’est de l’irréductible que l’histoire se souvient et a fait un mythe, voire un tabou encore vivace dans son pays d’origine, le Maroc. » (extrait d’un article de la revue Quantara).

Nasser lui accorda des funérailles nationales. Au Maroc on préféra oublier celui qui incarner l’idée d’un Maroc républicain… En octobre 1999, le jeune roi Mohammed VI, lors de sa visite au nord du Maroc, a rencontré Saïd el Khattabi, le fils de l’émir Abdelkrim. Ce geste fut très symbolique quand on sait qu’Abdelkrim aurait, par sa légende, put être un rival sérieux du Sultan du Maroc… si la France lui avait permis de retrouver le pays dont il fut chassé à jamais en 1926.

 

 

 

Malek Bennabi – La lutte idéologique

  pdf

Extraits de ” la lutte idéologique” de Malek Bennabi :

Avant propos : L’auteur autochtone et l’auteur progressiste dans la lutte idéologique contre le colonialisme

Il est des thèmes qu’il n’est vraiment pas utile d’aborder si les arguments présentés ne découlent pas d’une expérience personnelle. Une expérience qui permet de les éclairer de l’intérieur.

La lutte idéologique dans les pays colonisés compte parmi ces questions.

[…]

Dans les pays colonisés où, trop souvent, on ignore ce combat bien qu’il se déroule à l’intérieur de nos frontières et qu’ensuite ils en constituent, eux-mêmes l’enjeu

Il y a d’une part cet aspect. De l’autre, nous relevons comment, à l’extérieur, l’auteur progressiste ignore de son côté cette lutte : nous constatons, à titre d’exemple, comment en participant au combat contre le colonialisme aux côtés des colonisés, son action se limite exclusivement au seul domaine politique.

Il se retire et s’en lave les mains dès que ce combat prend l’allure d’une lutte idéologique, comme s’il n’en avait cure, ennuyé par sa nouvelle formule. Il pense, en d’autres termes, que l’homme colonisé a le droit de se défendre tant que cette défense se limite strictement au champ politique, mais, une fois transposée au domaine des idées, il estime que cet homme a mis son nez dans un champ auquel il n’a pas droit.

II est possible d’expliquer une telle situation par la lourde chape d’opacité qui couvre la lutte idéologique dans les pays colonises ; ce qui place les autochtones a l’intérieur et les auteurs progressistes a l’extérieur dans l’incapacité de saisir ses contours. Néanmoins, l’expérience montre que parfois, cette ignorance peut être, d’une façon ou d’une autre, une simple parodie, le fruit d’une simulation. Par ailleurs, les dirigeants politiques nationalistes dans les pays colonises adoptent dans la bataille des idées – pour des raisons déterminées – une attitude neutre ou négative, voire hostile.

En dehors des pays colonises, l’écrivain progressiste adopte, pour sa part une position similaire alors que, engageant le combat contre le colonialisme il se range aux cotes de ce même colonialisme des que cette bataille revêt un aspect idéologique.

En analysant cette attitude étrange, l’on arrive a déduire que l’auteur progressiste est contraint, dans une telle bataille, a répondre a des considérations qui lui sont inculquées ou que son comportement découle dans ce domaine de complexes hérités. Dans les deux cas, son attitude a l’égard de la lutte idéologique dans les pays colonises est une attitude au pire hostile, neutre au mieux.

[…]

A la lumière de ce qui précède, il n’est pas dans mon intention, néanmoins, d’émettre un jugement généralisé au sujet de la littérature progressiste et des auteurs progressistes. Nous relevons dans l’expression de leurs positions en Europe la probité des idées, l’intégrité morale, le courage et la grandeur d’âme. Des qualités qui forcent le respect de tout être respectable.

La Grande Maison Mohammed Dib

  pdf

« Omar avait fini par confondre Dar-Sbitar avec une prison. Mais qu’avait-il besoin d’aller chercher si loin ? La liberté n’était-elle pas dans chacun de ses actes ? Il refusait de recevoir de la main des voisins l’aumône d’un morceau de pain, il était libre. Il chantait s’il voulait, insultait telle femme qu’il détestait, il était libre. Il acceptait de porter le pain au four pour telle autre, et il était libre. »

La Double Absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré – Abdelmalek Sayad

pdf 

Ce livre présente la synthèse de vingt années de recherches, menées en France et en Algérie, sur l’émigration et l’immigration, deux phénomènes qui sont aussi indissociables que le recto et le verso de la même feuille et pourtant très différents en apparence, au point qu’on croit pouvoir comprendre l’un sans connaître l’autre.

Abdelmalek Sayad restitue à l’immigration tout ce qui en fait le sens, c’est-à-dire le non-sens : par des entretiens admirables de délicatesse et de compréhension, il amène les immigrés à livrer le plus profond de leur intimité collective, les contradictions déchirantes dont leur existence déplacée est la conséquence. C’est par exemple l’immense mensonge collectif à travers lequel l’immigration se reproduit, chaque immigré étant conduit, par respect pour lui-même et aussi pour le groupe qui lui a donné mandat de s’exiler, à dissimuler les souffrances liées à l’émigration et à encourager ainsi de nouveaux départs. Ce sont les contradictions de tous ordres qui sont inscrites dans la condition d’immigré, absent de sa famille, de son village, de son pays, et frappé d’une sorte de culpabilité inexpiable, mais tout aussi absent, du fait de l’exclusion dont il est victime, du pays d’arrivée, qui le traite comme simple force de travail. Autant de choses qui ne sont pas seulement dites dans le langage habituel de la littérature critique, mais également dans la langue que les immigrés emploient eux-mêmes pour faire part avec beaucoup d’intensité et de justesse, de leur propre expérience. On ne pourra plus, après avoir lu le livre, regarder de la même façon les immigrés que l’on croise distraitement dans le métro ou dans la rue, ni écouter avec la même indulgence les discours dont ils font l’objet et qui, même les mieux intentionnés, les enfoncent dans leur étrangeté.

L’Incendie Mohammed Dib

   pdf

Dans les montagnes apparemment paisibles de la région de Tlemcen, l’incendie fait des ravages, dans les gourbis agricoles et dans le cœur des hommes. En vacances dans sa famille, le petit Omar, effaré, assiste à cet embrasement. Les fellahs s’insurgent, se révoltent et décrètent la grève pour protester contre leur condition misérable. Pour les colons, ils deviennent des « incendiaires » tout désignés. Les arrestations commencent…

Kourouma, Ahmadou – Quand on refuse on dit non

pdf 

Où l’on retrouve Birahima, l’enfant-soldat des guerres tribales de Sierra Leone et du Liberia. Maintenant démobilisé, il se débrouille à Daloa, une ville du Sud de la Côte-d’Ivoire où il exerce la fonction d’aboyeur pour une compagnie de gbagas, les taxis-brousse locaux. Mais il rêve toujours de richesse et de gloire. Surtout, il n’a d’yeux que pour Fanta, belle comme un masque gouro. Lorsque la fille décide de fuir vers le Nord, Birahima se propose comme garde du corps. Chemin faisant. Fanta entreprend de faire l’éducation de son jeune compagnon. Elle lui raconte l’histoire de leur pays, des origines à nos jours, que le gamin interprète à sa façon naïve et malicieuse. Et puis que ne donnerait-il pas pour boire ainsi les paroles de Fanta ?

Jacques Berque, Le Coran, Essai de Traduction

pdf 

Seize années de travail, et une vie tout entière consacrée à l’étude de l’Islam, avaient été nécessaires au professeur Jacques Berque pour proposer un « essai de traduction » du Coran. À la fois savante et littéraire, cette oeuvre monumentale, témoignant d’une intime familiarité avec le monde arabe et la tradition de l’Islam, fut saluée comme un événement pour l’approche de cette culture par le public francophone.
Après quatre ans de travail supplémentaires, Jacques Berque, qui fut l’infatigable explorateur des mille subtilités de la langue coranique, améliora son texte en y apportant des centaines de retouches d’après les remarques de lecteurs érudits, et particulièrement celles de cheikhs de l’Islam. Cette seconde édition, entièrement révisée, nous fait redécouvrir le Coran dans le souffle de ses origines, ouvrant les perspectives d’un Islam éclairé où foi et raison auraient toutes deux leur place.

Itinéraire d’un salaud ordinaire Livre de Didier Daeninckx

  pdf 

Clément Duprest, brillant étudiant en droit, intègre la police nationale en 1942. Contrairement à certains de ses collègues, Duprest ne «fait pas de politique» : il va se contenter de mettre au service de ses patrons son intelligence et son sens de l’observation. Au sein de la «brigade des propos alarmistes», il est chargé de repérer et de neutraliser les individus hostiles à Vichy… Ainsi commence la longue carrière d’un fonctionnaire que certains diraient irréprochable. Duprest sera mêlé, au cours de sa vie, à nombre d’événements qui ont marqué la chronique. Didier Daeninckx, à travers les faits et gestes quotidiens d’un salaud tout à fait ordinaire, nous invite à revisiter quarante ans d’histoire française, depuis la rafle du Vél’ d’Hiv jusqu’à la candidature de Coluche à l’élection présidentielle de 1981 : Occupation, Libération, décolonisation, affaires politico-mafieuses, mouvements étudiants, grèves ouvrières, répression policière… Comme dans Meurtres pour mémoire, le savoir-faire du romancier s’appuie à la fois sur une analyse très fine des comportements humains et sur une multitude de détails véridiques, qui rendent captivante cette traversée du dernier demi-siècle.

Histoire et conscience de classe Essais de dialectique marxiste – Georg Lukàcs

pdf

Cette œuvre célèbre du grand philosophe hongrois peut être considérée comme le livre-clé de la pensée marxiste de la première moitié du XXe siècle. Elle paraît aujourd’hui pour la première fois en traduction, dans un texte intégral précédé d’une étude philosophique et historique par Kostas Axelos.
Rédigé directement en langue allemande, et tiré à quelques centaines d’exemplaires seulement, Geschichte und Klassenbewusstsein a été publié à Berlin en 1923 et ses théories furent tout de suite violemment combattues par les communistes orthodoxes et par la social-démocratie, alors qu’elles étaient ignorées de la pensée de droite. L’auteur sera amené à désavouer lui-même ce livre qui n’en continuera pas moins d’exercer une grande influence, en dépit de la destruction de la quasi-totalité des exemplaires existants.

‑‑‑‑‑ Table des matières ‑‑‑‑‑

Préface de Kostas Axelos – Avant-propos de Georg Lukàcs – Qu’est-ce que le marxisme orthodoxe ? – Rosa Luxembourg, marxiste – La conscience de classe – La réification et la conscience du prolétariat : I. Le phénomène de la réification. II. Les antinomies de la pensée bourgeoise. III. Le point de vue du prolétariat – Le changement de fonction du matérialisme historique – Légalité et illégalité – Remarques critiques sur la critique de la révolution russe de Rosa Luxembourg – Remarques méthodologiques sur la question de l’organisation – En guise de postface

 

Guillaume d’Ockham le singulier – Pierre Alféri

pdf

Au début du XIVe siècle, Guillaume d’Ockham assigna à la philosophie une tâche nouvelle, dont elle a encore à s’acquitter : penser la singularité de chaque chose, décrire depuis ce point irréductible le contenu de l’expérience et le fonctionnement du langage. Pour cerner ce projet, on propose ici une interprétation systématique de la pensée d’Ockham. En affirmant résolument leur singularité, il cherche dans les choses mêmes un point de départ modeste pour la philosophie. C’est le projet d’une ontologie réduite à sa plus simple expression. Il demande à l’expérience de montrer comment cet arbre, cette pierre devient pour nous l’élément d’une série – les arbres, les pierres. C’est le projet d’un empirisme. Il demande au langage de montrer que l’on peut, fût-ce par des termes généraux, signifier des choses singulières, afin d’analyser la référence sous toutes ses formes. C’est le projet d’un nominalisme. Singularité, sérialité, référence : trois faits fondateurs et trois questions à nouveau ouvertes. Qu’est-ce que le singulier ? Comment, autour de lui, constituer des séries ? Comment le signifier ? Cet ouvrage est paru en 1989.

Ils venaient d’Algerie l’immigration algérienne en France 1912-1992 Benjamin Stora

pdf

Loin de leur pays natal transformé en ghetto colonial, c’est la liberté qu’ils venaient chercher en France. L’Algérie, ils la rêvaient indépendante. Mais c’est dans les cafés-hôtels de l’exil qu’ils allaient créer les premières organisations nationalistes des années trente.

Vint la guerre clandestine du FLN en France, combat contre les autorités françaises mais aussi lutte secrète et féroce pour le contrôle de la communauté immigrée qu’encadrait encore le Mouvement national algérien de Messali Hadj.

1962, l’indépendance. Ecartés par le FLN, les dirigeants de sa fédération de France goûtent le fruit amer des espoirs déçus. Libre, l’Algérie devait nourrir tous ses fils et mettre fin à leur exil. Mais le destin en décide autrement: au lieu de disparaître, l’immigration s’installe.

Ils venaient d’Algérie, ils resteront en France. Les jeunes Maghrébins des années quatre-vingt s’interrogent: comment s’intégrer dans la société française sans renier leurs racines? Parce qu’il fait revivre l’histoire si mal connue de la communauté algérienne en France, parce qu’il rappelle que son passé ne la rend guère sensible aux sirènes de l’intégrisme islamique, ce livre se veut une réponse à ceux qui cherchent à situer la  » crise des banlieues  » et les événements actuels d’Algérie dans leur vraie dimension.

Le GRP (Groupe révolutionnaire prolétarien, puis Union des communistes internationalistes, dit parfois « groupe Thalmann ») 1941-1946

Histoire des relations culturelles dans le monde contemporain (François Chaubet Laurent Martin )

Révolutions artistiques à Paris ou New York, migrations scientifiques vers les grands campus américains, action culturelle des États en temps de paix ou de guerre froide afin de conforter leur puissance, les enjeux du monde contemporain ont été, souvent, des enjeux profondément culturels. En combinant l’histoire des Relations Internationales et l’histoire culturelle transnationale, ce livre entend offrir la première réelle synthèse sur les multiples interactions culturelles, qu’elles prennent la forme des circulations massives d’images et de sons des industries culturelles ou médiatiques ou celles, plus restreintes, des échanges intellectuels et artistiques.
Attentif aux récents objets de la recherche, de l’exil intellectuel au 20e siècle à la question de la culture coloniale ou impériale, cet ouvrage se propose d’être un outil de travail et de réflexion pour la compréhension du monde contemporain.

La Mediterranée L’espace et l’histoire – Fernand Braudel

pdf

Dans ce livre, les bateaux naviguent ; les vagues répètent leur chanson ; les vignerons descendent des collines des Cinque Terre, sur la Riviera génoise ; les olives sont gaulées en Provence et en Grèce ; les pêcheurs tirent leurs filets sur la lagune immobile de Venise ou dans les canaux de Djerba ; des charpentiers construisent des barques pareilles aujourd’hui à celles d’hier… Et cette fois encore, nous sommes hors du temps. Plus qu’aucun autre univers des hommes, la Méditerranée ne cesse de se raconter elle-même, de se revivre elle-même. Par plaisir sans doute, non moins par nécessité.

L’orientalisme L’Orient créé par l’Occident – Edward W. Said

pdf

D’Eschyle à Kissinger, de Marx à Barrès, l’Occident a tenu un discours sur l’Orient. Mais, puisque «l’Orient» n’existe pas, d’où vient ce discours et comment expliquer son étonnante stabilité à travers les âges et les idéologies? «L’Orient» est une création de l’Occident, son double, son contraire, l’incarnation de ses craintes et de son sentiment de supériorité tout à la fois, la chair d’un corps dont il ne voudrait être que l’esprit.

À étudier l’orientalisme, présent en politique et en littérature, dans les récits de voyage et dans la science, on apprend donc peu de choses sur l’Orient, et beaucoup sur l’Occident. Le portrait que nous prétendons faire de l’Autre est, en réalité, tantôt une caricature, tantôt un complément de notre propre image.

L’idéologie orientaliste s’est échappée depuis longtemps déjà du cabinet des savants pour précéder Napoléon dans sa conquête de l’Égypte ou suivre la guerre du Liban.

C’est de ce discours qu’on trouvera ici la magistrale archéologie, augmentée de la préface que l’auteur rédigea en 2003 pour le vingt-cinquième anniversaire de la publication originale de l’ouvrage

Echos de la commune libre de Barbacha

pdf

Le maître de chasse – Mohammed Dib

pdf

Voici trois ans que l’Algérie a conquis son indépendance. Le préfet Waëd, idéaliste déterminé, entreprend de forger l’Algérie de ses rêves : un pays où règnent l’Ordre et le Progrès. Les fellahs et les maquisards, menés par le charismatique Madjar, nourrissent, eux, des rêves de partage et de fraternité. Au nom de la paix, Waëd va réprimer ces « agitateurs », dans une lutte démente et fratricide.

 

Né en Algérie en 1920, Mohammed Dib a été instituteur puis journaliste avant de se consacrer à l’écriture de poèmes et de romans. Sont également disponibles en Points La Grande Maison, L’Incendie et Un été africain. Il est décédé en 2003

Formulaires poèmes – Mohammed Dib

pdf

Soleil derrière. Soleil devant. Des soleils. Soleils émergeant sans cesse du bleu de l’être. Ils réchauffent, ils brûlent, ils aveuglent, ils diluent le monde. Et reviennent sans cesse. Sans cesse et à seule fin de cacher une ombre, l’inlassable image allant de la noirceur à la blancheur clémente, de la ravir à la vue sitôt qu’elle commence à poindre. Elle ne peut pourtant m’apparaître que si je fixe, soutiens du regard et fixe encore pour l’immobiliser, toute cette lumière qui se refuse sans cesser d’être autour de moi, traçant un cercle de peur, d’ombre, de silence. La présence est là dans ce présent approché avec soin, car le sang peut jaillir comme les souvenirs. Une vie d’homme est en jeu.

Capitalisme et schizophrenie L’Anti-Œdipe – Gilles Deleuze

pdf

Qu’est-ce que l’inconscient ? Ce n’est pas un théâtre, mais une usine, un lieu et un agent de production. Machines désirantes : l’inconscient n’est ni figuratif ni structural, mais machinique. – Qu’est-ce que le délire ? C’est l’investissement inconscient d’un champ social historique. On délire les races, les continents, les cultures. La schizo-analyse est à la fois l’analyse des machines désirantes et des investissements sociaux qu’elles opèrent. – Qu’est-ce qu’Œdipe ? L’histoire d’une longue “ erreur ”, qui bloque les forces productives de l’inconscient, les fait jouer sur un théâtre d’ombres où se perd la puissance révolutionnaire du désir, les emprisonne dans le système de la famille. Le “ familialisme ” fut le rêve de la psychiatrie ; la psychanalyse l’accomplit, et les formes modernes de la psychanalyse et de la psychiatrie n’arrivent pas à s’en débarrasser. Tout un détournement de l’inconscient, qui nous empêche à la fois de comprendre et de libérer le processus de la schizophrénie.

Pour la vie et autres textes libertaires inédits 1895-1907 – Alexandra David Neel

pdf

Extrait de Pour la Vie :

Qu’est-ce que la concurrence, sinon un terme hypocrite désignant ce combat perpétuel des uns contre les autres, cette guerre sans trêve qui se poursuit, implacable, au sein de nos sociétés ; lutte, non seulement exécrable par les douleurs qu’elle engendre, mais stupide aussi, car il n’y a même pas à attendre d’elle le développement de la force physique ou de l’intelligence ! La vigueur du corps ou de l’esprit n’a que bien peu d’influence dans ces combats. Il n’y a pas à espérer que les plus beaux exemplaires de la race, éliminant les autres, procréeront des générations plus belles et plus parfaites ; cette dernière logique, par laquelle la nature semble parfois excuser les luttes qui se livrent en elle, les sociétés l’ont bannie. Le plus fort est celui qui possède ; celui-là vaincra et subsistera, tandis que souvent disparaîtront les robustes et les intelligents. Les sociétés actuelles ont pour base, non pas l’union et la communauté d’intérêts entre les membres qui les composent, mais bien au contraire la division et l’opposition de ces intérêts. C’est par une concurrence factice, poussée à l’extrême, qu’elles subsistent, exploitant, semble-t-il, la souffrance des masses au profit d’une minorité de privilégiés, mais en réalité restreignant chez tous la part de bonheur et de vie que l’homme trouverait dans une association normalement constituée. Cette concurrence néfaste se manifeste de la façon la plus déraisonnable ; non seulement les hommes ont des intérêts opposés à ceux de leurs co-associés, mais leurs propres intérêts se trouvent en contradiction les uns avec les autres. […]

Les chefs militaires n’ont-ils pas intérêt à ce que se perpétuent les sottes haines entre les peuples, qui seules leur permettent de subsister dans leur fonction ? Un exemple désormais historique vient cependant de démontrer combien de pareils intérêts sont néfastes à l’individu et combien il peut souffrir lorsque le germe mauvais, anti-humain, de l’institution qu’il soutient, tant qu’elle choisit ailleurs ses victimes, vient à se retourner contre lui-même.

Les massacres entre hommes ne se comprennent que dans ces périodes barbares où le manque de nourriture, la réelle lutte pour la vie contraignaient des peuplades à se jeter sur leurs voisins pour leur arracher les vivres qu’ils possédaient ou, parfois, pour se repaître de ces voisins eux-mêmes. Par quel aveuglement des hommes en viennent-ils à s’entretuer pour une ambition de despote ou de ministre, une parole de diplomate, une combinaison entre financiers ou toute autre cause qu’ils ignorent absolument et qui ne peut les toucher en rien ?

