Benjamin sStora – messali hadj (1898-1974) pionnier du nationalisme algérien

pdf 

Messali Hadj fut le fondateur du nationalisme algérien. Dès 1926, avec l’Etoile nord-africaine et jusqu’au MNA (Mouvement national algérien) en 1954, il n’a cessé d’animer des organisations nationalistes afin d’obtenir l’indépendance de son pays. Après l’insurrection déclenchée par le tout nouveau FLN en novembre 1954, la lutte fratricide entre « messalistes » et « frontistes », au sein mème du mouvement de libération, sera extrèmement sanglante, tant en Algérie qu’en métropole, dans l’immigration. Assigné à résidence en France, Messali Hadj perd peu à peu son influence, au point d’ètre totalement marginalisé et longtemps ignoré de l’histoire officielle algérienne. Pourtant, son rôle fut considérable. En le remettant en lumière, ce livre apporte aussi quelques éléments de réponses à plusieurs questions: comment Messali pensait-il le rapport entre lutte sociale et lutte nationale ? Quelle place accordait-il à l’islam dans la prise de conscience nationaliste ?
Avec cet ouvrage, Benjamin Stora exhume un pan longtemps oublié de l’histoire de la colonisation algérienne et de la guerre d’Algérie.

Messali Hadj – par les textes

 

pdf

Dans ce recueil, le mouvement national, dont Messali Hadj est le grand fondateur, est compris au sens plein du terme, à savoir le combat mené par les couches opprimées du peuple algérien pour édifier la nation algérienne sur les principes de la démocratie. Cette conception du nationalisme a servi pour la sélection des textes de Messali Hadj présentés selon quatre périodes :

– La période 1927-1936, du discours de Bruxelles à la dissolution de l’Etoile Nord-Africaine
– L’affirmation nationaliste en Algérie : Messali Hadj et le PPA de 1937 à 1946
– Le combat pour la Constituante au sein du MTLD, de 1947 à 1954, et la lutte pour l’indépendance de 1954 à 1962.

Les textes sont écrits par Messali Hadj, et pour partie extraits de documents du PPA-MTLD-MNA. Ainsi présentés, ils n’ont d’autres objectifs que de mieux connaître un homme, « l’éternel enfermé » dont la stature ne cesse de croître.