On a fait beaucoup de phrases sentimentales contre la guerre, qu’en est-il résulté ? Rien. D’ailleurs, l’homme n’a pas à se préoccuper d’une question de sentiment toujours discutable. Une seule chose est pour lui réelle : son intérêt ; c’est lui seul qu’il devrait consulter en tout et toujours. La guerre est horrible, mais ce n’est pas pour cela qu’il faut s’y refuser. Dans les luttes primitives, lorsque la vie de l’individu affamé était en jeu, son intérêt le poussait à s’approprier la part d’aliments de son semblable, à supprimer une existence pour prolonger la sienne, il avait raison quant à lui de le faire. Son instinct lui disait : Vis !, et sa volonté de vivre était son droit strict et indiscutable. La nature n’a pas nos sentimentalités, elle n’a pas non plus nos cruautés imbéciles. Nul besoin en cette question d’attendrissement, ni de larmes. La guerre et le militarisme sont une duperie pour les peuples, pour tous les peuples, et c’est pourquoi ils devraient s’y refuser. Quel intérêt le travailleur de la pensée ou le travailleur manuel peuvent-ils avoir dans une guerre ? Que leur enlèverait-on ? Le plus souvent, ils ne possèdent rien, ceux qu’ils intitulent leurs compatriotes ne leur ayant rien laissé.

Blanqui ou l’insurrection d’etat

pdf

Louis-Auguste Blanqui, dit Auguste Blanqui, surnommé « l’Enfermé », né le 8 février 1805 à Puget-Théniers (Alpes-Maritimes) et mort le 1er janvier 1881 à Paris, est un révolutionnaire socialiste français, souvent associé à tort aux socialistes utopiques. Il défend pour l’essentiel les mêmes idées que le mouvement socialiste du XIXe siècle. Il fait partie des socialistes non-marxistes. L’historien Michel Winock le classe comme un des fondateurs de l’ultragauche française qui s’oppose aux élections démocratiques, vues comme « bourgeoises », et qui aspire à l’« égalité sociale réelle1. »

Après 1830, encore étudiant, Blanqui fait le constat que la révolution ne pourra traduire la volonté du peuple que par la violence2,3 : « l’interdiction politique » qui place le peuple sans garantie, sans défense, devant « l’odieuse domination des privilégiés »4, conduit fatalement à la lutte. Il fut, en conséquence de ses tentatives insurrectionnelles, emprisonné une grande partie de son existence, ce qui lui a donné le surnom de « l’Enfermé »5. Il est à l’origine du blanquisme.

Penseur de l’islam spirituel Daryush Shayegan – Henry Corbin

pdf

Henry Corbin (1903-1978), qui a renouvelé en profondeur les études islamiques, en particulier iraniennes et mystiques, est un penseur multiforme et encore trop méconnu. Premier traducteur en France de Heidegger, il a puisé aux sources de la « philosophie prophétique » une pensée riche et profonde qui mérite sa place aux côtés des plus grands systèmes.Daryush Shayegan, lui-même Iranien et qui fut son élève, livre ici la première synthèse complète de son oeuvre. Métaphysique de l’imagination, prophétie et initiation, shî’isme, ismaélisme, Avicenne, Mollâ Sadrâ, Sohrawardî, angélologie, théophanie, religion de l’amour : autant de thèmes qui dessinent un paysage spirituel plein de promesses pour la réflexion contemporaine et où peut s’amorcer un réel dialogue entre l’Occident et l’Orient.

Islam et Economie – Réflexions sur les Principes Fondamentaux de l’Economie Islamique Abdul Hadi GAFOURI

Cet ouvrage est le fruit de plus de dix années de recherches. C’est une réflexion sur les principes fondamentaux de l’économie islamique. Il se compose de trois parties : La première, traite du système politico-économique des civilisations autour de la péninsule arabique comparé à celui de l’islam au temps des quatre premiers Califes. Dans la seconde, l’auteur expose le savoir musulman en matière économique. Là, il aborde la question des propriétés, privée et publique. Enfin, il démontre l’effort doctrinal fourni par les penseurs musulmans (anciens et modernes) pour établir la structure de l’économie islamique. Cette étude audacieuse, unique dans sa démarche comme dans son contenu, prouve qu’il existe bel et bien une théorie économique islamique capable de s’adapter aux temps modernes selon le principe même de l’Ijtihâd.

Né en Irak en 1951, Abdul Hâdi Cafouri, vint en Europe à l’âge d’homme. En 1992, il obtient, avec la mention ‘Honorable’ son diplôme de Doctrorat en sciences économiques de l’Université de la Sorbonne à Paris. Il est également l’auteur de plusieurs articles et études publiés dans des revues spécialisées sur l’économie. Il participe activement à des congrès sur l’économie agricole, l’économie musulmane et les problèmes de l’alimentation halâl.

bakounine – oeuvres Tome 1

Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine, francisé en Michel Bakounine, né le à Priamoukhino près de Torjok et mort le à Berne, est un révolutionnaire, théoricien de l’anarchisme et philosophe qui a particulièrement écrit sur le rôle de l’État. Il pose dans ses écrits les fondements du socialisme libertaire.

Saint Augustin Les Aveux Nouvelle traduction des conféssions par frederic boyer

Frédéric Boyer a voulu, par une nouvelle traduction intégrale des Confessions de saint Augustin, rendre justice à cette véritable odyssée personnelle, à ce voyage intime dans le temps, la mémoire de soi et l’écriture. Interpellations, confidences, exhortations, aveux, micro narrations, souvenirs, hymnes, fictions, louanges, analyses exploratoires, déplorations, cris, anathèmes, psaumes, discours, chants… Augustin révolutionne ainsi la confession antique, détourne la littérature classique, et fait exploser les cadres anciens à l’intérieur desquels nous avons l’habitude de nous réfugier et de penser notre vie.

Jamais le texte des Confessions n’avait bénéficié d’un tel travail. Toutes les traductions françaises existantes, y compris les plus récentes, restent fidèles à la réception religieuse et académique de l’œuvre, au langage pieux et savant de l’augustinisme.

Frédéric Boyer a voulu s’en affranchir. Ou plus exactement ne pas asservir la traduction à des automatismes de langage. Il enfonce le clou d’un débat capital : la nécessité de remettre en cause, de venir bouleverser nos traditions de réception des textes anciens.

Mohammed Dib au café

Un homme simple, un chômeur, qu’une rencontre fortuite dans un café jette hors des sentiers battus de l’existence ; des paysans pauvres dans des coins perdus faisant l’apprentissage des élections. ; une vieille femme qui voit s’ouvrir les portes du paradis ; un riche héritier qui vit, en raison de son enchantement, une étrange aventure…
Gens d’Algérie, qui peuvent être de tous pays, de tous les temps, les personnages émouvants et humains que l’on rencontre au détour de ces nouvelles sont étroitement liés à ceux des grands romans de Mohammed Dib.

Anne-Sylvie Boisliveau-Le Coran par lui-meme Vocabulaire et argumentation du discours coranique autoreferentiel

Dans Le Coran par lui-même, Anne-Sylvie Boisliveau livre une analyse passionnante de la manière dont le Coran est l’architecte de sa propre image. Loin d’être un texte sans relief, celui-ci utilise un vocabulaire, des procédés rhétoriques et une argumentation soigneusement choisis pour orienter l’image qu’auditeurs ou lecteurs se feront de lui.
Une analyse serrée du vocabulaire autoréférentiel montre que le Coran se décrit lui-même comme Ecriture « façon judéo-chrétienne » représentant un enjeu de communication. Mais surtout, par un triple discours – sur les actions divines, sur les Ecritures révélées antérieurement, telles la Bible, et sur la fonction prophétique –, le Coran se confère à lui-même le monopole de l’autorité issue de la révélation divine et pousse l’auditeur/lecteur à s’y soumettre.

Amadou Hampaté Bâ Vie et Enseignement de Tierno Bokar Le Sage de Bandiagara

Au début du XXe siècle, au cœur de l’Afrique, au Mali, la lumière de Dieu a brillé sur un homme : Tierno Bokar, que l’on appelait le Sage de Bandiagara. Cheikh de la confrérie soufie Tidjaniya, il fut une pure et haute figure non seulement de l’islam en Afrique noire, mais de la spiritualité universelle.

Sa vie est retracée dans ses lieux et dans son contexte politique et religieux pour situer la parole et l’enseignement du maître, qui font l’objet des deux autres parties de l’ouvrage.

 

Amadou Hampâté Bâ (1900-1991)

Disciple de Tierno Bokar, écrivain, historien, ethnologue, il fut l’un des plus grands spécialistes de la culture et des traditions africaines.

Théorie du sujet – Alain Badiou

Le propos fondamental du livre d’Alain Badiou est d’établir que le noyau de toute philosophie compatible avec le marxisme est une théorie du sujet. Mais laquelle ? Ni le sujet comme conscience (thèse de Sartre), ni l’hypothèse du sujet « naturel », désirant ou substantiel, ne peuvent convenir. C’est du côté du sujet clivé tel que Lacan – notre Hegel– en fait théorie, qu’il faut chercher une issue. Alain Badiou trouve là de quoi refondre, non pas le thème, forclos, d’un sujet de l’Histoire, mais celui des sujets politiques.

 

Les gens de rien – André Gueslin

pdf                         epub

Une exploration de la grande pauvreté du XXe siècle permet de rendre compte de constantes et d’évolutions. Le progrès économique et social comme les thérapeutiques de lutte ont fait régresser certaines pathologies. La vieillesse comme l?infirmité ne sont plus synonymes de chute automatique dans la trappe de la grande pauvreté. Le chômage est mieux indemnisé et la perte de l?emploi n?implique plus une pauvreté quasi automatique.

Il faut cependant nuancer fortement le propos. Dans tous les pays où le chômage progresse, la France en premier lieu, la nécessité de secours augmente corrélativement. Le chômage fabrique bien de la misère et l?on n?est pas surpris que l?irruption de ce fléau ait provoqué l?apparition de la thématique de l?exclusion. Si les pauvres ne meurent plus de faim, ils continuent à mourir de froid dans les rues ou même, comme au cours de l?été 2003, de chaleur excessive.

Le paysage de la pauvreté se renouvelle. La disparition des vieillards des routes du vagabondage a fait place à l?irruption de jeunes qui ne réussissent pas à s?intégrer. Le drame de familles monoparentales reste présent. L?immigration, notamment dans ses formes extrêmes avec la montée des sans-papiers, engendre toujours la pauvreté. On le voit, ce monde comporte une multitude de catégories qu?il est bien difficile d?agréger sur le plan social et le plan culturel.

Dans une société où le travail reste une valeur centrale et le fondement d?un revenu, on est amené à en déduire qu?il y aura toujours des pauvres, dans la mesure où il existera toujours des personnes inaptes au travail du point de vue psychologique. A cet égard, les mentalités ne sont pas prêtes à tolérer cette masse de « gens de rien » perçus comme « inutiles au monde ».

L’Art de l’Islam Broché langage et signification – Titus Burckhardt

pdf

Pris dans son sens strict, l’ésotérisme désigne la partie la plus «intérieure» d’une religion, le domaine où s’organise sa recherche du secret de la réalité, de l’homme et du divin. L’ésotérisme musulman trouve sa source dans le Coran même, où la dualité d’Allah, Dieu apparent et caché, autorise la voie mystique. Comme la kabbale juive, le soufisme relève de cette quête de l’Absolu. Coeur spirituel de l’islam, il est le «noyau» essentiel transmis dès l’origine pour fonder et vivifier le reste de l’édifice musulman. Avec Hallaj, Al-Ghazâli, Attar ou Ibn’Arabi, le soufisme a donné à la civilisation islamique certains de ses plus fascinants représentants que ce soit en terme de philosophie, de poésie ou surtout d’accomplissement humain. Bravant la diversité des croyances, le soufisme développe une vision universaliste des religions, fondée sur l’amour, et oeuvre comme un passeur culturel et spirituel entre Orient et Occident. Introduction à l’étude de la doctrine soufie, l’ouvrage de Titus Burckhardt entend contribuer aux efforts de ceux qui, dans le monde moderne, cherchent à comprendre les vérités permanentes et universelles dont toute doctrine sacrée est un mode d’expression.Titus Burckhardt a consacré toute sa vie à l’étude et à l’expo­sition des différents aspects de la Sagesse et de la Tradition. Il a publié, entre autres, L’art de l’Islam, Sindbad, 1985 et Principes et méthodes de l’art sacré, Dervy, 1995.Extrait du livre :Le présent travail est une introduction à l’étude de la doctrine soufique. Mais il nous importe avant tout de définir le point de vue selon lequel nous abordons ce sujet : ce point de vue n’est pas celui de l’érudition pure et simple, quel que puisse être l’intérêt scientifique des résumés doctrinaux qui figurent dans cette étude ; nous entendons surtout contribuer aux efforts de ceux qui, dans le monde moderne, cherchent à comprendre les vérités permanentes et universelles dont toute doctrine sacrée est un mode d’expression.Disons d’emblée que la science académique n’est qu’une aide tout à fait secondaire et très indirecte pour s’assimiler le contenu intellectuel des doctrines orien­tales, et ce n’est d’ailleurs pas là le but d’une méthode scientifique, qui aborde nécessairement les choses de l’extérieur, donc sous leur aspect purement historique et contingent. Il y a des doctrines qui ne se comprennent que «de l’intérieur», par un travail d’assimilation ou de pénétration dont les modalités, qui sont essentiellement intellectuelles, dépassent par là même la pensée discursive ; celle-ci devient même un obstacle dans la mesure où elle est empreinte de conventions mentales, sans parler des préjugés agnostiques et évolutionnistes qui déterminent l’esprit de la majorité des Occidentaux. C’est pour cette raison que presque tous les érudits européens qui ont étudié le Soufisme se méprennent sur sa position véritable : l’homme de culture moderne, en effet, n’est plus habitué à penser en symboles. Ainsi, les investigations modernes ne peuvent pas distinguer ce qui, dans deux expressions traditionnelles analogues, tient à la forme extérieure et ce qui en constitue l’élément essentiel ; par là même les érudits sont portés à voir des emprunts d’une forme traditionnelle à l’autre quand il n’y a qu’une coïncidence de vues spirituelles, et des divergences fondamentales là où n’intervient qu’une différence de perspectives ou de modalités d’expression. De telles confusions doivent se produire fatalement, puisque la formation universitaire et le savoir livresque autorisent ici à s’occuper de choses qui, en Orient, restent naturellement réservées à ceux qui sont doués d’intuition spirituelle et qui se consacrent à l’étude de ces choses en vertu d’une affinité réelle et sous la direction des héritiers d’une tradition vivante.

Biographies de Otto Rühle, Anton Pannekoek, Karl Korsch (1960-1964) – Paul Mattick

pdf

Né en 1904 dans une famille ouvrière de Berlin (son père fut membre de la Ligue spartakiste), Paul Mattick adhère en 1918, en pleine révolution allemande, à un groupe de jeunesse d’extrême-gauche, la Freie sozialistische Jugend (organisation de jeunesse de la Ligue Spartakus), tout en poursuivant son apprentissage d’outilleur aux usines Siemens. En 1920, il passe au KAPD (organisation communiste de conseils), dans lequel il participe aux événements révolutionnaires de l’époque par les actes et par l’écrit.

Il restera l’un des représentants théoriques de ce courant après son installation aux États-Unis (1926) où, toujours outilleur, il militera notamment au sein des Industrial Workers of the World (IWW), syndicat révolutionnaire.

Paul Mattick a créé plusieurs revues dont il sera dans les années 1930-1940 le principal animateur : International Council Correspondence, puis Living Marxism et New Essays.

Par la suite, il s’attachera plus particulièrement à la critique de l’économie politique, publiant Marx et Keynes et Crises et Théories des crises.

3 articles sur Karl Marx (1948-1950) – Maximilien Rubel

pdf

De Bucovine, Maximilien Rubel vient à Paris en 1931 pour poursuivre ses études universitaires de philosophie et de sociologie. Il consacre sa thèse de doctorat à Karl Marx.

Pendant la guerre, il est doublement clandestin, du fait de son origine juive et de son activité militante. À partir de 1942, il participe au Groupe révolutionnaire prolétarien, qui déploie notamment son activité de Résistance par des appels à l’insoumission distribués aux soldats allemands. Germanophone, Rubel traduit les tracts. Il quitte cependant le GRP en 1945.

En novembre 1945, il publie un article intitulé « Signification historique de la barbarie stalinienne », où il considère que l’URSS est un capitalisme d’État2. En 1951, il publie « Karl Marx, auteur maudit en URSS », dans lequel il dénonce la censure de textes de Marx par le régime stalinien3. En 1957, il écrit dans « La croissance du capital en URSS » que « l’appareil économique de la Russie présente le double caractère du capitalisme pur, et de l’esclavagisme sans masque » 4. Pendant la même période il publie des textes rares de Marx et de nombreux articles sur Marx.

Il fonde en 1959 la revue Études de marxologie. Il participe au « Groupe communiste de conseils », qui édite à partir de 1962 les Cahiers de discussion pour le socialisme des conseils.

Rubel devient maître de recherche au CNRS, et siège au conseil scientifique de la Fondation internationale Marx-Engels. Il a dirigé l’édition des textes de Marx parue dans la Bibliothèque de la Pléiade, traduisant de nombreux textes inédits en français.

Rubel considérait que les « marxistes » traditionnels allaient à l’encontre de la pensée de Marx, pensée qu’il appelait « pensée marxienne ».

Maximilien Rubel développe lui-même une interprétation iconoclaste : parce qu’il s’oppose à l’État, au salariat — considéré comme une forme moderne de l’esclavage — que Bakounine défend par son collectivisme auquel s’opposera le communisme de Kropotkine, et sans pour autant céder à la passion destructrice de Bakounine, Marx se révèlerait être le plus profond « théoricien de l’an-archisme »5, « compris tout à la fois comme mouvement d’autolibération des esclaves modernes et comme projet de construction de la communauté humaine libérée du capital et de l’État »6.

Il éprouvait une grande admiration pour la pensée politique et morale de Georges Sorel.

Massàlik al Jinàn Les Itinéraires du Paradis Traité de soufisme – CHEIKH AHMADOU BAMBA

pdf

Le Cheikh Ahmadou Bamba né en 1270h / 1852 au Baol, province du Sénégal. Son vrai nom est Ahmed ibn Mohamed Ibn Habiboullah Ibn Mahram Ibn Habiboullah Ibn Mohamed El Kebir Ibn Said Ibn Othman (en langue Wolof Osman). Osman fut le premier de la famille à parler la langue Wolof. Ils sont des Chérifs Idrissides descendants de Seyidina Hasen Ibn Ali ibn Abi talib. Leur nom defamille est Al Bekki « le Mecquois ». La langue wolof le prononce M‟Backé. Le Cheikh signe ses écrits: «Ahmad El Bekki ».Une branche de la famille est toujours en Mauritanie, ce sont la famille «Modenalla » descendant de Seyidna Idriss le fondateur du Royaume Idrisside au Maroc.Les généalogistes maures sont unanimes sur la descendance chérifienne du Cheikh Ahmadou Bamba.Par sa mère Mériem Bousso,surnommée « Jaratu Allah » « la protégée d‟Allah » qui est aussi une descendante du prophète (PSL) par son aïeul Sidi Abdelkader Jilani. La famille Bousso et la famille M‟Backé sont des cousins qui vivaient à Tchemsa en Mauritanie avant d‟émigrer vers le Sénégal. Ils habitaient le Fouta Toro avant de s‟installer au Baol.

Né à Mbacké-Baol, ville fondée par son arrière-grand-père Maharame Mbacké dans le royaume de Baol, fils du marabout de la confrérie de la Qadiriyya – la plus ancienne du Sénégal – Mame Momar Anta Sali Mbacké, et de Mame Diarra Bousso, Ahmadou Bamba est un musulman soufi ascétique et mystique qui écrivait sur le tawhid, le fiqh et le tassawouf ainsi que la grammaire. Il est également l’auteur de nombreuses fatwas au Sénégal et en Mauritanie (notamment sur la théologique islamique et la récitation du coran). La plus grande partie de son œuvre écrite est mystique et consacrée principalement à la glorification de Dieu, des prières et éloges sur le prophète Mahomet.

Il prêche avec succès la paix et promet le salut à ses disciples qui se seraient conformés à ses recommandations qui sont celles de Dieu et de son prophète dans l’islam. Il fonde la ville de Touba (Sénégal) en 1887. Plusieurs guides religieux qui voyaient leurs disciples rejoindre Cheikh Ahmadou Bamba cherchèrent alors à susciter la méfiance des colons à son égard en lui prêtant des intentions de jihad. Il est convoqué par les autorités coloniales, qui le font séjourner dans une cellule à Saint-Louis, siège du gouverneur de l’Afrique-Occidentale française (AOF), avant de l’envoyer en exil, en 1895, au Gabon. Son frère Mame Thierno Birahim Mbacké supplée à son absence auprès de sa famille et de la communauté mouride. L’administration coloniale justifie alors sa décision en affirmant :

« Il ressort clairement du rapport que l’on a pu relever contre Ahmadou Bamba aucun fait de prédication de guerre sainte, mais son attitude, ses agissements, et surtout ceux de ses principaux élèves sont en tous points suspects1. »

Il retourne à Dakar en 1902, après 7 ans et 9 mois d’exil au Gabon dans la forêt équatoriale, et est acclamé par la foule1 alors que beaucoup pensaient qu’il y était mort. L’administration coloniale tente à nouveau de l’arrêter, en envoyant des tirailleurs et des spahis, mais ses disciples (talibé) le protègent1. Il est finalement arrêté l’année suivante (1903) et amené pendant quatre ans en Mauritanie.

Après 1910, les autorités françaises réalisent que cheikh Ahmadou Bamba ne désire pas la guerre. Serigne Touba refusa la Légion d’honneur que lui décerne l’autorité coloniale se détournant ainsi des honneurs mondains. Son mouvement prit de l’ampleur en 1926 quand la construction de la Grande Mosquée de Touba, où il est inhumé, commença. Son tombeau est un lieu de pèlerinage. Après son rappel à Dieu, la communauté s’organisera autour de son fils aîné.

Le Dévoilement des secrets et les Apparitions des lumières. Journal spirituel du Maître de Shîrâz Al-Baqlî Al-Shîrâzî Rûzbehân

pdf

Le Dévoilement des secrets est un écrit mystique de l’un des plus grands représentants du soufisme iranien du XIIe siècle, Rûzbehân Baqlî, qui vécut dans la ville de Shîrâz, la patrie des poètes Hâfiz et Sa’adi.

L’ouvrage est la consignation épisodique de visions spirituelles de Rûzbehân qui vont de l’âge de trois ans jusqu’à la fin de sa vie. Ces visions ont pour objet Dieu, les prophètes, les anges, etc. ; elles tiennent à la fois du merveilleux et du paradoxe. Nul doute que pour beaucoup elles apparurent et apparaîtront scandaleuses. En effet elles expriment par excellence le sens et la situation singulière du soufisme dans la société musulmane. Le titre de l’ouvrage révèle l’aspect paradoxal du soufisme, il prétend dévoiler des secrets dont la vocation est de rester cachés. L’entreprise relève de la transgression de tous les codes institués et subvertit la tradition au nom de la tradition même qu’elle réinstalle ainsi, car le geste transgresseur qui consiste à manifester ce qui est supposé demeurer secret, bouleversant ainsi les habitudes, c’est véritablement la tradition. En ce sens le biographe de Rûzbehân a pu désigner cet ouvrage comme l’essence même du paradoxe. Le texte de Rûzbehân est donc un retour aux sources particulièrement salutaire en un temps où les soufis sont encore la proie de l’hostilité et de la violence des tenants d’une religion dont la seule légitimité est d’être celle de leurs pères. Ce paradoxe apparaît comme le seul antidote à l’oubli de Dieu, ses saints et ses anges

Le problème des idées dans le monde musulman – Malek Bennabi

pdf

Dans Le problème des idées dans le monde musulman, Malek Bennabi montre la primordialité de l’idée, en tant que force, en tant que dynamique. Elle est la base de toute action, de tout changement possible. Sans l’idée, il n’y a que déchéance, et c’est ce qui a fait le défaut de l’homme musulman qui a préféré s’attacher au monde des choses plutôt qu’au monde des idées. Dans cet ouvrage, Malek Bennabi inscrit le besoin nécessaire du retour à la pensée, à l’enrichissement intellectuel dynamique, vivant, et non sclérosant et pompeux. Il rappelle que’ le souffle de la révélation coranique a été intimement lié à la notion d’idée, de rappel à l’esprit, à l’intellect, à travers les premiers versets révélés : « Lis ! ». Ainsi l’homme est-il fait pour se construire un monde basé sur des idées, avant de se construire un monde fixé sur l’obsession de la chose. Cet ouvrage captivant complète Le problème de la culture, à travers une réflexion peu rencontrée jusqu’alors dans la sphère intellectuelle musulmane.

Irlande la guerre de la liberté -Thierry Mudry

pdf

mémoires messali hadj 1898-1938 (arabe)

pdf

Le Sceau des saints Prophétie et sainteté dans la doctrine d’Ibn Arabî – MICHEL CHOOKIEWICZ

pdf

Né à Murcie en 1165, mort à Damas en 1240, Ibn Arabî – «le Maître spirituel par excellence» – exerce depuis huit siècles une influence majeure sur la mystique musulmane. Critiquée, aujourd’hui comme hier, par les adversaires du soufisme, son œuvre immense offre en particulier la première formulation globale et cohérente d’une doctrine de la sainteté en islam.
Cet enseignement, qui ne sépare jamais l’énoncé doctrinal de l’expérience visionnaire, expose une vaste typologie des saints fondée sur la notion d’héritage prophétique. Il décrit avec précision les étapes et les épreuves redoutables du voyage spirituel. Mais si cet itinéraire est d’abord une montée vers Dieu, il ne trouve son accomplissement que dans le retour vers les créatures, faisant ainsi du saint l’indispensable médiateur entre Ciel et terre.

Les Hommes De Mokorno – Lakhdhar Bouragaa

pdf

Conférences sur la libération des femmes – Alexandra Kollontaï

pdf

Alexandra Kollontaï, un nom aujourd’hui un peu oublié. Cette femme politique russe puis soviétique a pourtant beaucoup contribué aux nombreux débats sur le féminisme engagés depuis le début du siècle. Dans les années soixante-dix, au moment où le féminisme en France est au plus fort, ses textes sont publiés en français, presque introuvables à présent. Cette femme élégante au port aristocratique ne cessera toute sa vie de se battre et d’intervenir pour la libération des femmes et développera l’idée de « l’amour-camaraderie ». Ses théories sur la morale sexuelle et l’amour libre, sa vie amoureuse mouvementée apporteront de l’eau aux moulins de ses détracteurs qui la qualiferont de débauchée. Ses conférences sur la libération des femmes, données en 1921 à l’université Sverdlov, sont éclairantes à plus d’un titre sur le féminisme, l’amour mais aussi l’importance de la place des femmes dans la Révolution. Mais Alexandra Kollontaï a plus d’une corde à son arc. Ses textes pour « l’opposition ouvrière », ses interventions en tant que diplomate habile, sa connaissance du mouvement ouvrier fnlandais et russe en font une femme politique à part entière. Elle s’essaie même à la littérature.

Ce choix de textes embrasse les multiples facettes de cette femme au destin exceptionnel. Décriée et adulée en son temps, son élégance légendaire se retrouve dans son écriture. Au moment du centième anniversaire de la Révolution d’Octobre, cet ouvrage apporte un éclairage particulier sur ce grand moment qui a marqué le xxe siècle et sur l’histoire du féminisme.

Hommage à la Catalogne 1936-1937 – George Orwell

pdf

découvert par le grand public en 1945 avec La ferme des animaux et bien sûr avec 1984 quatre ans plus tard, George Orwell marque par sa vision dramatique du monde démocratique et totalitaire de demain. Mais de son engagement dans la Guerre d’Espagne en 1936, on connaît peu de chose. Ces années annoncent pourtant un tournant décisif dans la carrière de l’écrivain anglais. L’attitude des communistes espagnols ébranlent ses convictions d’homme de gauche et c’est en véritable reporter qu’il nous livre cet hommage à la liberté.

De la pauvreté et de la nature fétichiste de l’économie – Paul Mattick

  pdf

Pannekoek et les conseils ouvriers – serge bricianer

pdf

Militant de l’aile gauche de la IIe Internationale, ses positions le rapprochent de Rosa Luxemburg. Son courant de pensée a été appelé « Gauche germano-hollandaise »1.

Opposant résolu à la Première Guerre mondiale, il rejoint dès 1919 la IIIe Internationale, dont il est exclu en 1921 en raison de ses positions de « communiste de gauche » et de son opposition à l’autoritarisme de Lénine.

Conseilliste, il rejette le stalinisme dès son apparition, comprenant d’emblée que ce courant n’a plus de rapport avec le marxisme. Il considère le régime de l’URSS non comme une forme de socialisme, même déformée, mais comme un capitalisme d’État. Il estime, comme Karl Marx et Rosa Luxemburg, que le communisme ne peut résulter que d’un processus révolutionnaire, aboutissant à un accroissement considérable de la démocratie et à la collectivisation des moyens de production.

En 1938 il publie Lénine comme philosophe sous le nom de John Harper. Pendant la Seconde Guerre mondiale il rédige son ouvrage majeur, Les Conseils ouvriers, publié en 1946 en deux parties sous le pseudonyme de P. Aartsz. En 1944, alors qu’il rédige cet ouvrage, la plus grande partie de ses archives brûle lors de la bataille d’Arnhem. Pannekoek restera fidèle à ses convictions et correspondra par exemple avec Cornelius Castoriadis2. Son autobiographie Souvenirs est parue 22 ans plus tard aux Pays-Bas.

Il a suivi des études scientifiques, obtenant son doctorat en 1902. Professeur au sein de l’université d’Amsterdam, il y a fondé un institut d’astronomie qui porte aujourd’hui son nom3. Docteur honoris causa de l’université Harvard, il a reçu en 1951 la médaille d’or de la Royal Astronomical Society. Un cratère lunaire de 71 km de diamètre porte son nom, ainsi que l’astéroïde (2378) Pannekoek. Il est également l’auteur d’une Histoire de l’astronomie, publiée en néerlandais puis traduite en anglais.

Les quatre imams fondateurs des ecoles sunnites – Boudjenoun

pdf

Les 4 écoles des « Ahl Essouna wa Djamaa » sont:
1 – L’école des Hanafites, fondée par l’imam Abou Hannifa Annou’mane (699-767) fut la première et la plus répandue. Elle est la plus libérale et laisse le champ libre à la raison et au libre arbitre. Cette école est dominante en Asie centrale, en Inde, au Pakistan, en Turquie, en Afghanistan dans certaines régions de l’Egypte et de la Tunisie.
2 – L’école des Malékites, fondée par l’imam Malik Ibn Anas (715-795) est très conservatrice et s’appuie sur le droit coutumier en vigueur à Médine au temps du prophète (bsl). Elle domine en Afrique du nord et de l’ouest, en Mauritanie, au Soudan, Koweït et aux Emirats arabes.
3 – L ‘école des Chaféites a été fondée par l’imam Mohamed ibn ldriss Ach-Chafii (767-820) élève de deux écoles précédentes. Son mérite résidant dans la distinction qu’elle a su faire au sein des principes juridiques. Elle est répandue dans tout le Proche Orient, en Indonésie, Malaisie, Jordanie, Palestine, Syrie, Liban, quelques régions d’Égypte et aux Îles Comores.
4 – L ‘école Hanbalites, fondée par Ahmad Ibn Hanbal (780-855) incarne une piété rigoureuse, traditionnelle et sans compromis. En raison de sa rigidité, cette école est peu répandue. Elle domine en Arabie Saoudite et dans certains petits états de la presqu’île arabique. Elle est également présente en Syrie et en irak.

les conditions de la renaissance – Malek Bennabi

pdf

Le monde n’a connu de tous temps que des phases cycliques qui ont permis aux civilisations de naître, de se développer, puis de décliner pour sombrer dans les méandres de l’histoire. La civilisation musulmane n’a pas échappé à cette règle. Pourtant, affirme Bennabi, cette civilisation avait plus qu’aucune autre la possibilité de perdurer dans le temps et de marquer l’histoire plus durablement, puisqu’elle contient dans sa matrice des sources spirituelles rattachées à un monothéisme pur et au Joyau de la prophétie. Afin de comprendre les raisons de cet échec, Bennabi s’attache dans les conditions de la renaissance à analyser ce qui fait toute civilisation. En faisant une critique et une analyse exigeantes, Bennabi permet ainsi de comprendre la nature du mal qui a précipité l’échec de la civilisation musulmane, tout en traçant les lignes d’un possible sursaut, sur la base des sources mêmes de l’islam originel.

Les Syndicats Contre La Revolution. PERET BENJAMIN ET MUNIS G.

pdf

Cette étude du syndicalisme publiée en 1952 pour le première fois par le poète surréaliste Benjamin Péret et son ami G. Munis est une arme décisive pour comprendre le rôle néfaste joué par les syndicats depuis plus d’un siècle maintenant. Péret commence par faire un bref historique de la naissance des premiers syndicats ouvriers en France à la fin du XIXè siècle où ces derniers défendaient légitimement les intérêts de la classe des prolétaires nouvellement formée et qui était en voie d’obtenir une conscience critique radicale contre les exploiteurs en tout genre.
La première trahison des syndicats vint lors de la première guerre mondiale où ils se rangèrent du côté des capitalistes dans l’acceptation de la guerre au lieu de maintenir la position internationaliste de l’alliance de tous les prolétariats du monde contre les bourgeoisies qui avaient à cœur de mener les ouvriers et les paysans à l’abattoir.

Les syndicats se sont donc révélés comme les meilleurs partenaires (aujourd’hui on dit même « partenaires sociaux ») de la classe des exploiteurs. Au lieu de revendiquer et d’exiger l’abolition pure et simple du salariat, les syndicats ne font que négocier la longueur de la chaîne qui détruit la vie des travailleurs. De plus, leurs revendications, au lieu d’être plus dures contre la classe capitaliste, n’ont cessé de s’amollir, confinant au ridicule. Pas étonnant qu’aujourd’hui les syndicats soient désertés et que plus aucun travailleurs ne leur fassent confiance. Le syndicalisme n’a jamais été révolutionnaire, mais seulement réformiste. En période de révolution, le syndicat sera toujours un frein à la révolution et une aide précieuse à la classe capitaliste pour diviser au maximum la classe prolétaire.

Je ne résiste pas au plaisir de citer ce passage dans le texte de Munis qui est prémonitoire : « La bureaucratie stalinienne, mieux encore qu’aucune bourgeoisie, sait intensifier l’exploitation en accélérant le rythme du travail et en introduisant dans le prolétariat le plus grand nombre possible de catégories. C’est le moyen traditionnel du capitalisme pour stimuler la production, que de substituer à l’intérêt historique homogène du prolétariat une multiplicité d’intérêts hétérogènes immédiats, qui sont autant d’entraves à l’action révolutionnaire commune. »
On pourrait remplacer dans ce paragraphe « bureaucratie stalinienne » par « sociologie universitaire » et l’on aurait une belle mise à jour des stratégies employées par le Capital pour détruire les luttes du prolétariat unifié.

La solution est donc de dénoncer les syndicats comme police du Capital dans les usines et de les remplacer par des conseils ouvriers révolutionnaires dont le mot d’ordre serait : ABOLITION DU SALARIAT !
Voilà ce que nous font comprendre ici ces deux textes de Péret et Munis, d’une importance capitale, proprement révolutionnaire.

Les Frères de Soledad. Lettres de prison – GEORGE JACKSON

pdf

Il s’agit de lettres écrites en prison par Geoffroy Jackson, ce jeune Noir accusé d’avoir tué un gardien blanc. Un document important sur la mentalité d’un jeune homme amené aux Black Panthers, un «poème», dit Jean Genet dans une ardente préface.
George Jackson est incarcéré à dix- huit ans pour un petit larcin et condamné à une peine de prison de un an reconductible. Il n’en sortira jamais. Mort à trente ans, après avoir passé les douze dernières années de sa vie en prison, Jackson deviendra au cours de sa détention un militant, un révolutionnaire, « une légende vivante qui s’est très vite propagée dans tout le système pénitentiaire américain » comme le décrira Huey Newton, un dirigeant du Black Panthers Party. En janvier 1970, après l’acquittement d’un maton responsable de la mort de trois prisonniers noirs, un autre gardien est tué et trois prisonniers inculpés pour ce meurtre, dont George Jackson. Ces trois détenus, vite surnommés les Frères de Soledad, feront face à une justice raciste et soulèveront une vaste campagne de solidarité au sein du mouvement de libération noir et plus largement à travers le monde entier. Mis à l’isolement, Jackson envoie de nombreuses lettres, lit, étudie l’histoire noire, le marxisme, l’économie poli tique. Ce sont ces lettres que l’on peut lire dans ce volume. Des lettres tour à tour politiques, affectueuses, révoltées. Publié par les éditions Gallimard en 1971 et épuisé depuis de nombreuses années, ce texte est une prose puissante que Jean Genet, qui signe la préface, qualifie de « poème d’amour et de combat ».

Le mouvement ouvrier aux Etats Unis 1867-1967 – Guerin Daniel

  pdf

Engagement anticolonialiste

Lors d’un voyage en Indochine, en 1930, où il découvrit la réalité coloniale, il profita de la traversée pour dévorer un nombre impressionnant de textes politiques allant de Proudhon à Marx en passant par Sorel. Il s’engagea dès ces années dans la lutte contre le colonialisme (Indochine, Liban…).

Daniel Guérin rompit avec le milieu bourgeois, s’installa à Belleville (quartier ouvrier de l’est de Paris), devint correcteur et commença à militer dans les années 1930 avec les syndicalistes révolutionnaires de la revue La Révolution prolétarienne de Pierre Monatte.

 

 

Le marxisme-libertaire

Guérin, qui à son retour des États-Unis étudia les œuvres complètes de Bakounine, s’éloigna peu à peu du marxisme orthodoxe durant la guerre pour se rapprocher de l’anarchisme. Il tenta de concilier ces deux tendances en envisageant la formation d’un courant marxiste libertaire : à partir de 1959 et de la publication de Jeunesse du socialisme libertaire, il chercha une voie nouvelle dans une synthèse de l’anarchisme et du marxisme. Il plaida pour concilier le meilleur de ces deux systèmes de pensée et publie Pour un marxisme libertaire puis À la recherche d’un communisme libertaire. Il écrivit par exemple dans Pour un marxisme libertaire : « La double faillite du réformisme et du stalinisme nous fait un devoir urgent de réconcilier la démocratie prolétarienne et le socialisme, la liberté et la révolution ». Il adhéra cependant au PSU, sans y militer, et en resta membre jusqu’en 1969. Dans une réunion publique à Marseille en 1969 il déclara parlant du PSOP que c’était « une sorte de PSU ».

Il demeura un acteur de la vie politique, notamment engagé dans le soutien à la révolution algérienne.

Guérin lutta également beaucoup pour la difficile intégration par le mouvement ouvrier de la question homosexuelle.

En 1969/1970 il participe à la constitution du Mouvement Communiste Libertaire (MCL), qui tente de regrouper plusieurs groupes dont ceux originaires des Cahiers de Mai, un rassemblement de militants de l’ancienne Fédération communiste libertaire (FCL) autour de Georges Fontenis (ancien secrétaire de la Fédération Anarchiste) et qui publiera le journal Guerre de Classes. Le MCL sera rejoint par un groupe issu d’une scission au sein de l’Organisation révolutionnaire anarchiste (ORA) et deviendra ultérieurement l’« Organisation Communiste Libertaire » avant de disparaître (le sigle sera repris plus tard par une autre organisation à laquelle Daniel n’a pas appartenu).

Il rejoindra temporairement ensuite l’ORA, puis, de 1979 à sa mort en 1988, il fut militant de l’Union des travailleurs communistes libertaires, organisation dont est héritière l’actuelle Alternative libertaire.

 

 

AMIROUCHE UNE VIE DEUX MORTS UN TESTAMENT – Said Sadi

pdf

Depuis l’indépendance, Amirouche subit les mêmes accusations que celles dont l’accabla l’armée française. Il fut décrit comme un chef de guerre sans foi ni loi, comme un maquisard violent et sanguinaire. Saïd Sadi a toujours refusé de succomber à ces thèses faussement consensuelles. Pour lui, Amirouche ne pouvait être le monstre présenté par les services de Boussouf et Boumédienne. Il le décrit comme un stratège militaire, rigoureux mais altruiste. Doté d’une vraie culture politique, cet autodidacte d’exception avait le sens élevé de l’Etat.

ERREUR ET DÉLIVRANCE – AL-GHAZÂLÏ AL-MUNQID MIN ADÂLAL

pdf

La Délivrance de l’erreur – Al-Munqid min Ad-Dalâl « Al munqidh min Al-Dalâl » est probablement l’œuvre ghazalienne qui a le plus intéressé les spécialistes, d’abord parce que l’auteur y décrit sa crise spirituelle et ensuite parce qu’il y traite différents points didactiques et apologétiques.

La Délivrance de l’erreur – Al-Munqid min Ad-Dalâl « Al munqidh min Al-Dalâl » est probablement l’œuvre ghazalienne qui a le plus intéressé les spécialistes, d’abord parce que l’auteur y décrit sa crise spirituelle et ensuite parce qu’il y traite différents points didactiques et apologétiques.

En effet, Al-Ghazâlî nous décrit sa quête de la certitude qui le pousse à rejeter le « Taqlîd » (le fait d’imiter) et le porte finalement à admettre que ceux qui possèdent pleinement la Vérité sont les soufis, les mystiques de l’Islâm, qui après maints exercices et nombre de privations parviennent à dominer, voire briser leur âme afin de parfaire leur « Tawhîd » et atteindre le But Suprême, la Présence divine.

C’est après de nombreuses années d’investigations, de doutes, une grave crise spirituelle et morale, et enfin après avoir parcouru la voie soufie, autrement dit après l’avoir vécue et après avoir goûté personnellement à l’expérience mystique, que Al-Ghazâlî parvient enfin à la certitude (Al-Yaqîn) et réacquiert finalement la sérénité qui l’avait abandonné.

autobiographie (anglais) – Angela Davis

pdf

née en 1944 en Alabama, Angela Davis est devenue très jeune une figure internationale de la lutte contre toutes les formes de domination. Fichée parmi les 10 criminels les plus recherchés par le FBI, cette jeune femme noire, intellectuelle et communiste échappa à la peine de mort à l’issue d’un procès qui connut un retentissement mondial. Elle raconte ici son éveil politique, le quotidien de l’activisme et les raisons qui, aujourd’hui encore, la mènent chaque jour au combat. Son autobiographie, publiée dans les années 1970 et éditée par Toni Morrison, n’était plus disponible. Elle est ici enrichie d’un entretien inédit accordé par Angela Davis à la veille de ses 70 ans.

L’ENGAGEMENT POUR ANGELA DAVIS EN BELGIQUE – Chloé Zollman

pdf

Les derniers jours de Muhammad – Hela OUARDI

pdf

Médine, juin 632. Sous le soleil accablant de l’Arabie, le temps semble s’être arrêté : le Prophète de l’islam a rendu son dernier souffle. Autour de lui, les fidèles de la nouvelle religion, plongés dans la sidération, tremblent à l’idée que la Fin du monde soit proche. Mais où sont passés ses Compagnons ? Quelle est cette étrange maladie qui l’a terrassé en quelques semaines ? Et pourquoi l’enterrement n’a-t-il pas lieu ?
Au fil de ce récit au jour le jour de l’événement le plus mystérieux dans l’histoire de l’islam, Hela Ouardi, universitaire tunisienne, explore et confronte les sources sunnites et shiites les plus anciennes. Celles-ci nous révèlent un autre visage du Prophète, celui d’un homme menacé de toutes parts, affaibli par les rivalités internes et par les ennemis nés de ses conquêtes. Tout est entrepris pour qu’il ne laisse aucune directive claire sur sa succession. Ses Compagnons s’engagent dans une lutte pour le pouvoir et son clan se déchire, ouvrant la voie à des guerres meurtrières qui ensanglantent encore notre monde aujourd’hui.
Une reconstitution chronologique inédite, où Hela Ouardi oppose aux mémoires idéologisées le portrait d’un homme rendu à son historicité et à sa dimension tragique.

Correspondance Marc Chirik – Jean Malaquais 1945-1953

pdf

Déjà tout jeune dans une province éloignée de l’empire russe en Bessarabie à Kichinev (maintenant Chişinău en Moldavie), il vibrait pour la révolution d’Octobre en suivant ses frères acquis au parti de Lénine. Émigré avec ses parents et plusieurs de ses frères en Palestine en 1921 à la suite de l’occupation de Kichinev par les troupes roumaines, il participe avec ses frères et sœurs au Parti Communiste de Palestine fondé en 1919, à l’époque il regroupait les travailleurs palestiniens et juifs. Marc (Mordkhai) Chirik y sera, malgré son jeune âge, membre du comité central de la Jeunesse Communiste et sympathisera avec l’opposition.

En route pour la Russie en 1924 avec un de ses frères pour participer au Ve Congrès de l’Internationale communiste (juin 1924), il échoue en France, où il mènera jusqu’après la guerre une vie d’ouvrier apatride. Heureusement pour lui, les autorités soviétiques ne lui avaient pas accordé les papiers nécessaires: il aurait fini dans les geôles staliniennes comme son frère aîné. En France commence sa vie d’oppositionnel. Il est d’abord un des fondateurs de L’Unité léniniste, le groupe de l’Opposition de gauche au PCF dirigé par Albert Treint, en 1927 sous le nom de Marc « Lavergne »Note 1 puis participe à la Fraction de gauche, toujours avec Treint.

Il devient ensuite membre de la Commission Exécutive de la Ligue communiste (trotskiste) et de la tendance Treint (1932-1933). En 1933, il est parmi les fondateurs de l’Union communiste qui regroupe tous les oppositionnels français (les 31 trotskistes [réf. nécessaire] restant à la Ligue Communiste sont obligés de faire de l’entrisme dans la SFIO pour ne pas disparaître. Mais ce choix, imposé par Trotski – c’est le « Tournant français (en) » – n’est pas du goût de tous, en particulier de Naville, et entraîne encore d’autres départs dans la Ligue).

De la Seconde Guerre mondiale à la Gauche communiste

En 1936, il rencontre Clara Geoffroy, qui sera sa compagne dans la vie et un soutien politique indéfectible. Son évolution en direction de la gauche communiste se poursuit ; en 1937-1938, il intègre la « fraction italienne ». Pendant la guerre (1941-1942), il est parmi les camarades de la Gauche italienne qui reprennent le flambeau de l’« internationalisme prolétarien » et appelle les ouvriers européens à retourner leurs armes contre leur propre bourgeoisie qu’elle soit démocratique, fasciste ou stalinienne: c’est le « défaitisme révolutionnaire », préconisé par Lénine pendant la guerre de 14-18, plaqué sur la Seconde Guerre. Erreur fatale pour les uns (en ce qu’elle met sur le même plan démocratie libérale et fascisme), heure de gloire de la gauche communiste italienne pour les autres, qui n’aurait pas, elle, cédé au patriotisme ambiant et aux réflexes d’union nationale, on parle aussi, pour désigner cette attitude, d’« internationalisme » maintenu dans la guerre.

Avec Robert Salama « Mousso » et ensuite Serge Bricianer notamment, il anime la Fraction française de la gauche communiste internationale puis la Gauche communiste de France (GCF) dès les années 1944 dont le journal s’appelait Internationalisme. L’ouvrier Goupil rejoint le groupe en 1947 au moment de la grande grève Renault en 1947Note 2 (voir son interview sur TOUTBOX.

Les années 1952-1968

Marc Chirik quitte l’Europe en 1952 et émigre au Venezuela[3]. Il revient en France en 1968, où il contribue au regroupement des révolutionnaires en particulier avec la création de Révolution Internationale.

Planète sans visa

Chirik a conservé toute sa vie une grande amitié et complicité avec l’écrivain Jean Malaquais (de son vrai nom Vladimir Malacki). Si l’on veut avoir une certaine idée de la passion de la discussion politique de Marc Chirik, on peut lire dans Planète sans visa1 la discussion très bien décrite par Jean Malaquais, entre Laverne (nom de guerre modifié de Marc dans les années 1920-30) et le patron du « Croque-fruit » qui se déroulait durant des nuits et des nuits.

Grève sauvage Dodge truck june 1974

  pdf

de la philosophie à la libération – Enrique Dussel

pdf

L’autonomie ouvrière frappe en chine

pdf

Les Carrefours du labyrinthe – Cornelius Castoriadis

pdf

Les essais rassemblés ici se rejoignent dans une même perspective. Ils combattent la prétention scientiste de notre époque, en partant des pratiques où elle s’était installée : psychanalyse, linguistique, économie politique. Pour Castoriadis – on en a eu la preuve, notamment avec L’Institution imaginaire de la société – la philosophie n’est pas un exercice abstrait et ce n’est qu’à partir des  » étants « , que l’on peut valablement parler de l’être. La mise à mort du néo-positivisme, à laquelle procède ce livre, ne se fait pas du haut du ciel des idées, mais dans la praxis la plus contemporaine. Castoriadis frappe des coups très durs qui annoncent la fin d’une époque et la renaissance d’une raison libérée du rationalisme.

 

 

 

 

 

 

 

 

UHURU UJAMAA AZIMIO MWONGOZO Contribution a t’analyse de Ia pensée politique de JULIUS KAMBARAGE NYERERE (Buhendwa Mirhim Eluga)

Ujamaa ni Imani »1, apophtègme devenu aphorisme, énonce les limites, les contours et, parfois, les apories oU se sont développées Ia pensee et Ia prafique politiques de JULiUS KAMBARAGE NYERERE. Saisi au vol, au cours de ces nombreuses retransmissions des discours du MWAUMU un soir de Décembre 1982, ce maxime Ononcé en peu de mots, m’est resté en mémoire et resume assez bien les arguments que je peux apporter quant au choix de mon objet de recherche Dans ce vaste champ des Sciences de I’homme et de Ia société oü, une fois les bornes dépassées, il n’y a plus de limite, il mest vite apparu nécessaire de pr(5ciser quel langage, queue méthode ou, mieux, queue problématique convient pour saisir I’archaIque dons le moderne, Ia crise dons le permanent, le désordre dans lorganisation, Ia liberté dons Ia domination. II fallait que je puisse travailler sur un theme, un homme, une aire géographique sans tomber dans Ia « théologie du Socialisme’, lanalyse psychanalytique et/ou Ia description biographique ou encore moms dons l’Economisme spécialisé sur Ia Tanzanie au plan regional et continental. Saisir les éléments socio-culturels determinants dans Ia formulation et lélaboration de l’Ujamaa ma amené a utiliser plusieurs langages et plusieurs méthodes dinvestigafion: observer, enregistrer, presenter des phénomenes en apporence uniques et particuliers dons leur contexte général et sous leur angle universel. Passer du particulier au global, de l’observation Iocalisée a Ia formulation des régles génerales ma conduit ô collectionner récfts, descriptions, analyses, figures et photographies. Doü Ia creation, souvent ex nihilo, dun tissu dense des interactions personnelles d’ou éclot, immanquablement, limagination sociologique, pour paraphraser MILLS WRIGHT.

 

 

 

 

 

cliquer sur l’image pur ouvrir le livre

 

Zanzibar en Tanzanie essai d’histoire politique – Ariel Crozon

pdf 

« En avril 1964, la république du Tanganyika et la république populaire de zanzibar s’unissent pour former la république unie de Tanzanie. L’étude porte sur la place et le rôle de zanzibar au sein de la république unie de Tanzanie. Elle privilégie la perception insulaire car l’union transforme profondément le cadre politique des iles, les intégrant dans un espace plus large ou elles deviennent plus ou moins marginales. La structure étatique du nouvel état est originale : deux gouvernements coexistent, l’un exerce une juridiction exclusive mais limitée a zanzibar, l’autre, le gouvernement central, couvre l’ensemble du pays a l’exception des domaines réserves a au gouvernement de zanzibar. Le présent travail trace l’histoire politique de cette union de 1964 a nos jours, afin de déterminer la nature des problèmes qu’elle rencontre, qu’il s’agisse des dysfonctionnements pratiques ou d’obstacles de nature plus symbolique renvoyant a des approches différentes du politique et de l’union. Le travail s’organise autour de deux thèmes. L’organisation politique dote zanzibar d’un statut particulier. Il s’agit d’étudier ce qu’il permet aux autorités insulaires aussi bien pour la politique interne (les domaines autonomes) que pour leur influence dans la politique nationale du pays. L’autre aspect de l’étude est de montrer les differentes facettes des représentations imaginaire de l’union, de la politique et du pouvoir sur les iles ainsi que l’influence de ces représentations sur la perception et la participation insulaire aux institutions nationales. « 

Léopold Senghor et Cheikh Anta Diop face au panafricanisme: deux intellectuels, même combat mais conflit des idéologies?” – Antoine TINE

pdf

Ces deux intellectuels sont assurément deux figures marquantes de la démocratie sénégalaise. Ils ont, tous les deux, animé la vie culturelle, politique sénégalaise, africaine et internationale par leur intellectualité et leurs différentes thèses sur le passé et l’avenir du Continent. L’un (Léopold Sédar SENGHOR, 1906-2001) s’est illustré en prônant la « Civilisation de l’Universel », à travers le triptyque idéologique : négritude, socialisme africain et francophonie. L’autre (Cheikh Anta DIOP, 1923-1987) consacra toute sa vie à la restauration de la conscience historique africaine, par le biais de l’égyptologie. Ils ont mené un même combat, la lutte anticolonialiste, mais avec des armes idéologiques différentes. La confrontation de leurs pensées peut être qualifiée de conflit des intellectualités et ne peut être réduite ni à une simple querelle politicienne, entre leaders de partis politiques opposés, PS (Parti Socialiste) versus RND (Rassemblement National Démocratique) ni à une rivalité « crypto-personnelle ». La comparaison peut utilement constituer une occasion de revisiter les idées d’identité culturelle, de nationalisme, de panafricanisme, d’humanisme et d’évaluer leur héritage commun dans les essais d’élaboration d’une pensée politique africaine, d’une pensée de l’altérité, d’une philosophie de « l’Afrique autre (ment)».

 

 

Lettre ouverte à celui qui critique le soufisme – Cheikh Ahmad al-Alawî

pdf

Le Shaykh algérien Ahmad al-‘AlawÎ (1869-1934) fut l’un des principaux représentants du soufisme nord-africain au XXe siècle. Maitre spirituel pour ses disciples, il eut également, au sein de la société algérienne, un rôle plus large de défense du soufisme et de l’Islam traditionnel, face à leurs adversaires internes et externes.
C’est dans le cadre des polémiques opposant soufis et milieux réformistes qu’il eut l’occasion d’écrire en 1921 l’épitre dont nous présentons la traduction. Servi par une rhétorique efficace et un style incisif, il y réfute une par une les critiques des adversaires du soufisme, et cite la multitude de sources scripturaires (Coran et hadîth) sur lesquelles s’appuie le tasawwuf. Il rapporte également le témoignage favorable au soufisme de nombreuses personnalités historiques de l’Islam. Mais d’une façon plus générale, il oeuvre à rétablir le sens de concepts islamiques essentiels qui ont, parfois, été déformés par l’évolution politico-sociale des sociétés musulmanes.
Un peu moins d’un siècle plus tard, les attaques des milieux antisoufis n’ont rien perdu de leur virulence. Voilà pourquoi cette « lettre ouverte » du Shaykh al-‘Alawi constitue, pour la pensée musulmane, une véritable oeuvre de salubrité publique.

Construire l’identité révolutionnaire – Ali Shariati

pdf

Par le concept d’auto-édification (édification de soi ou de sa propre identité), nous n’entendons pas faire comme les moines ou les fidèles d’une religion précise, consistant à se détacher du siècle et à couper toutes les relations existantes ou celles qui doivent exister entre soi-même et la société, prenant appui sur des valeurs imaginaires, abstraites ou héritées d’une religion ou d’une nation, ou basées sur des idéaux spécifiques déduits à partir d’une morale religieuse ou soufie. Tout comme nous n’entendons pas non plus faire comme les marxistes et considérer que l’auto-édification est juste un moyen pour nous amener à participer au mouvement politique contemporain. L’auto-édification signifie, par contre, « se préparer de façon révolutionnaire au niveau du fondement, de l’authenticité et du but, à la fois, c’est-à-dire faire en sorte que l’essence existentielle mène le moi vers sa perfection ».

Al-Hurr L’homme libre – Ali Shariati

pdf

« L’homme libre est libre en toutes circonstances. Si un malheur le frappe, il patiente. Les catastrophes qui s’abattent sur lui ne le brisent pas. S’il est emprisonné ouréduit par la force, il substitue à la difficulté, la facilité. » Imam Al Sadeq. Hurr était le nom de l’un des commandants de haut rang de l’armée d’Omar-Ibn-Saad qui a fait face le petit-fils du Prophète de l’Islam, l’Imam Hussein ibn Ali, avec des ordres de Yazid ibn-Mu’awiah , soit tenter d’obtenir l’allégeance Hussein pour ses corrompus Khalifah, ou de tuer Hussein et tous ses compagnons. Il a été Hurr et son armée qui, le premier devant l’imam Hussein, puis les maintenait en état de siège, les empêchant d’obtenir de l’eau. Le jour de l’Achoura, Hurr pris une décision énorme. Juste avant la bataille a commencé, il a quitté son poste et l’armée qu’il commandait, a rejoint l’imam Hussein, et a été le premier à être tués dans le sentier d’Allah, par l’armée il avait l’habitude d’être commandant d’à peine quelques heures plus tôt. Le nom « Hurr» signifie libre, né libre, noble, Freeman. « Imaginons une scène de théâtre sur laquelle la Providence aurait toutes les conditions souhaitée afin de faire émerger un exemple à celui-ci en se donnant tous les moyens techniques nécessaires. Providence qui déciderait, dans l’absolu, d’embrasser l’ensemble des actes et causes afin de produire un effet sans précédent. Celle-ci mobilisera tout ce dont elle dispose afin de produire un récit atteignant la perfection d’où émergera la figure d’un héros d’une resplendissante pureté, provoquant ainsi un effort sans précédent. Traiter du « libre-arbitre » est ce qu’il y a de plus élevé en ce qui concerne l’existence humaine, car c’est ce qui donne un sens à l’homme et c’est ce qui caractérise l’homme au niveau philosophique. Mais, en même temps, c’est ce qui fait sa grande part de responsabilité. Mais de quel libre-arbitre s’agit-il ? L’homme est sans cesse assujetti à un choix, une décision à prendre et ce, quotidiennement, à maintes reprises. Il doit opter pour un travail : Quelle matière étudier ? Quels amis fréquenter ? Quels loisirs occuper ? Quelle demeure choisir ? Quelle femme épouser ? Quel engagement politique adopter ? Quelle institution sociale choisir ? Par quel moyen réaliser son objectif ? Comment s’habiller ? De même, chaque matin avant de sortir de chez lui, il passe du temps à choisir son turban, son chapeau, sa toque, sa cravate ou sa canne… Rien de cela, non. Il y a une décision beaucoup plus élevée, décisive, plus importante, plus lourde et à la fois plus difficile, c’est celle du choix entre : LA VERITE ou L’ERREUR. »

La responsabilité de la femme – Ali Shariati

pdf

Freud, dans sa nouvelle vision bourgeoise, a réduit toutes les moeurs et les vertus, toutes les nobles manifestations de l’esprit humain à une seule chose appelée : « le réalisme », et il ne définit pas ce réalisme selon la vision bourgeoise mais en tant que savant, philosophe, psychologue et un expert en humanité. Toutes ces choses sont devenues des instruments entre les mains de cette classe qui réduit l’homme à un animal sexuel et matériel. La bourgeoisie a tout transformé et a prétendu prendre la place des religions, des philosophies, des cultures et des valeurs humaines en suivant une seule méthode, en bâtissant un temple et en annonçant un seul prophète aux fils de cette misérable époque, et tous doivent en être ses victimes. Le prophète de la bourgeoisie est Freud, sa religion est le sexe, son temple le freudisme et les premières victimes sacrifiées au pied du temple sont les valeurs humaines de la femme.

Les qualités de Muhammad – Ali Shariati

pdf

Il est important de considérer Muhammad, sceau des prophètes, sous un autre angle. Ses qualités doivent faire l’objet d’analyses psychologique, sociale et historique afin de mieux connaître sa personnalité. Muhammad doit être considéré comme un personnage extraordinairement remarquable, un empereur, un sage, un prophète. Il en va de même pour les prophètes d’Orient dont il fait partie. Il faut découvrir Muhammad avec un nouveau regard tel un miracle indescriptible, un rêve inoubliable, un homme irremplaçable

Fatima est Fatima – Ali Shariati

pdf

Parler de la personnalité de Fatima est une chose difficile. Fatima était  » la femme  » telle que l’Islam voulait qu’elle fût. Il en a donc donné une image et c’est le Prophète qui l’a dessinée, qui l’a élevée et lui a appris, sous la pression de la pauvreté, les enseignements les plus profonds de l’humanité. Elle fut donc un exemple de toutes les qualités  » féminines « . L’exemple de la fille dans sa relation avec son père. L’exemple de l’épouse dans sa relation avec son mari. L’exemple de la mère dans sa relation avec ses enfants. Elle fut l’incarnation de la femme engagée et responsable face à son époque et à sa société. Elle était elle-même un  » Imam « , c’est-à-dire un modèle exemplaire pour la femme. Elle était un recours et une preuve pour toutes les femmes qui voulaient décider  » d’être elles-mêmes « 

Retour à soi – Ali Shariati

pdf

« Lorsque j’ai parlé de la révolte de Karbala au Collège de France et à la Sorbonne, que j’ai parlé de l’homme qui l’amenée (l’Imamal Hussein), de son rôle et de la manière dont il a vécu et dont il est mort en martyr, on m’a applaudi parce que les gens là-bas n’ont pas d’idées préconçues sur la question comme dans la société islamique où il est dénié et dénaturé. Il y a beaucoup de présupposés qui dénaturent notre culture et il aurait mieux valu que l’européen nous dise que nous n’avons aucune culture, aucune littérature, aucune science, aucune civilisation ni aucune religion. Nous aurions pu alors amener notre génération à redécouvrir son soi, à combler tous ses besoins et à satisfaire sa conscience et son entendement. Au lieu de cela nous sentons actuellement l’odeur de la haine qui flotte dans l’atmosphère, dans les sentiments et dans les esprits et, alors même que nous sommes sur le point de parler du soi nous courons chercher refuge auprès des modèles occidentaux. C’est la raison pour laquelle Aimé Césaire peut dire : « Revenons à nous-mêmes ».Mais moi, je ne peux m’empêcher de demander : à quel soi ? S’agit-il de ce soi dénaturé qui nous a été exposé ? Non, il est impossible de revenir à un tel Soi. Cela reviendrait à s’accrocher à la tradition et aux choses anciennes et dépassées et à reculer devant le progrès. »

Ahl ul Bayt Héritage et Responsabilité – Ali Shariati

pdf

Etre partisan des Ahl-ul-Bayt signifie être un partisan qui sent le dynamisme en lui-même. Nous disons « non » quand nous nous heurtons à l’intérêt, et ceci au bénéfice de la Vérité. Aujourd’hui, la responsabilité de notre monde est aussi celle du penseur, de l’éducateur, de l’orateur, du moderne et de l’homme ordinaire. Je dis à cet homme croyant et responsable : comment se fait-il que tu aies ressenti dans ton agence commerciale, le changement économique, le changement de la vie et des infrastructures de l’époque, le changement de la consommation et des relations commerciales dans le monde et que tu n’aies pas ressenti que tu étais confronté à un changement dans la société qui s’occidentalise, dans l’époque et la doctrine à laquelle tu crois, dans la foi à laquelle tu tiens et dans les personnalités que tu considères comme ton Prophète (bsl) et sa Famille ? Ne vois-tu pas qu’ils ont été délaissés par la jeune génération… ? N’es-tu pas responsable ? Ne sais-tu pas que pour connaître aujourd’hui ton Prophète et sa Famille, lire un seul livre est plus important que de bâtir un couvent de mystiques.

Le poème arabe moderne Anthologie établie et présentée par Abdul Kader El Janabi

pdf

Voici une anthologie qui, tout en remplissant le rôle qu’implique son genre, est aussi un manifeste. Et comme elle assume ce double aspect avec rigueur dans l’information et justesse dans le propos, elle transforme la compilation en oeuvre originale. Le manifeste est discret, il tient dans le choix qu’annonce le titre et que l’ensemble réalise assez bien pour que nous découvrions, non seulement le poème arabe moderne , mais les éléments d’une révolution littéraire capitale : celle qui a métamorphosé une poétique, close depuis un millénaire sur la richesse ouvert à toutes les expériences modernes . Bernard Noël

Chacun des quatre-vingt-quatorze poètes de cette anthologie est présenté dans une notice bibliographique, qui donne un aperçu des possessions et des jouissances individuelles. L’ensemble est envisagé dans une introduction qui dévoile le contexte social et littéraire où s’est élevé le poème arabe moderne comme une arme essentielle pour affronter une modernité problématique. Un ouvrage de plaisir pour les amateurs et de référence pour les chercheurs et les critiques.

Pleure, Ô Noir, frère bien-aimé Anthologie de textes de Patrice – Émery Lumumba,

pdf

Pleure, O Noir Frère bien-aimé

O Noir, bétail humain depuis des millénaires
Tes cendres s’éparpillent à tous les vents du ciel
Et tu bâtis jadis les temples funéraires
Où dorment les bourreaux d’un sommeil éternel.
Poursuivi et traqué, chassé de tes villages,
Vaincu en des batailles où la loi du plus fort,
En ces siècles barbares de rapt et de carnage,
Signifiait pour toi l’esclavage ou la mort,
Tu t’étais réfugié en ces forêts profondes
Où l’autre mort guettait sous son masque fiévreux
Sous la dent du félin, ou dans l’étreinte immonde
Et froide du serpent, t’écrasant peu à peu.
Et puis s’en vint le Blanc, plus sournois, plus rusé et rapace
Qui échangeait ton or pour de la pacotille,
Violentant tes femmes, enivrant tes guerriers,
Parquant en ses vaisseaux tes garçons et tes filles.
Le tam-tam bourdonnait de village en village
Portant au loin le deuil, semant le désarroi,
Disant le grand départ pour les lointains rivages
Où le coton est Dieu et le dollar Roi
Condamné au travail forcé, tel une bête de somme
De l’aube au crépuscule sous un soleil de feu
Pour te faire oublier que tu étais un homme
On t’apprit à chanter les louanges de Dieu.
Et ces divers cantiques, en rythmant ton calvaire
Te donnaient l’espoir en un monde meilleur…
Mais en ton cœur de créature humaine, tu ne demandais guère
Que ton droit à la vie et ta part de bonheur.
Assis autour du feu, les yeux pleins de rêve et d’angoisse
Chantant des mélopées qui disaient ton cafard
Parfois joyeux aussi, lorsque montait la sève
Tu dansais, éperdu, dans la moiteur du soir.
Et c’est là que jaillit, magnifique,
Sensuelle et virile comme une voix d’airain
Issue de ta douleur, ta puissante musique,
Le jazz, aujourd’hui admiré dans le monde
En forçant le respect de l’homme blanc,
En lui disant tout haut que dorénavant,
Ce pays n’est plus le sien comme aux vieux temps.
Tu as permis ainsi à tes frères de race
De relever la tête et de regarder en face
L’avenir heureux que promet la délivrance.
Les rives du grand fleuve, pleines de promesses
Sont désormais tiennes.
Cette terre et toutes ses richesses
Sont désormais tiennes.
Et là haut, le soleil de feu dans un ciel sans couleur,
De sa chaleur étouffera ta douleur
Ses rayons brûlants sécheront pour toujours
La larme qu’ont coulée tes ancêtres,
Martyrisés par leurs tyranniques maîtres,
Sur ce sol que tu chéris toujours.
Et tu feras du Congo, une nation libre et heureuse,
Au centre de cette gigantesque Afrique Noire.

Patrice Lumumba

George Padmore, Kwame Nkrumah, Cyril L.R. James et l’idéologie de la lutte panafricaine – Elikia M’Bokolo

pdf

Extrait: Ce n’est pas par pur artifice qu’on peut associer les noms de C.L.R. James, George Padmore et Kwame Nkrumah. Ils appartiennent tous les trois à la même génération intellectuelle et politique du panafricanisme : cette génération qui, des années 1930 aux années 1960, a fondé le panafricanisme en idéologie, l’a transformé en projet politique et l’a déployé à travers un ensemble d’actions concrètes ayant pour objectif ce qu’elle appelait une révolution.
En s’appuyant sur les écrits et la pratique de ces personnalités, ce texte veut montrer que c’est par une succession de rencontres, d’échanges et de ruptures, que l’idéologie de la lutte panafricaine a défini sa singularité à la fois par rapport au pan-négrisme et au communisme, dans un effort de dépassement et d’accomplissement du nationalisme né dans le cadre des territoires coloniaux. Cette émancipation, qui fut politique, est allée de pair avec une démarche intellectuelle caractérisée par la place de premier plan qu’elle accorde à l’histoire et par son souci permanent d’inscrire toute analyse des situations africaines dans le contexte plus large des affaires du monde.

Au Cameroun de Paul Biya – Fanny Pigeaud

pdf                        epub

Au moyen de campagnes de presse internationales, son gouvernement vante régulièrement la stabilité politique du Cameroun : contrairement à la plupart des États qui l’entourent, il n’a pas connu de coup de force au cours des dernières décennies.
Mais de nombreux indices contredisent cette idée d’un pays sans histoires. Les plus flagrants sont ceux de 2008 : des centaines de jeunes ont manifesté pendant plusieurs jours contre la vie chère et un projet de modification de la Constitution donnant la possibilité à Paul Biya de briguer un nouveau mandat fin 2011. Cette situation quasi-insurrectionnelle a causé la mort de plusieurs dizaines de personnes, tuées par les forces de sécurité. Malgré ces évènements, la révision constitutionnelle a été adoptée, montrant un président crispé sur son pouvoir.
Pourquoi les espoirs de 1982 ont-ils peu à peu laissé place au profond désarroi exprimé en 2008 ? Comment le pays estil devenu l’un des plus corrompus du monde ? A quoi tient la longévité politique de Paul Biya ? A partir de faits et de témoignages, cette enquête décrit le cheminement du Cameroun sous sa présidence. Elle analyse le fonctionnement de son régime et les ressorts de sa durée, parmi lesquels figurent la manipulation des identités ethniques et le soutien de la France. Elle présente l’état de délabrement inquiétant de la société camerounaise après 30 années de « Renouveau » et tente de dresser des perspectives.

Fanny Pigeaud est journaliste. Formée notamment par le Centre d’études d’Afrique noire (CEAN) de l’Institut d’études politiques (IEP) de Bordeaux, elle a été pendant plusieurs années la correspondante au Cameroun de l’Agence France-Presse et du quotidien français Libération. Elle a aussi travaillé au Gabon et a eu l’occasion de faire des reportages dans plusieurs autres pays africains.

Comment le peuple juif fut invente – Sand Shlomo

pdf

Quand le peuple juif fut-il créé ? Est-ce il y a quatre mille ans, ou bien sous la plume d’historiens juifs du XIXe siècle qui ont reconstitué rétrospectivement un peuple imaginé afin de façonner une nation future ? Dans le sillage de la « contre-histoire » née en Israël dans les année 1990, Shlomo Sand nous entraîne dans une plongée à travers l’histoire « de longue durée » des juifs. Les habitants de la Judée furent-ils exilés après la destruction du Second Temple, en l’an 70 de l’ère chrétienne, ou bien s’agit-il ici d’un mythe chrétien qui aurait infiltré la tradition juive ? Et, si les paysans des temps anciens n’ont pas été exilés, que sont-ils devenus L’auteur montre surtout comment, à partir du XIXe siècle, le temps biblique a commencé à être considéré par les premiers sionistes comme le temps historique, celui de la naissance d’une nation. Ce détour par le passé conduit l’historien à un questionnement beaucoup plus contemporain : à l’heure où certains biologistes israéliens cherchent encore à démontrer que les juifs forment un peuple doté d’un ADN spécifique, que cache aujourd’hui le concept d’« État juif », et pourquoi cette entité n’a-t-elle pas réussi jusqu’à maintenant à se constituer en une république appartenant à l’ensemble de ses citoyens, quelle que soit leur religion ? En dénonçant cette dérogation profonde au principe sur lequel se fonde toute démocratie moderne, Shlomo Sand délaisse le débat historiographique pour proposer une critique de la politique identitaire de son pays. Construit sur une analyse d’une grande originalité et pleine d’audace, cet ouvrage foisonnant aborde des questions qui touchent autant à l’origine historique des juifs qu’au statut civique des Israéliens. Paru au printemps 2008 en Israël, il y est très rapidement devenu un best-seller et donne encore lieu à des débats orageux.

Né en 1946, Shlomo Sand a fait ses études d’histoire à l’université de Tel-Aviv et à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris. Depuis 1985, il enseigne l’histoire contemporaine à l’université de Tel-Aviv. Les Mots et la terre (Fayard, 2006), est son dernier ouvrage publié en français.

Sorcières, Sages-Femmes et Infirmières – une histoire des femmes et de la médecine – Barbara Ehrenreich

pdf

Engagées dans le Mouvement pour la santé des femmes dans les années 1970, Barbara Ehrenreich et Deirdre English enquêtent sur les racines historiques de la professionnalisation du corps médical. Portant un regard féministe sur les chasses aux sorcières en Europe et la suppression de la profession de sage-femme aux Etats-Unis, elles s’interrogent : et si, derrière ces événements, se cachait une véritable monopolisation politique et économique de la médecine par les hommes de la classe dominante, reléguant peu à peu les femmes à la fonction subalterne d’infirmière docile et maternelle ? Depuis sa parution aux Etats-Unis en 1973, cet essai concis et incisif a ouvert la voie à de nombreux travaux de recherche et prises de conscience. Cette traduction s’ouvre sur une préface inédite des deux auteures.

Ce texte pose un grand nombre de questions sur l’histoire des femmes. Pourquoi a-t-on brûlé des milliers de femmes en les accusant de sorcellerie? Pourquoi les femmes sont-elles devenues les ouvrières d’une industrie, celle de la santé, dans laquelle les hommes sont des patrons? Deux questions qui semblent éloignées l’une de l’autre et qui pourtant ont des explications assez semblables.

«Comme tout événement historique nous a été rapporté par une élite culturelle, on ne connaît les sorcières qu’à travers les yeux de leurs bourreaux.»

Il faut donc réapprendre notre histoire.

 

 

assata Shakur autobiographie

pdf

Assata Shakur, membre de la Black Liberation army, devenu première femme à intégrer la liste des dix terroristes recherchés par le FBI, a vu son histoire devenir emblématique des relations socio-raciales et de la férocité policière de Etats-Unis. Cette autographie intime et politique raconte avec force sa vie d’activisme ainsi que les réussites et les échecs des groupes révolutionnaires. Un contribution majeure à l’histoire de la libération Noire.

LA GAUCHE ALLEMANDE. Pour l’histoire du mouvement communiste en Allemagne de 1918 a 1921 – Authier Denis

pdf

 

La « Garde rouge » raconte: Histoire du Comité ouvrier de la Magneti Marelli (Milan, 1975-78) – E. Menstati

pdf

Dans une grande usine milanaise, la Magneti Marelli, plusieurs dizaines de salariés s’organisent au milieu des années 1970 contre la direction et les syndicats dans un Comité politique ouvrier. Bientôt, cette « Garde rouge » comptera plusieurs centaines d’ouvriers (sur les 5000 de l’usine) – soit une force équivalente à celle du PCI – et sera en mesure d’imposer l’arrêt des mesures de restructuration (licenciements, délocalisation). Ce Comité ouvrier ne reste pas cantonné dans les murs de l’usine et participe aux autres luttes, grèves, manifestations, nombreuses à l’époque en Lombardie et dans toute l’Italie, et notamment à cette manière radicale de combattre l’inflation : les « autoréductions ». La Magneti Marelli ne fut pas la seule usine italienne à connaître des organes autonomes ouvriers, mais c’est son Comité qui a servi de référence à tous les autres, à la fois par ses initiatives propres et par sa capacité à faire profiter de son expérience les ouvriers des petites entreprises environnantes. Ce combat exemplaire s’inscrit dans le cours de cette tentative révolutionnaire des années 1968-1979, qu’il importe de défendre contre les falsifications et les calomnies qui l’accablent, et d’en tirer toutes les leçons qui s’imposent.

Emilio Mentasti, historien né en 1962, a aussi publié une somme sur le mouvement ouvrier de la région de Bergame entre 1967 et 1980.

LES PROLÉGOMÈNES La Muqaddima d’Ibn Khaldoun

tome I

tome II

tome III

La Muqaddima d’Ibn Khaldoun (arabe : المقدمة), ou Al-Muqaddima (Introduction à l’histoire universelle), ou en français les Prolégomènes, ou en grec les Prolegomena, est un livre écrit par l’historien Ibn Khaldoun, d’Ifriqiya, en 1377 qui enregistre un début de conception musulmane de l’histoire universelle.

Certains penseurs modernes le considèrent comme le premier ouvrage traitant de la philosophie de l’histoire ou, parmi les sciences sociales, de la sociologie, de la démographie, de l’historiographie ainsi que de l’histoire culturelle, ou comme l’un des précurseurs de l’économie moderne dans les temps anciens

Le travail traite également de la théologie islamique, des sciences naturelles, de la biologie et de la chimie. Ibn Khaldoun a écrit son ouvrage en 1377 comme préface à son premier livre sur l’histoire universelle, Kitab al-Ibar (arabe : كتاب العبر, recueil des préceptes), mais déjà de son vivant, la Muqaddima fut considérée comme une œuvre indépendante.

Selon G. Marçais, les Prolégomènes sont « un des ouvrages les plus substantiels et les plus intéressants qu’ait produit l’esprit humain ».

Séville musulmane au début du XIIe siècle. Le traité d’Ibn ‘Abdun sur la vie urbaine et les corps de métiers – Évariste Lévi-Provençal

pdf

« Tout étudiant, tout chercheur ayant eu à travailler sur l’histoire d’al-Andalus, a lu et admiré l’œuvre historique d’Évariste Lévi-Provençal, en particulier son Histoire de l’Espagne musulmane. À ce magistral tableau, le grand historien d’al-Andalus a ajouté un éclairage tout aussi remarquable par la quantité de sources découvertes, éditées puis traduites. Comme il le souligne dans son introduction, le traité de police des marchés d’Ibn ‘Abdûn demeure un document extrêmement précieux à plus d’un titre. En effet, si ce traité s’inscrit dans une longue tradition d’un genre juridique qui apparut d’abord en Orient, il se distingue à de nombreux titres des autres traités de hisba, par des ajouts et par des prises de position très engagées, donnant ainsi son point de vue sur une société troublée par les crises internes et la conquête chrétienne. C’est là tout l’intérêt de l’ouvrage souligné par Évariste Lévi-Provençal. Déjà largement exploité par les historiens d’al-Andalus, en particulier dans le magistral El señor del zoco en España de Pedro Chalmeta (1973), ce document exceptionnel demeure un outil indispensable pour toute étude sur la société d’al-Andalus. Dans le cadre d’une abondante littérature juridique qui pallie en partie l’absence d’archives, la réédition de la Séville musulmane au début du XIIe siècle, sera une redécouverte pour certains lecteurs, un outil de travail très précieux pour d’autres, attentifs à l’histoire de la société d’al-Andalus. »

Sept thèses erronées sur l’Amérique latine ou Comment décoloniser les sciences humaines – Rodolfo Stavenhagen

pdf

L’ouvrage de R. Stavenhagen est constitué du regroupement de cinq textes critiques, publiés entre 1966 et 1971 par l’auteur, remettant en cause certaines idées amplement diffusées et véhiculées à l’égard de l’Amérique Latine, et plus précisément, concernant les causes du « sous développement » du continent latino américain. Réunies dans cet ouvrage, ces études critiques sont formulées sur la base de «sept thèses erronées sur l’Amérique Latine», que l’auteur s’apprêtera à démentir dans le premier chapitre, en expliquant que ces thèses masquent d’autres réalités sociales de l’Amérique Latine. L’auteur dénonce le fait que les sciences humaines produites en Amérique Latine aient été, pendant longtemps et dans une certaine mesure encore aujourd’hui, subordonnées aux sciences humaines de l’Occident, de la société dominante, imposant dés lors des idées biaisées sur l’Amérique Latine, et pourtant véhiculées au sein même du continent latino-américain, par les sciences humaines latino-américaines elles mêmes. Stavenhagen parle ainsi de « dépendance intellectuelle et culturelle ». La colonisation a véhiculé une certaine vision des colonisés, et a induit en eux une auto-perception de leur être en tant que colonisé, devant nécessairement se développer en calquant l’exemple des sociétés « jadis » colonisatrices.

La révolution haïtienne: une avancée postcoloniale – Laënnec HURBON

pdf

Extrait:

L’insurrection des esclaves de Saint Domingue dans la nuit du 22 au 23 août 1791, a été un événement capital dans l’histoire universelle, elle aboutit en 1804 à l’indépendance d’Haïti après une victoire de l’armée des indigènes contre les armées napoléoniennes fortes d’environ 50 000 hommes expédiés sous la direction du général Leclerc. Ce fut une véritable révolution, mais elle n’a pas été perçue comme telle dans l’historiographie française et européenne. Bien plus, elle a été systématiquement banalisée. Or elle suscite un nombre considérable d’interrogations pour lesquelles jusqu’à présent nous ne disposons pas de réponses satisfaisantes.

D’abord, il faudra savoir quelle interprétation on a fait en Europe, en Amérique latine et aux États-Unis de la révolution haïtienne. De même on devra s’enquérir de la place qui est faite à cette révolution dans l’histoire et l’anthropologie naissantes au xixe siècle. Que deviennent les notions de race, de nation, de religion dans le cadre du nouvel État non européen qui s’établit dans la Caraïbe ? Quelles sont les contraintes rencontrées par ce nouvel État issu d’une classe d’esclaves révoltés ? Dans la littérature européenne comme dans la philosophie, comment parvient-on à penser les rapports entre l’universalisme des Lumières et la particularité des cultures autres (non-occidentales) mais matinées du triple héritage européen, amérindien et africain ? Quelle vision de l’Afrique la révolution haïtienne impose-t-elle ? Et quelle mémoire aujourd’hui induit la révolution haïtienne pour l’histoire universelle ?

La résistance haïtienne. (L’occupation américaine d’Haïti) Récit d’histoire contemporaine (1937) – Dantès Bellegarde

pdf

Voyages III. Inde, Extrême-Orient, Espagne et Soudan – Ibn Battûta

Parti de Tanger en 1324, le pieux et lettré musulman Ibn Battûtah parcourt en près de trente ans quelque 120’000 km, de La Mecque à la Chine en passant par Constantinople et l’Afghanistan ! Le récit vif et érudit de ce périple porte en arabe le beau nom de Cadeau précieux pour ceux qu’émerveille le voyage…

Ibn Battûta Voyages II. De La Mecque aux steppes russes (1858)

 Dans ce volume : De la Mecque aux steppes russes et à l’Inde, Ibn Battûta quitte la Mecque pour une longue navigation dans l’océan indien et le Golfe Persique. Ensuite, il visite l’Asie Mineure et les steppes russes avant d’arriver en Inde à travers l’Asie Centrale. Il commence une longue description de l’Inde qui se poursuivra dans le troisième volume.

Voyages I. De l’Afrique du Nord à La Mecque – Ibn Battûta

pdf

Dans ce volume : De l´Afrique du Nord à la Mecque, Ibn Battûta visite les « terres centrales » de l´Islam. Parti de Tanger, sa ville natale, pour le pèlerinage de la Mecque, il visite l´Égypte et la Syrie et, le pèlerinage accompli, se rend en Irak et en Perse.

Le Coran trad Abdallah Pennot

Capitalisme + Came = Génocide Michael Cetewayo Tabor

Dans cette brochure datant de 1969 intitulée « Capitalism plus dope equals génocide », Michael Cetewayo Tabor, membre du Black Panther Party, revient sur les méfaits de la drogue et sur son utilisation par les forces répressives dans les ghettos noirs-américains. En préface un texte de Mathieu Rigouste : A qui profite la « Guerre au Crime »?

Émile Agnel PROCÈS CONTRE LES ANIMAUX CURIOSITÉS JUDICIAIRES ET HISTORIQUES DU MOYEN-ÂGE

Toutefois notre but n’est pas de critiquer ici des usages plus ou moins absurdes, mais d’en constater simplement l’existence. Nous bornons notre rôle à raconter les faits, sauf au lecteur à en tirer lui-même les conséquences.

Plusieurs siècles nous séparent de l’époque dont nous cherchons à étudier les mœurs et les idées, qui forment avec les nôtres de si étranges disparates; aussi n’est-ce qu’après de scrupuleuses recherches faites dans les ouvrages des jurisconsultes et des historiens les plus respectables, que nous avons osé présenter cette rapide esquisse.

Comptoirs et villes coloniales du Sénégal: Saint-Louis, Gorée, Dakar Alain Sinou

pdf                      epub

En 1637, Richelieu crée la première compagnie de traite ayant l’exclusivité du commerce sur les côtes d’Afrique ; cinq ans plus tard, à l’embouchure du fleuve Sénégal, une habitation fortifiée est construite sur l’île de N’Dar ; elle sera appelée Saint-Louis. C’est en 1862, alors que la conquête territoriale du Sénégal débute, qu’est fondée la ville nouvelle de Dakar, face à l’ancien comptoir de Gorée. Il faudra attendre le Congrès d’urbanisme qui se tient à Paris en 1931, lors de l’Exposition coloniale, pour que soient définitivement posées les règles d’organisation spatiale des villes coloniales. Ces trois dates cadrent l’ouvrage dont l’objectif principal est de retracer l’histoire de la construction des comptoirs et des villes de la côte sénégalaise. Histoire matérielle, bien sûr, celle des projets et des réalisations, depuis les premiers forts jusqu’aux bâtiments administratifs ; histoire des idées et des mentalités aussi, qui ont rendu possible la mise en œuvre de toutes ces opérations. Les relations entretenues pendant trois siècles par la colonie du Sénégal avec la métropole évoluent profondément ; les façons de bâtir l’espace urbain aussi. Si les premières bâtisses et les premiers plans rappellent les constructions françaises, avec la colonisation, des formes spécifiques sont élaborées, depuis le quartier  » indigène  » jusqu’aux villas à vérandas. Toutes ces actions conduisent à produire un paysage original, dont on trouve encore les traces matérielles dans les quartiers anciens. Aujourd’hui ces constructions sont menacées par la croissance urbaine, mais la philosophie d’action qui les a inspirées influence encore souvent la façon de penser et de bâtir la ville africaine

Filliot Jean-Michel. La traite des esclaves vers les Mascareignes au 18e siècle

Rosa Luxembourg marxisme contre dictature

Cette brève série d’essais traite des rapports, tels que les conçoit Rosa Luxembourg (1870-1919), entre la théorie marxiste et l’organisation politique concrète
de la cité. Il s’agit pour elle avant tout de mettre en garde ses lecteurs contre le péril qu’elle discerne dès 1904 : l’ultracentralisme dictatorial

Frantz Fanon, Pour la révolution africaine. Écrits politiques.

pdf

Les textes politiques de Frantz Fanon publiés dans ce volume couvrent la période la plus active de sa vie, de la publication de Peau noire, masques blancs en 1952 – il avait alors vingt-huit ans – à celle des Damnés de la terre en 1961, qui devait coïncider, à quelques jours près, avec la date de sa mort. Retraçant le fil d’une réflexion en constante évolution sur le phénomène colonial, vécu de l’intérieur, ces textes dénoncent à la fois le colonialisme et les pièges de la décolonisation, – la «grande erreur blanche» et le «grand mirage noir ». Explorant tour à tour la situation du colonisé, dont il peut rendre compte scientifiquement par son expérience médicale quotidienne, l’attitude des intellectuels de gauche face à la guerre d’Algérie, les perspectives de conjonction de la lutte de tous les colonisés et les conditions d’une alliance de l’ensemble du continent africain, Frantz Fanon gardait la certitude de la prochaine libération totale de l’Afrique. Son analyse et la clarté de sa vision nous donnent aujourd’hui les clés nécessaires pour comprendre la réalité africaine actuelle.

Peau noire masques blancs – Frantz Fanon

pdf

 

La décolonisation faite, cet essai de compréhension du rapport Noir-Blanc a gardé toute sa valeur prophétique : car le racisme, malgré les horreurs dont il a affligé le monde, reste un problème d’avenir.

Il est ici abordé et combattu de front, avec toutes les ressources des sciences de l’homme et avec la passion de celui qui allait devenir un maître à penser pour beaucoup d’intellectuels du tiers monde.

Frantz Fanon (1925-1961)

Né à Fort-de-France, il s’engage dans les Forces française libre en 1943, puis étudie la médecine, la philosophie et la psychologie à Lyon. Il devient médecin-chef de l’hôpital psychiatrique de Blida, mais il est expulsé d’Algérie en 1957 et s’installe à Tunis où il reste lié avec les dirigeants du GPRA. Il meurt d’une leucémie après avoir publié deux autres ouvrages consacrés à la révolution algérienne et à la décolonisation.

 

Les damnés de la terre – Frantz Fanon

 

pdf

« La violence qui a présidé à l’arrangement du monde colonial, qui a rythmé inlassablement la destruction des formes sociales indigènes, démoli sans restrictions les systèmes de références de l’économie, les modes d’apparence, d’habillement, sera revendiquée et assumée par le colonisé au moment où, décidant d’être l’histoire en actes, la masse colonisée s’engouffrera dans les villes interdites. Faire sauter le monde colonial est désormais une image d’action très claire, très compréhensible et pouvant être reprise par chacun des individus constituant le peuple colonisé. » Frantz Fanon.
Publié en 1961, à une époque où la violence coloniale se déchaîne avec la guerre d’Algérie, saisi à de nombreuses reprises lors de sa parution aux Éditions François Maspero, le livre Les Damnés de la terre, préfacé par Jean-Paul Sartre, a connu un destin exceptionnel. Il a servi — et sert encore aujourd’hui — d’inspiration et de référence à des générations de militants anticolonialistes. Son analyse du traumatisme du colonisé dans le cadre du système colonial et son projet utopique d’un tiers monde révolutionnaire porteur d’un « homme neuf » restent un grand classique du tiers-mondisme, l’œuvre capitale et le testament politique de Frantz Fanon. Dans cette nouvelle édition, la préface de Alice Cherki, psychiatre et psychanalyste, auteur du Portrait de Frantz Fanon (Seuil, 2000), et la postface de Mohammed Harbi, combattant de la première heure pour la libération de son pays et historien de l’Algérie contemporaine, auteur de Une vie debout. Mémoires politiques 1945-1962 (La Découverte, 2001), restituent l’importance contemporaine de la pensée de Frantz Fanon.

Le mouvement panafricaniste au vingtième siècle: recueil de textes

 

pdf

Il s’agit d’une contribution intellectuelle au cinquantenaire de l’Union africaine, héritière de l’Organisation de l’Unité africaine qui fut fondée à Addis-Abeba (Éthiopie) le 25 mai 1963.

Les textes réunis reflètent la mobilisation multiforme des Africains du continent et de la diaspora tout au long du XXe siècle, et au début du XXIe, contre les discriminations, pour l’égalité et le développement. Depuis la Conférence panafricaine de Londres en 1900 jusqu’à la constitution de l’Union africaine, en passant par les congrès des écrivains et artistes noirs, les festivals des arts et de la culture…

A travers ces textes s’exprime aussi la diversité des identités et des cultures politiques au sein du mouvement panafricaniste. La thématique du respect des droits de l’Homme et des principes démocratiques se trouve au cœur de cet ouvrage, qui regroupe notamment les prises de position des écrivains, des intellectuels, des militants de la société civile et des leaders politiques.

A l’heure de la société de l’information, marquée par la montée en puissance des supports numériques dans la diffusion des connaissances, la mise en ligne de cette anthologie, unique en son genre, vient combler un vide dans la littérature en langue française sur le panafricanisme.

Immigration postcoloniale et mémoires – Abdellali Hajjat

 

 

pdf

Pourquoi la transmission de la mémoire de l’immigration postcoloniale a tant de mal à s’effectuer ? Quels sont les obstacles qui se posent à elle ?
A travers des entretiens réalisés auprès de lycéens des Minguettes à Vénissieux (Rhône), une plongée dans l’intimité des relations familiales permet de saisir les effets de l’injonction à l’intégration : l’ambivalence des héritages de l’immigration, et les ruptures familiales et spatiales. Ce sont ces conséquences qui permettent de comprendre la difficile transmission de la mémoire de l’immigration postcoloniale.

 

 

Mouvement ouvrier, communisme et nationalismes dans le monde arabe – Cahier du mouvement social – Maher al- Charif, René Gallissot

 

 

pdf         epub

Si la cour du mouton est sale ce n’est pas au porc de le dire – Florent Couao-Zotti

 

pdf

Comme le titre le laisse présager, il s’agit d’un roman africain. Du Bénin plus exactement. De Cotonou, la capitale du Bénin pour être tout à fait précis. C’est là que vit Smaïn, Libanais d’origine qui a fui la guerre. Fils d’honnête commerçants et ancien joueur de foot, il a mal tourné et est devenu un des parrains de la ville.

Il a été chargé par ses supérieurs de retrouver une valise pleine de drogue dérobée par trois prostituées. Il a réussi à retrouver l’une d’elles mais elle est morte sans parler. Les deux autres prostituées ne savent quoi faire. Pendant que l’une tente de jouer au plus fin avec le gangster, l’autre fait appel à un détective privé.

Si on ajoute à cela un homme de main un peu crétin, deux policiers décidés à coincer Smaïn, un DJ drogué, un gardien d’hôpital qui croit aux esprits et une foule prête à lyncher ceux qui font trop de bruit dans le quartier, on a tous les ingrédients d’un polar sanglant et un peu décalé.

Mais le vrai héros de l’histoire, c’est Cotonou, la Cour du Mouton, prise entre tradition et modernité. Il y a certes pire ailleurs (la Cour du Porc par exemple) mais c’est pas spécialement joyeux pour autant. Florent Couao-Zotti nous montre un monde qui va de la simple débrouille à la corruption la plus noire et où tous les trafics sont possibles.

L’autre force du roman est son langage. Il y a bien sûr les excellents proverbes africains (titre de chaque chapitre) mais il y a aussi l’utilisation d’un français très imagé et mâtiné de termes africains. C’est ce langage qui fait entrer le lecteur directement dans l’ambiance et l’esprit de Cotonou sans tomber dans l’exotisme bon marché. A la fin du livre il y a d’ailleurs un glossaire qui reprend la définition de certaines de ces expressions.

Le livre a été publié aux éditions du Serpent à Plumes en 2010 et a obtenu le prix Ahmadou Kourouma la même année

Jean-Paul Charnay – Regards sur l’islam, Freud, Marx, Ibn Khaldun –

 

pdf

L’Islam entre aujourd’hui dans un schisme crucial pour son devenir. Deux voies s’affrontent : une vision dure (salafie) qui veut restaurer la pureté des origines par application totale de la révélation coranique et une option douce (néo-soufie) qui tend à restreindre les prescriptions à une spiritualité dont l’observance de la charîa ne serait pas le signe.
Au-delà de l’exégèse, « Regards sur l’islam, Freud, Marx, Ibn Khaldun  » propose quelques dissociations anthropologiques, et s’interroge sur les possibilités d’interprétations des traumastismes arabo-musulmans contemporains par les théories croisées de Marx, Ibn Khaldun et Freud.
En dépit d’apparents antagonismes, chacun des systèmes analysés ici : symbolique sacrificielle freudienne, géopolitiques orientales marxistes et renouvellement khaldunien de l’histoire, confrontés les uns aux autres dans un jeu de miroirs, est à même de dévoiler les faces cachées de l’histoire et de la psyché musulmanes, d’interpréter des attitudes stratégiques et les légitimations dogmatiques actuelles.

Ouvriers contre le travail- Barcelone et Paris pendant les fronts populaires – Michael Seidman

pdf

Michael Seidman montre la continuité de la résistance au travail, en grande partie ignorée ou sous-estimée par les théoriciens et historiens du XXe siècle. Au moment des fronts populaires, les ouvriers ont persévéré dans leurs pratiques antérieures qui donnaient déjà le caractère extérieur, utilitaire du sens de leur travail : des refus directs et indirects, par l’absentéisme, le coulage de cadence, le vol. la grève, etc. Au moment où s’est posée la question du contrôle ouvrier – révolutionnaire ou réformiste – du procès de production. les luttes quotidiennes sur le lieu de travail, à Paris et Barcelone, étaient des faits de résistance :  » La résistance était aussi un phénomène conjoncturel et cyclique, mais les refus sont restés une part intrinsèque de la culture ouvrière et sont apparus à différentes périodes avec diverses divisions du travail. Pendant les fronts populaires. les ouvriers se révoltaient contre un ensemble de disciplines, y compris celles imposées par les organisations ouvrières. Les salariés souhaitaient certainement contrôler leurs lieux de travail, mais généralement afin d’y travailler moins. On peut supposer que la façon d’éliminer la résistance n’est pas le contrôle ouvrier sur les moyens de production mais plutôt l’a ‘ n du travail salarié lui-même.  » Il nous est alors possible de voir, dans ces affrontements entre ouvriers et organisations ouvrières, des collectivités barcelonaises aux usines aéronautiques parisiennes, la. contradiction interne des mouvements de front populaire. qu’ils aient été révolutionnaires ou réformistes. L’impossibilité d’un triomphe de la classe du travail, en tant que telle, se manifeste sous sa forme la plus empirique. C’est la faillite d’un programme ouvrier dans ses propres termes, alors sommé de se réaliser dans un moment critique.

Les trois âges de l’opéraïsme – Centro di Ricerca per l’Azione Comunista

pdf

 

 

L’incendie millénariste – Georges Lapierre et Yves Delhoysie (Os Cangaceiros)

pdf

La question de savoir si l’Âge d’Or a existé une fois, quelque part, est ici hors de propos. La question véritable étant plutôt que des hommes, depuis toujours, ont été fascinés par l’idée d’un temps et d’un monde où l’on vivrait en toute liberté, sans être assujetti au labeur et sans être séparé par le règne de l’argent et de la propriété privée. Ce rêve conserve aujourd’hui encore tout son sens.

L’insurrection des esclaves de Saint-Domingue (22-23 août 1791) – Sous la direction de Laënnec HURBON

pdf

Dans la nuit du 22 au 23 août 1791 éclate une violente insurrection à Saint-Domingue, colonie française des Antilles. Esclaves noirs et affranchis revendiquent la liberté et l’égalité des droits avec les citoyens blancs.

C’est le début d’une longue et meurtrière guerre qui mènera à l’indépendance de l’île ; la plus grande révolte servile de l’Histoire… et la seule qui ait réussi.

DRUM – Ligue des travailleurs noirs révolutionnaires (extraits de revue)

pdf

John Watson est l’un des fondateurs de la Ligue des travailleurs noirs révolutionnaires de Détroit, Michigan.
Après la « Grande Rébellion » de Détroit qui, du 23 au 27 juillet 1967, causa 43 morts, 1189 blessés et 7200 arrestations, John Watson lance aux côtés de General Baker, Mike Hamlin et Luke Tripp, le journal Inner City Voice : « journal de la communauté noire » et « voix de la Révolution », selon les slogans affichés en Une.
En septembre 1968, et comme suite à la création du Mouvement Syndical Révolutionnaire de l’usine Chrysler de Dodge Main (DRUM), il prend avec Nick Medvecky la direction du South End, le journal étudiant de l’université d’État de Wayne, et transforme cet organe déconnecté socialement en un dynamique porte-parole de la communauté noire visant à influer sur la politique de la ville : «avec l’intention de promouvoir les intérêts des victimes pauvres, opprimées, exploitées, et impuissantes face à l’impérialisme et au capitalisme monopoliste raciste blanc «(premier éditorial de Watson le 26 septembre 1968). En tant que membre, à la fois, des Black Panthers et du DRUM, John Watson représente le mouvement de libération noire américain à la conférence internationale anti-impérialiste organisée en Décembre 1968 à Naples, en Italie. Comme suite à la réalisation fin 1969 du film Finally Got the News, sur ce qui sera bientôt La Ligue des travailleurs noirs révolutionnaires, par le collectif Newsreel réunissant des révolutionnaires blancs et noirs, John Watson crée Black Star Productions pour « produire et distribuer des films traitant des problèmes sociaux et politiques les plus essentiels de notre époque ».

 

Compilation de textes de Murray bookchin

pdf

Murray Bookchin, né en 1921 et décédé en 2006, est très peu connu et très peu traduit en France. Cette amnésie est d’autant plus surprenante que ses travaux furent précurseurs dans des domaines qui occupent aujourd’hui le premier plan de toute réflexion politique : la question du lien entre le capitalisme et l’environnement ; celle de la démocratie directe décentralisée. Sur ces deux thèmes, Bookchin a ouvert des pistes parfaitement intempestives, au sens nietzschéen : d’une inaltérable actualité. Fondateur de l’écologie sociale radicale d’un côté, théoricien du municipalisme libertaire de l’autre, il fut un anarchiste viscéral, soucieux de ne jamais céder devant les tendances nihilistes plus portées sur le mysticisme du retour à la nature que sur la transformation de la Cité. Revisiter ce parcours intellectuel dans le siècle, c’est aussi mesurer la force d’inertie de nos sociétés, leur incapacité à prendre en considération l’urgence écologique et le déficit démocratique autrement qu’en y répondant par l’adaptation de la novlangue néolibérale — verdissement de la finance et autre greenwashing d’un réel qui s’obstine pourtant à aller… mal. Mais surtout, Bookchin offre des pistes positives pour penser le monde à venir, sans renoncement au politique ni naïveté spontanéiste. L’auteure brosse ici à grands traits le portrait d’un homme libre et de son combat pour « résister avec des idées même lorsque les événements inhibent temporairement la capacité à agir¹ ».

Introduction à l’histoire du mouvement libertaire au Portugal – Carlos Da Fonseca

pdf

Le courant « bordiguiste » – (1919-1999) France, Italie, Belgique – P. Bourrinet

pdf

Le courant Bordigiste tire son héritage de la Gauche du Parti Socialiste Italien d’avant la guerre de 1914, regroupé autour d’Amadéo Bordiga. Ce courant fut le premier dans le mouvement socialiste, puis communiste, a refuser par principe toute participation aux élections parlementaires. Bordiga combattit au sein de la Troisième Internationale pour l’adoption de termes stricts pour déterminer qui est membre du parti, ce qui impliquait l’exclusion du parti de tous membres qui avaient soutenu la participation à la première guerre mondiale, ou adopté une attitude centriste sur cette question clé.r Aprés la deuxième guerre mondiale, le courant autour de Bordiga a participé à la formation du Parti Communiste Internationaliste en 1943-45, pour scissionner en 1952 et former le Parti Communiste International. Après une série de scissions (chacune créant un nouveau « Parti Communiste International »), la principale organisation représentant la tradition bordigiste s’est complètement désintégrée dans les années 80 suite à son propre opportunisme et à son infiltration par des gauchistes et des nationalistes arabes.

À l’assaut du ciel: Composition de classe et lutte de classe dans le marxisme autonome italien – Steve Wright

pdf

L’opéraïsme est un courant marxiste radical qui s’est développé dans l’Italie des années 1960 et 1970, comme tentative de confronter la théorie générale du Capital avec  » l’étude réelle de l’usine réelle « . En rapportant le comportement de lutte actuel de la classe ouvrière à sa structure matérielle actuelle dans le rapport d’exploitation, le but des théoriciens opéraïstes était de comprendre  » les nouvelles formes d’action indépendante de la classe ouvrière « . Le livre fort bien documenté de Steve Wright raconte l’histoire de ce courant, nourri de toutes les luttes de l’époque, et s’efforce d’apprécier son apport dans le contexte des récentes mobilisations  » contre le capital global  »

 

Sociologie d’une révolution (L’an V de la révolution algérienne) – Frantz Fanon

pdf

Publié pour la première fois en 1959 et sans cesse réédité depuis, ce « classique de la décolonisation » reste d’une profonde actualité pour comprendre les ressorts du mouvement d’émancipation qui conduisit à la guerre d’indépendance algérienne. Ce livre est né de l’expérience accumulée au cœur du combat, au sein du FLN. Car Frantz Fanon, né antillais et mort algérien (1925-1961), avait choisi de vivre et de lutter parmi des colonisés comme lui, en Algérie, pays du colonialisme par excellence. Texte militant, cet ouvrage fut aussi la première analyse systématique de la transformation qui s’opérait alors au sein du peuple algérien engagé dans la révolution.
Ce texte, parmi les tout premiers publiés aux Éditions Maspero, décrit de l’intérieur les profondes mutations d’une société algérienne en lutte pour sa liberté. Ces transformations, la maturation politique et sociale, ignorées par les colons alors qu’elles étaient justement les fruits de la colonisation et de l’humiliation, présidèrent pourtant largement au processus qui mena à la guerre d’Algérie, « la plus hallucinante qu’un peuple ait menée pour briser l’oppression coloniale ».

Une négritude socialiste. Religion et développement chez J. Roumain, J.S. Alexis, L. Hughe s. Claude Souffrant

pdf

Les deux écrivains haïtiens J. Roumain et J.-S. Alexis, et le noir américain Langston Hughes constituent une Ecole particulière du mouvement de la Négritude dans la mesure où ils ont suivi une démarche commune : inscrire la quête d’identité culturelle dans une revendication sociale, sans toutefois réduire l’une à l’autre. A partir d’une analyse sociologique de leurs oeuvres romanesques, principalement celles consacrées à Haïti, Claude Souffrant, lui-même haïtien, situe ces trois auteurs par rapport aux autres courants ou contre-courants de la négritude, illustrés par J. Price-Mars, R. Maran, L.-S. Senghor, R. Depestre, N. Guillen. La perspective socialiste des Roumain, Alexis, Hughes les sauve de la récupération et de l’usure idéologique qui ont largement atteint le mouvement de la négritude. De plus, la place tenue par la religion populaire chez ces écrivains conduit Claude Souffrant à trouver dans leur vision critique du christianisme un avant-signe du renouveau exprimé par les théologies noires de libération.

Le Coran, la Bible et l’Orient ancien – Mondher Sfar

pdf

Cette étude d’anthropologie et d’histoire comparée des religions met au jour pour la première fois les principales institutions du texte fondateur de l’Islam : l’Assemblée divine, le prophétat, la royauté, l’épopée, la guerre, le traité, le culte des ancêtres… Tout en revoyant et affinant la dette de la Bible vis-à-vis de la littérature de l’Orient ancien, ce livre montre l’étonnante continuité idéologique qui existe entre le Coran et le monde mésopotamien ancien. C’est que l’Arabie et la Mésopotamie ont constitué de tous temps une unité aussi bien géographique et historique, que linguistique, religieuse et culturelle.

Ibn Khaldûn, Un islam des « Lumières » – Claude Horrut

pdf

Un historien du XIVe siècle peut-il nous apprendre quelque chose aujourd’hui ? Oui, dans le cas d’Ibn Khaldûn. Depuis plus d’un siècle, la pensée occidentale n’a-t-elle pas récupéré dans ses propres catégories cet intellectuel du monde arabe, trop connu pour être bien connu ? Ce ne sont pas quelques extraits, mais l’ensemble de l’œuvre de cet homme d’esprit  » de tous les temps  » que le présent ouvrage nous invite à relire. Il décrit de façon synthétique et accessible à un large public les étapes de la pensée et de la vie de l’auteur de Muqaddima; et des Ibar, livres d’histoire et sur l’histoire largement traduits. Issu de la brillante culture de l’Empire arabo-berbéro-andalous d’Occident, Ibn Khaldûn a été confronté, dans sa description des sociétés nomades et urbaines du Sud, à l’opposition entre raison analytique et prophétie islamique. Il condense en lui la philosophie aristotélicienne transmise par les centres culturels d’alors, de Bagdad à Séville, en passant par Fès, Tunis, Alexandrie, Grenade et Cordoue. Mais il est en même temps un grand cadi respectueux du Coran et d’un islam de tendance sunnite malékite, voire soufi. Balloté entre les Cités impériales mérinides, les tribus et les princes (dont Tamerlan, rencontré à Damas), cet ambassadeur de cour nous livre une description fascinante des formes et des pratiques de pouvoir dans le monde arabo-musulman de l’époque, en relation avec les civilisations environnantes. Les malheurs de sa vie personnelle, mais aussi un regard détaché sur les hommes et les sociétés, empreint d’une-recherche de l’harmonie et de la mesure, rende attachant cet écrivain qui interroge autant le monde arabe sur ses racines pré-islamiques et sur ses fondements musulmans, que le monde euroméditerranéen qui le précède sur cette autre rive de la  » Mer intérieure  » à l’origine notre culture.

Revivification de la spiritualité musulmane – Aḥmad Ibn ʻAbd al-Raḥmān Ibn Qudāma al-Maqdisī

pdf

 

L’Imam Abû Hâmid al-Ghazâlî surnommé « la Preuve de l’islam », compose son célèbre Ihyâ’ ‘Ulûm al-Dîn (Revivification des sciences religieuses) [près de deux mille pages], qui devient une référence pour les Musulmans. Ce livre a marqué son époque et reste d’actualité jusqu’à nos jours. Il comporte quatre parties et chacune est subdivisée en dix livres. La première traite des actes d’adorations et leurs secrets, la deuxième des règles de vie, de coutume et des normes du comportement religieux, la troisième traite des actes périlleux qui mènent à la perdition et la quatrième des actes salutaires. Ibn al-Jawzî reprend cette somme d’enseignements et en sort un livre concis, qu’il nomma le Minhâj. Il dit dans son introduction : « J’ai constaté, ô aspirant sincère et novice déterminé et résolu, que tu t’es décidé à abandonner les vaines préoccupations du bas-monde et que tu as pris la résolution de te consacrer à la vie future parce que tu as su que la fréquentation des créatures mène à l’insouciance, que l’abandon de l’examen de conscience est à l’origine de la négligence, et que les étapes du souffle de vie conduisent rapidement à la station de la mort. Tu as regardé lequel des livres intimes tu peux emmener dans ta solitude et le faire parler dans les moments de silence et voilà que tu préfères l’Ihyâ’ de l’imam al-Ghazâlî et tu trouves qu’il est unique en son genre, précieux en lui-même… Je vais, alors, composer pour toi un livre qui relate l’essentiel de l’Ihyâ’. Je m’appuie, à cet effet, sur les traditions les plus authentiques et les plus notoires… ». Par la suite, Ibn Qudâma al-Maqdisî réécrit le Minhâj, pour le rendre encore plus accessible, et c’est ce travail-là que nous avons traduit et que nous mettons entre vos mains. Si al-Ghazâlî a tenté, par son oeuvre, une revivification des sciences religieu-ses musulmanes en général, Ibn al-Jawzî et Ibn Qudâma, quant à eux, en puisant dans cette oeuvre, ils ont tenté une revivification de la spiritualité musulmane en particulier.

Râbi’a de feu et de larmes – trad et introduction de Salah Stétié

pdf

Râbi’a al-Adawiyya (713-801) est la première grande figure du soufisme, et il n’est pas indifférent qu’elle soit une femme. Elle est l’objet d’une vénération encore vive de nos jours, aussi bien au sein des milieux populaires que des cercles soufis. Ses paroles et ses poèmes, recueillis et transmis au fil des siècles par une chaîne ininterrompue de spirituels, conservent toute leur actualité. Son rayonnement et sa personnalité de feu lui permirent toutes les audaces. On raconte notamment qu’elle se promenait avec un seau d’eau et une torche : le premier, disait-elle, était destiné à éteindre le feu de l’Enfer, et le second à porter le feu au Paradis – ceci pour faire valoir une spiritualité totalement désintéressée, qui ne procède pas d’un marchandage moral avec Dieu. Après une biographie et une introduction lumineuse, Salah Stétié nous offre une magnifique traduction des poèmes et des propos qu’il nous reste de la sainte, accompagnées des calligraphies du grand artiste Ghani Alani.

Jean Morizot – L’Aures ou le mythe de la montagne rebelle

 

pdf

A la fin de l’année 1954 les autorités françaises en Algérie redoutaient des troubles en pays kabyle. Ce fut l’Aurès qui tout d’un coup s’embrasa. L’auteur a procédé à une révision complète d’une histoire entièrement bâtie sur un mythe très ancien, celui de la montagne, îlot de dissidence et conservatoire de la barbarie

Martin Lings – Le Prophète Muhammad: sa vie, d’après les sources les plus anciennes

 pdf

Pour connaître la vie de Muhammad, l’historien dispose de sources anciennes : c’est d’abord le Sirât Rasûl Allâh, où Ibn Ishâq a réuni les traditions biographiques orales et dont il nous reste une version du Ix e siècle. De la même époque nous sont parvenues la chronique des Campagnes du Prophète par Wâqidi, et la collection des Hadith par Bukhârî. Ces sources, et quelques autres, Martin Lings les connaît parfaitement et il y puise, pour nous donner cette Vie du Prophète, avec un beau talent de conteur. La profusion de détails souvent inédits fait de cette biographie un monument d’érudition accessible au plus grand nombre.

Sulamî – les ruses de l’âme

 

 pdf

Les ruses de l’âme. Sulamî – Muhâsibî Les catégories d’âmes Sache que l’âme est de trois sortes : une âme instigatrice du mal (ammâra), une âme qui ne cesse de faire des reproches (lawwâma) et une âme apaisée (Mutma’inna). S’agissant de l’âme apaisée, c’est celle qui a eu la certitude que Dieu est son Seigneur, qui est rassurée par la Promesse de Dieu, qui a cru à la Parole de Dieu et qui a enduré Son commandement. Il s’agit de l’âme croyante à qui Dieu – qu’Il soit exalté – illumine la face et lui remet son livret dans sa main droite. Ainsi elle se montre apaisée et contente du Décret de Dieu et de Son Arrêt dans le bien et le mal, dans ce qui est bénéfique et ce qui est dommageable. C’est l’âme au sujet de laquelle Dieu – qu’Il soit exalté – a dit : « Retourne vers ton Seigneur satisfaite et agréée. » (Coran) c’est-à-dire satisfaite de Dieu et agréée par Lui en raison de son œuvre bonne et de sa reconnaissance de la promesse de Dieu – qu’Il soit exalté -. S’agissant de l’âme qui ne cesse de se blâmer, c’est celle qui se fait des reproches à propos du bien et du mal et qui manque de patience dans les moments de joie et de peine. Elle regrette souvent ce qui s’est passé et se fait des reproches en se disant : Si seulement je l’avais fait ou si seulement je ne l’avais pas fait. Il s’agit de l’âme perverse et pernicieuse. Car il n’y a pas une seule âme, qu’elle soit bonne ou perverse, qui ne se fasse pas des reproches. Si elle fait du bien elle se dit : si seulement j’avais fait encore davantage, et si elle fait du mal elle se dit : si seulement je ne l’avais pas fait. Donc c’est l’âme qui se fera des reproches dans la vie future pour ce qu’elle avait négligé dans le bas monde. Et c’est l’âme par laquelle Dieu – qu’Il soit exalté – a juré en disant : « Je jure par l’âme qui ne cesse de blâmer » (Coran : 75/2). Pour ce qui est de l’âme instigatrice du mal, c’est celle que Dieu – qu’Il soit exalté – a évoqué dans le récit relatif à Yûssuf (Joseph) – que la paix soit sur lui – en disant par sa bouche : « L’âme est instigatrice du mal » (Coran : 12/53). Dieu – qu’Il soit exalté et magnifié – a dit également : « Tandis qu’il blâmait son âme contre la passion » (Coran : 51/40). Dieu – qu’Il soit glorifié et exalté – a dit aussi : « N’as-tu pas vu celui qui prend sa passion pour une divinité ? » (Coran : 45 / 23), et ainsi de suite parmi les versets qui vont dans le même sens. Tout ceci prouve la nocivité de l’âme et son désir insignifiant de faire le bien. Ibn Abî ‘Amrû nous a rapporté d’après Abdul Jabbâr ibn Sîrîn, d’après Ahmad ibn al-Hussein ibn Abban, d’après Abû ‘Âsim, d’après Sh‘ba et Sufyân, d’après Kuhayl, d’après Abû Salam, d’après Abû Hurayra que le Prophète – que Dieu lui accorde la grâce et la paix – a dit : « Les épreuves, la passion et le désir sont pétris dans la constitution originelle du fils d’Adam – que la paix soit sur lui ». Dieu – qu’Il soit exalté – a dit également : « Combattez pour Dieu comme Il mérite que l’on combatte pour Lui ». (Coran : 22/ 78) c’est-à-dire combattez l’âme et empêchez-la de succomber aux passions. 9/56

Lassaâd Metoui – Les 99 noms de Dieu

 

pdf

D’après la théologie musulmane, il y a quatre mille noms de Dieu. Mille de ces noms, Dieu seul les connaît ; mille sont connus de Dieu et des anges ; mille de Dieu, des anges et des prophètes ; mille de Dieu, des anges, des prophètes et des croyants.

Parmi ces derniers, trois cents sont mentionnés dans la Thora, trois cents dans les Psaumes, trois cents dans les Évangiles et cent dans le Coran. De ces cent noms, quatre-vingt-dix-neuf sont connus par les fidèles ordinaires, le centième est caché,

secret, accessible seulement aux mystiques les plus éclairés. L’idée de base ici est que si Dieu est fondamentalement inconnaissable en Son mystère, on peut cependant connaître quelques modalités de Son être et de Son agir.

Comme le dit le prophète Mahomet : « Il y a quatre-vingt-dix-neuf noms qui n’appartiennent qu’à Dieu. Celui qui les apprend, qui les comprend et les énumère, entre au Paradis et parvient au salut éternel. »

Comprendre l’ « essence » de ces noms apaise l’âme, donne confiance et enrichit l’esprit. Ces noms sont un soutien pour l’être humain ; ils lui indiquent la voie à suivre pour s’améliorer et pour s’approcher du divin. C’est pour cela que, sur le plan pratique, les croyants ont coutume de les répéter en égrenant un chapelet (subha) de quatre-vingt-dix-neuf grains.

Et c’est pour cela que, sur le plan mystique et artistique, les noms de Dieu n’ont jamais cessé d’être interrogés et célébrés.

Christophe Picard, La mer et les musulmans d’Occident au Moyen Âge, VIIIe-XIIIe s

pdf

L’activité maritime islamique dans l’Occident médiéval, connue sous le terme de piraterie sarrasine, se rendit maître des deux rives du Maghreb et de la péninsule ibérique pendant six siècles et contrôla le détroit de Gibraltar.

Souleymane Bachir Diagne – Islam et société ouverte: la fidélité et le mouvement dans la philosophie de Muhammad Iqbal

pdf

Il y a de ces  » modernismes  » passagers, qui essaient d’adapter une tradition séculaire à la mode d’un jour. Ceux-ci se créent dans un présent immédiat, auquel ils ont donc du mai à survivre. Il y en a d’autres qui commencent avec un grand détour, un retour aux sources, afin de découvrir comment être vraiment fidèle à celles-ci dans une situation historique inédite. La pensée d’Iqbal est de cette dernière trempe, en fait une réalisation rare et puissante du genre. En traçant son itinéraire, il parvient à mettre dans un échange mutuel fructueux des penseurs et des textes fort éloignés les uns des autres : Nietzsche et Bergson, Halladj et Rûmî, ceux-là et d’autres encore pris dans une relecture du Coran. On a donc encore besoin de lire Iqbal, chacun à sa façon. Par exemple, nous – lecteurs hier de Bergson, aujourd’hui de Heidegger – qui cherchons une compréhension du temps vécu, de l’historicité, au-delà de la fixation objective, spatialisée du temps cosmique, nous aurons intérêt à revoir cela à la lumière de la relecture que fait Iqbal de la conception coranique de  » destinée « . De même, lecteurs de Nietzsche, nous profiterons de la réception iqbalienne du surhomme, dans la foulée de l' » homme parfait  » de la tradition soufie. Charles Taylor.

traces, désirs et volonté d’ètre : l’après-colonie au Maghreb (ouvrage collectif)

pdf

Fruit d’une longue collaboration entre chercheurs italiens, algériens, tunisiens, marocains et français, appartenant à des générations différentes, coloniales et postcoloniales, ce livre aborde la question de « l’après-colonie » au Maghreb en contournant les débats idéologiques et les polémiques épistémologiques actuelles sur les sciences sociales occidentales souvent accusées de pérenniser une nouvelle forme de domination. II se tourne, dans une démarche clairement microsociale, vers des objets et des sources qui ont jusqu’ici très rarement attiré l’attention. Ce faisant, il met au jour, entre présent et passé, des pans entiers de la vie de sociétés maghrébines du XIXe au XXIe siècle qui se révèlent complexes et mixtes : populations migrantes travailleuses ou combattantes sur le sol africain, lieux de production directe inscrits dans la chair des territoires, élaborations conflictuelles d’identités, pratiques de fabrication de liens au long cours. L’ouvrage montre que les traces de ces actions humaines hétéroclites constituent aujourd’hui un patrimoine proprement maghrébin en même temps que nécessairement partagé avec d’autres. Il permet ainsi d’énoncer certaines au moins des questions, informulées voire informulables, que se posent, le plus souvent à l’aveugle, les nouvelles générations des deux rives. Pour la première fois peut-être, un collectif de chercheurs engage ici un désir commun de savoir(s) croisés par-delà les frontières.

 

ABD AR-RAZZÂQ AL-QÂSHÂNÎ – Les Lettres-Isolées du Coran

 

 pdf

Recueil traduit de l’Arabe et présenté par Michel Vâlsan (Cheikh Mustafâ Abd al-Aziz), ce recueil contient les commentaires des Lettres-Isolées qui figurent dans 5 cahiers différents des Etudes Traditionnelles qui s’étendent sur deux années 1963 et 1964.

Ibn Arabi le livre du nom de majesté allah

 

 pdf

Traduit de l’arabe et présenté par Michel Vâlsan (Cheikh Mustafâ Abd al-Azîz), paru dans les Etudes Traditionnelles en 1948, réédition en 2008 chez Sagesse et Tradition.

Chants religieux du Djurdjura

 pdf

Anonymes témoins de la ferveur populaire, ces chants ont été collectés dans les hameaux haut perchés du massif du Djurdjura, au Nord de l’Algérie. Des documents ont été enregistrés. Youssef Nacib en a choisi et traduit une trentaine parmi les plus représentatifs des thèmes abordés.

Mathieu Renault – CLR JAMES la vie révolutionnaire d’un platon noir

 pdf

 

Qui, en France, connaît C.L.R. James ? Né en 1901 à Trinidad, alors colonie de la Couronne britannique, et mort à Londres en 1989, celui que le Times dénomma à la fin de sa vie le « Platon noir de notre génération » est pourtant une figure intellectuelle et politique majeure d’un siècle qu’il aura traversé presque de part en part. Intellectuel diasporique par excellence, militant panafricain de la première heure, James a pris part aux grands mouvements de décolonisation de son temps en Afrique et dans la Caraïbe et fut un acteur de premier plan des luttes noires aux Etats-Unis. Fervent partisan de Trotski avant de rompre avec l’héritage de ce dernier pour défendre la thèse de l’auto-émancipation des masses ouvrières-populages, James eut un destin étroitement imbriqué dans celui du marxisme au XXe siècle. Pour ce « marxiste noir », révolution socialiste et luttes anticoloniales-antiracistes étaient intimement enchevêtrées : elles s’inscrivaient dans l’horizon d’une « révolution mondiale » dont la source et le centre ne pouvaient plus être la seule Europe. C’est à celle-ci que James s’est voué corps et âme pendant plus de cinq décennies, débattant et collaborant avec ses contemporains aux quatre coins du monde. Dans une conjoncture où la gauche radicale éprouve de grandes difficultés à renouveler ses stratégies face aux revendications des minorités non blanches et où la critique de l’eurocentrisme bat de l’aile, méditer la vie et l’oeuvre de James pourrait se révéler essentiel dans la tâche de construction d’une pensée de l’émancipation qui soit, enfin, à la mesure du monde.

Jack Barnes – Malcom x et le pouvoir ouvrier

  pdf

« Ne commencez pas avec les Noirs en tant que nationalité opprimée. Commencez avec la place et le poids d’avant-garde des travailleurs qui sont noirs dans les grandes luttes politiques et sociales dirigées par le prolétariat aux Etats-Unis. De la guerre civile à aujourd’hui, le bilan est ahurissant. C’est la force et la résistance qui vous sidèrent, pas l’oppression. » Jack Barnes. Stimulée par le besoin insatiable du capital en force de travail et en chair à canon pour ses guerres, la migration massive des Noirs du Sud rural des Etats-Unis vers les villes et les usines à travers le continent a jeté les bases de la montée explosive de la lutte de libération des Noirs dans ce pays à partir du milieu des années 1950. Malcolm X en émerge alors comme son plus remarquable dirigeant. Ce mouvement colossal, insiste-t-il, fait partie d’une bataille révolutionnaire mondiale pour les droits humains : « un affrontement entre ceux qui veulent la liberté, la justice et l’égalité et ceux qui veulent maintenir les systèmes d’exploitation. » Tirant les leçons d’un siècle et demi de lutte, ce livre nous aide à comprendre pourquoi c’est la conquête révolutionnaire du pouvoir par la classe ouvrière qui rendra possible la bataille finale pour la libération des Noirs – et ouvrira la voie à un monde basé non pas sur l’exploitation, la violence et le racisme, mais sur la solidarité humaine. Un monde socialiste.

Ibn Qudâma AL-MAQDISÎ – l’adoucissement du coeur

 

 pdf

J’ai aimé rassembler les nouvelles à même de soigner l’endurcissement de mon cœur et par elles, et de drainer mes larmes. J’ai recherché ces larmes pour mes yeux et cette douceur pour mon cœur, avec acharnement et je n’ai pas trouvé de soutien pour arriver à mes fins, meilleur que les nouvelles des Prophètes et des Saints, ces hommes vertueux dont le souvenir fait descendre la miséricorde Divine, dont l’audition des récits vivifie les cœurs et dont la narration des faits qui les concernent procure le bonheur. Aussi, ai-je regroupé les faits que Dieu ma permis, me limitant, à cet effet, au sens relié au but que je me suis proposé d’atteindre, tout en demandant l’aide de Dieu afin de réussir dans mon entreprise. Ibn Qudâma al Maqdissî Si Ibn Qudâma au XXIe éprouve le besoin d’attendrir son cœur, c’est que pour nous au XXIe siècle ce besoin est vital, car nos cœurs sont malades et risquent de mourir à chaque instant. D’ailleurs combien de corps  » bien que vivants  » ne sont que des tombes ambulantes pour des cœurs  » bien morts  » depuis longtemps, or l’homme c’est son cœur, et c’est vers les cœurs que Dieu ,- regarde et non vers les corps.

Bayhaqi – l’anthologie du renoncement

 

pdf

« Le jour de la résurrection, quand on pèsera l’encre des savants et le sang des martyrs, c’est l’encre des savants qui l’emportera. »
Ainsi parlait Bayhaqi, qui vécut au début du XIe siècle dans le Khurasan. Il jeûna chaque jour d’une vie qu’il voua à recueillir, approfondir et transmettre les paroles des saints personnages depuis la naissance de l’islam.
Son Anthologie rassemble les hadiths du Prophète, les sentences des sages, les vers des grands poètes consacrés au renoncement, attestant ainsi, dans la pensée et la pratique de l’islam, une longue tradition autour de ce thème que Bayhaqi lui-même résuma par ces mots : « Celui qui aime Dieu ne saurait avoir besoin de rien d’autre que Dieu. »

MARZOUKI AILHEM – les mouvements de femmes en Tunisie au XXIème siecle

 pdf

face à une société en mutation, les femmes tunisiennes ont créé, depuis le début du siècle un dynamique féminine, véritable mouvement facteur de changements  notables au sein de la société. L’auteur de l’ouvrage nous propose ici une approche socio-historique de cette dynamique dont elle restitue l’environnement social, culturel et politique tout en  analysant l’expression les techniques de propagande et le cheminement des organisations féminines.

nous pouvons ainsi entrevoir comment les femmes tunisiennes sont pleinement devenue objet de l’histoire de leurs pays.

 

Nanni Balestrini – nous voulons tout

 

pdf

Du printemps à l’automne 1969, partant de la célèbre usine turinoise Fiat, la révolte ouvrière enflamme l’Italie et lance son cri de guerre contre la classe bourgeoise : nous voulons tout. C’est »l’automne chau « , moment fort de la longue vague révolutionnaire qui va secouer la péninsule au cours des années soixante-dix. Au centre des luttes trône la figure de l’ouvrier-masse, emblème de la rage, de la spontanéité et de l’autonomie ouvrière, qui affirme le refus du travail et la destruction violente du système d’exploitation capitaliste. Par une narration sans répit, en prise directe avec la réalité des révoltes et la voix de ses protagonistes, Nanni Bolestrini plonge au coeur de l’émergence linguistique et politique de ce nouveau sujet révolutionnaire, il fait entendre dans la chair même du texte le passage de la rébellion instinctive et individuelle du protagoniste à la dimension collective de la lutte. Expérimentation littéraire, ancrage historique et puissance de l’oralité font de ce roman l’un des témoignages les plus audacieux et vivants de la longue saison des révoltes.

Rolande Bosphore Pérou – Militants et militantismes communistes à la Martinique 1920-1971 Identification, forme et implication

 

  pdf 

A travers diverses sources, notamment sources orales recueillies auprès de militants communistes, sources imprimées puisées dans le journal communiste Justice et aux archives nationales et au PCF, cet ouvrage tend à éclairer sur la ferveur militante d’hommes et de femmes de la Martinique d’une famille politique essentielle dans le courant du XXe siècle. Faire découvrir des Martiniquais dans leur vécu de militants communistes en éclairant sur la force de leur ancrage populaire. Mettre en évidence des pratiques et des stratégies militantes. Confronter les militants communistes aux autres membres de la société martiniquaise. L’analyse se termine par un état de ce qui subsiste des militants et du militantisme communistes. Cet ouvrage a permis de dégager le rôle majeur des militants communistes dans la revendication des deux grands projets statutaires pour la Martinique, l’assimilation-départementalisation et l’autonomie démocratique et populaire. L’étude fait ressortir l’implication des communistes dans l’émergence d’une histoire, d’une culture martiniquaise et leur donne toute leur part dans l’apparition de l’affirmation identitaire à la Martinique. Ce travail recherche positionne donc la militance communiste au centre d’une analyse qui explore l’histoire politique et sociale d’une population. Il examine le façonnement de cette société par un groupe politique prégnant entre 1920 et 1971, ainsi que les réponses de ce groupe face à différents problèmes politiques et sociaux en privilégiant une approche par les acteurs.

Himes Chester – RETOUR EN AFRIQUE

pdf

Dans un parking de Harlem, le révérend O’Malley a réuni une centaine de familles pour leur prêcher le retour en Afrique contre un modeste pécule de 1 000 dollars. Soudain, sorti de nulle part, un camion conduit par un Blanc fonce dans la foule et embarque le magot de 87 000 dollars. Ed Cercueil et Fossoyeur Jones vont bien sûr courir après l’argent volé, mais dans Harlem, tout peut arriver : des escrocs déguisés en pasteurs, des prostituées en bonnes soeurs et, bien sûr, assez de cadavres pour saturer les services de la voirie.

ABDELMADJID BELKHERROUBI – la naissance et la reconnaissance de la république algérienne

 pdf

Le grand mérite de l´ouvrage d´Abdelmadjid Belkherroubi est de nous présenter, avec suffisamment de recul dans le temps, une étude complète et très fouillée des aspects juridiques de la colonisation algérienne et de la formation de l´Etat algérien, c´est-à-dire d´un cas plus important de la décolonisation violente.

Todd Shepard – mâle décolonisation L’« homme arabe » et la France, de l’indépendance AIgérienne à la révolution iranienne (1962-1979)

pdf

En 1962, l’indépendance algérienne transforme le rapport des Français aux « Arabes ». L’extrême droite, qui veut contrer tout effort de penser le passé colonial, développe aussitôt un discours non plus centré sur l’empire et sur l’Algérie, mais sur la France elle-même : l’homme arabe, violent, violeur, vorace, vient « envahir » la France par le biais de l’immigration. A partir de Mai 68, un autre discours, arabophile celui-là, tenu par une large partie de la nouvelle gauche, défend un homme révolutionnaire arabe viril, vaillant, qui résiste avec succès à l’oppression, à l’impérialisme, au capitalisme.
Ces deux visions s’affrontent jusqu’à la fin des années 1970, la figure de « l’Arabe » irriguant, contrairement à ce qu’on pensait jusqu’à présent, la plupart des débats politiques et sociaux d’une France aux prises avec la libération sexuelle. A l’intersection de l’histoire du colonialisme et de l’histoire de la sexualité, Mâle décolonisation éclaire cet affrontement et renouvelle en profondeur notre compréhension des années 1960 et 1970, si cruciales pour l’histoire de la France d’aujourd’hui.

Slimane Chikh – l’Algérie en armes

pdf

CHIKH (Slimane) : L’Algérie en armes ou le temps des certitudes. – Paris, Economica, 1981. -24 cm, 510 p.

Je suis sans aucun doute parmi les spécialistes de l’histoire de l’Algérie l’un des auteurs les plus mal placés pour rendre un juste compte de cet excellent livre. Il se trouve en effet que, vu mon ignorance des arcanes de la science politique américaine, je n’arrive pas toujours à mesurer l’importance scientifique des nombreux travaux de politologie qui s’en inspirent. J’ose même avouer qu’il m ‘apparaît souvent que les analyses politico-historiques arrivent à rendre plus clairement ce que la science politique d’inspiration américaine affirme de manière abstraite, compliquée et dogmatique. Péché avoué est à demi pardonné…

Or l’ouvrage de M. Slimane Chikh est issu directement d’une savante thèse de doctorat d’Etat en science politique, seulement allégée des développements méthodologiques. J’ai donc grand peur de n’en pouvoir saisir tous les mérites au plan de la politologie 11 se trouve pourtant que l’auteur, bien que volontairement enfermé dans des grilles d’interprétation de la political science, a su se tenir près du concret et de la du réel. Par là, la recherche politologique de l’auteur, encore qu’encombrée à nos yeux de profane d’un vocabulaire scolastique plus pesant qu’éclairant, reste accessible à l’honnête homme.

On peut donc lire cet ouvrage comme une tentative d’explication de la guerre de l’Algérie et de l’action du Front de libération nationale. Mais le lecteur français y trouvera aussi, à son grand étonnement, toute une étude des attitudes politiques pendant la guerre, une étude relativement objective et parfois perspicace qui nous est donnée de surcroît.

L’auteur a une connaissance exhaustive des travaux publiés en langues française et anglaise, ce dont témoigne la richesse foisonnante de ses notes. En revanche, par un parti pris compréhensible de la part d’un excellent arabisant, M. Slimane Chikh a, semble-t-il, décidé de ne pas recourir aux écrits en langue arabe. Certes, le F.L.N. écrivait en français, mais le combat nationaliste antérieur et la propagande de guerre ont été menés pour en langue arabe et au nom de valeurs d’appartenance islamique. Une étude de caractère historique n’aurait pu se dispenser de souligner le rôle essentiel des motivations proprement musulmanes dans le combat libérateur. La paysannerie algérienne qui a fourni la grande majorité des moudjahidines ne combattit ni pour le socialisme, ni contre l’impérialisme, mais contre l’envahisseur chrétien, contre le Français assimilationniste et pour le retour à l’authentique (c’est-à-dire à la tradition musulmane) et à la dignité d’hommes libres.

M. Slimane Chikh, qui ne l’ignore pas, est plus intéressé cependant par l’aspect du combat et du projet révolutionnaire, par l’analyse des conflits de légitimité entre les diverses instances du pouvoir révolutionnaire. Il insiste à juste titre sur l’importance capitale de l’aspect international du conflit. Dans l’évolution de la lutte de libération il montre que la seule courbe continuellement ascendante est celle de l’action C’est par elle que le F.L.N. a finalement triomphé.

L’ouvrage qui est écrit, répétons-le, dans une perspective politologique, recherche surtout dans l’histoire du F.L.N. les plans qui peuvent être éclairés à la lumière des réalisations de la phase d’édification nationale, celle qui a succédé à la phase de lutte armée. C’est ce processus de recherche qui gêne le plus l’historien pour qui le passé n’a pas à être expliqué par le présent. Mais l’historien le plus traditionaliste ne peut manquer d’être sensible à l’esprit critique de l’auteur, qui introduit avec mesure ce que l’on pourrait appeler une approche

 

révisionniste de l’histoire officielle de la Révolution algérienne. On remarquera le sous-titre du livre, Le temps des certitudes. Serait-ce à dire que pour l’auteur ce temps doit prendre fin ? On croit le comprendre à diverses notations : par exemple, l’auteur rapporte le point de vue officiel sur le massacre de Melouza «commis par l’armée française» ( ?) tout en laissant entendre qu’une enquête plus systématique s’imposerait. On eut aimé certes que Slimane Chikh pût aller plus loin, mais sa démarche de 1975 était en soi un signe d’espoir. Et son introduction qui, elle, date de 1981 est tout à fait encourageante : «II s’agit de dépasser le niveau idéologique de l’histoire justificatrice pour arriver au niveau de l’histoire critique qui a moins le souci de l’auto-justification que celui de l’auto-critique.» A cette remarque nous reconnaissons avec certitude que le temps de l’histoire scientifique est arrivé.

Charles-Robert AGERON (Univ. de Paris XII)

Mostafa Lacheraf – l’Algérie nation et société

 

  pdf

 

 

Nation-état ou nation-communauté ou simple patrie solidairement agissante, et par cela même « nationale », quelque chose existait qui a permis à l’Algérie de s’opposer, au cours de 130 ans, à une grande puissance impérialiste et la forcer, en définitive, à capituler. Quand, pour un problème analogue, Lucien Febvre parle de l’idée de nation dans la France du XVIIIe siècle, on est porté, au moins par modestie, à partager son point de vue en l’appliquant au cas précis de l’Algérie.

L’Algérie, nation et société, dont la première parution, en 1965, aux éditions François Maspero a été saluée par la classe intellectuelle de l’époque comme un événement, est un recueil d’études et de réflexions de Lacheraf sur différentes problématiques liées à l’histoire de l’Algérie. D’une lucidité remarquable, elles portaient sur des thèmes qui étaient et restent encore aujourd’hui d’une actualité certaine. Leur publication, à l’époque, était un acte de courage politique.  On relèvera, entre autres titres : Colonialisme et féodalité, Quelques aspects méconnus de la révolution algérienne, Mésaventures de l’Algérie indépendante et triomphe de l’unité, Réflexions sociologiques sur le nationalisme et la culture en Algérie.

L’ouvrage demeure une référence incontournable pour qui veut aujourd’hui s’informer des questionnements autour des centres d’intérêt majeurs de l’histoire de l’Algérie durant  la seconde moitié du XXe siècle

Pierre Vidal-Naquet -les crimes de l’armée française Algérie 1954-1962

        pdf

« Ce petit livre est destiné à rappeler les crimes de l’armée française. Je dis bien de l’armée française, non de quelques officiers. Même si la majorité de l’armée a occupé le terrain plus qu’elle n’a torturé ou massacré […], elle n’a jamais désavoué ceux qui égorgeaient, coupaient les têtes, mutilaient les femmes, les hommes et les enfants d’“en face”. »
Cet ouvrage est un document contre l’oubli. À l’heure où la question de la torture pratiquée par les militaires français pendant la guerre d’Algérie revient sur le devant de la scène politique, la réédition de cet ouvrage, publié pour la première fois en 1975, offre une nouvelle occasion de regarder la vérité en face et de reprendre un travail jusqu’à présent inachevé : celui de la mémoire.
Document exceptionnel, Les crimes de l’armée française rassemble en effet des textes émanant des autorités militaires, politiques et administratives françaises et des témoignages d’officiers et de soldats. Ils apportent la preuve de ces crimes dont l’armée française s’est rendue coupable en Algérie, mais aussi en Indochine, et dont les responsables ont tous été amnistiés sans avoir même jamais été sérieusement inquiétés.

Benjamin sStora – messali hadj (1898-1974) pionnier du nationalisme algérien

pdf 

Messali Hadj fut le fondateur du nationalisme algérien. Dès 1926, avec l’Etoile nord-africaine et jusqu’au MNA (Mouvement national algérien) en 1954, il n’a cessé d’animer des organisations nationalistes afin d’obtenir l’indépendance de son pays. Après l’insurrection déclenchée par le tout nouveau FLN en novembre 1954, la lutte fratricide entre « messalistes » et « frontistes », au sein mème du mouvement de libération, sera extrèmement sanglante, tant en Algérie qu’en métropole, dans l’immigration. Assigné à résidence en France, Messali Hadj perd peu à peu son influence, au point d’ètre totalement marginalisé et longtemps ignoré de l’histoire officielle algérienne. Pourtant, son rôle fut considérable. En le remettant en lumière, ce livre apporte aussi quelques éléments de réponses à plusieurs questions: comment Messali pensait-il le rapport entre lutte sociale et lutte nationale ? Quelle place accordait-il à l’islam dans la prise de conscience nationaliste ?
Avec cet ouvrage, Benjamin Stora exhume un pan longtemps oublié de l’histoire de la colonisation algérienne et de la guerre d’Algérie.

Messali Hadj – par les textes

 

pdf

Dans ce recueil, le mouvement national, dont Messali Hadj est le grand fondateur, est compris au sens plein du terme, à savoir le combat mené par les couches opprimées du peuple algérien pour édifier la nation algérienne sur les principes de la démocratie. Cette conception du nationalisme a servi pour la sélection des textes de Messali Hadj présentés selon quatre périodes :

– La période 1927-1936, du discours de Bruxelles à la dissolution de l’Etoile Nord-Africaine
– L’affirmation nationaliste en Algérie : Messali Hadj et le PPA de 1937 à 1946
– Le combat pour la Constituante au sein du MTLD, de 1947 à 1954, et la lutte pour l’indépendance de 1954 à 1962.

Les textes sont écrits par Messali Hadj, et pour partie extraits de documents du PPA-MTLD-MNA. Ainsi présentés, ils n’ont d’autres objectifs que de mieux connaître un homme, « l’éternel enfermé » dont la stature ne cesse de croître.

 

 

Todd Shepard – 1962 comment l’indépendance algérienne a transformé la France

pdf

La guerre d’Algérie nous parle de la France d’aujourd’hui, en particulier des questions d’identité et de citoyenneté, mais aussi celles des rapatriés, de l’immigration, de la mémoire et de la réconciliation. C’est ce que montre ce livre salué par les historiens et qui devrait donner à réfléchir. Todd Shepard y explique, entre autres, comment la Ve République, à ses débuts, s’est appuyée sur la guerre d’Algérie pour restreindre durablement les libertés individuelles ; et comment l’histoire de l’impérialisme et de l’anti-impérialisme français a été réécrite par l’administration, les politiciens et les journalistes pour présenter la décolonisation comme une  » fatalité « , un mouvement inévitable, au lieu de dire qu’elle marquait l’échec du projet originel d’intégration nationale dans les colonies

Daho Djerbal -l’organisation spéciale de la fédération de france du fln

    pdf

Avec ce livre, l’historien Daho Djerbal aborde un aspect essentiel et pourtant assez méconnu de l’histoire de la guerre de libération algérienne : l’action de l’Organisation Spéciale de la Fédération de France du FLN. L’histoire de cette fédération de France demeure, aujourd’hui encore, un sujet sensible. En 1962, la direction du FLN refuse de la reconnaître comme une wilaya, unité territoriale ou région militaire durant la guerre d’indépendance. Le pays en guerre avait été découpé par le FLN…

Jacques Jurquet – Algérie 1945 -1954 des elections à la lutte armée

pdf 

Jacques Jurquet, quel a été votre parcours personnel, familial et professionnel ?

Je suis né le 2 avril 1922 à Marseille, d’un père professeur de physique-chimie, par ailleurs adhérent du parti socialiste SFIO. En 1936 intervient une rupture idéologique mais pas familiale avec mon père : je soutiens les communistes dans la guerre d’Espagne et prends mon premier abonnement à L’Humanité.

Je me marie en 1941 avec Machla (Myriam) Feigenbaum, réfugiée en France avec sa famille en 1931 pour fuir les pogroms antisémites survenant en Galicie polonaise (Kozowa, située non loin de Lwow). Nous aurons trois enfants « de guerre » : Claude né le 29 janvier 1942, qui deviendra professeur dans l’enseignement supérieur et qui est actuellement retraité ; Michel né le 13 août 1943, psychiatre et psychanalyste à Orléans ; et enfin Viviane, épouse Kleinmann, née le 6 novembre 1944, qui est devenue professeur de dessin et travaux manuels, elle aussi en retraite et habitant Maisons-Laffitte. J’ai également 15 arrière-petits-enfants si on réunit ceux de mon premier mariage avec ceux de ma femme Baya.

Après la guerre, Myriam est atteinte de psychose binaire, comme le philosophe Althusser. Je me sépare d’elle en novembre 1959 et je vis alors avec la dirigeante communiste des femmes algériennes Baya Bouhoune, qui deviendra Baya Jurquet en 1978. Baya participe à de de nombreux Congrès mondiaux (Budapest, Vienne…). Elle assiste comme invitée observatrice au Congrès des Femmes d’Asie en Chine, dès 1949. A cette occasion, elle rencontre Chou Enlai, le Maréchal Chou Teh, ainsi que le dirigeant coréen Kim Il Sung. Baya décède le 7 juillet 2007 à l’âge de 87 ans. Je suis donc veuf depuis 2 ans et demi.

Mes parents, qui seront honorés comme « Justes parmi les nations » du fait d’avoir sauvé quatre enfants et adolescents juifs en 1943 et 1944, à Poligny dans le Jura, décèdent à Marseille respectivement en 1967 et 1985. Ils sont devenus communistes après la guerre au moment de leur retraite, après le rejet du Parti socialiste dés 1940.

Je suis devenu en 1946 inspecteur des impôts pour pouvoir élever mes enfants. J’avais réussi le concours pour cette fonction en 1942 à Marseille, mais n’avais jamais rejoint l’école des Impôts puisque j’étais devenu clandestin. Sur ma demande, début 1968, j’obtins un congé sabbatique d’un an. En vérité je résidais à Paris pour diriger le Parti communiste marxiste-léniniste de France, fondé le 31 décembre 1967. Je devins clandestin à partir du 12 juin 1968 en tant que secrétaire général du PCMLF interdit par le ministre de l’Intérieur Raymond Marcellin qui avait reçu la francisque de Pétain. Je suis sorti de clandestinité en 1978 au moment ou le PCMLF devient le PCML.  Je suis admis à la retraite de mon administration de façon anticipée, grâce à mes temps de résistance et de première armée.

Tous ces faits sont relatés dans mes ouvrages autobiographiques.

Ait Ahmed – Mémoires d’un combattant. 1, L’esprit d’indépendance : 1942-1952

pdf

130 ans de colonisation, 20 ans de révolte, 8 ans de guerre pour aboutir à ce qui a été vécu comme une accession à l’unité par les Algériens, comme un arrachement et un abandon par les Français d’Algérie — ces temps ont inscrit dans l’histoire étroitement mêlée de nos deux pays des douleurs profondes et attisé des malentendus. 20 ans après, on peut enfin écrire l’Histoire. Pour la première fois, un « chef historique » de la révolution algérienne parle, nous livre ses souvenirs, ses réflexions et ses analyses. Enfant des hautes montagnes du Djurdjura, Hocine Aït Ahmed connaît la vie misérable des paysans de Kabylie et les premiers défis à l’administration française qui lui valent, à 11 ans, une journée de prison. En 1942, à 16 ans, il adhère au Parti du Peuple Algérien (PPA) dirigé par Messali Hadj, et, dès lors, ne cesse de lutter pour la libération de son pays. Il entre dans la clandestinité — il fut, pendant deux ans, à la tête de l’Organisation Secrète (OS) qui, en 1949, comptait déjà 2 000 hommes dans ses rangs —, puis est contraint à l’exil au Caire, avant de créer le bureau du FLN à New York et d’être arrêté en même temps que Ben Bella, Boudiaf, Khider et Lacheraf dans le fameux détournement d’avion. Dans ce premier tome, Hocine Aït Ahmed n’esquive pas les problèmes politiques : luttes intestines, manœuvres électorales, mais avant tout il fait revivre le souffle patriotique qui animait la jeunesse algérienne au travers d’épisodes tels que l’attaque de la poste d’Oran, l’affaire des maquisards de Kabylie, la liquidation des « milices noires » et tant d’autres.